Allemagne : les bonnes et les mauvaises surprises des derniers chiffres de croissance

La croissance au deuxième trimestre atteint 0,1%, contre 0,5% attendu. En revanche, les exportations ont moins baissé que prévu et les commande à l'industrie ont augmenté. Revue de détail
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

L'économie allemande a marqué le pas au deuxième trimestre, affichant une croissance limitée à 0,1% en première estimation alors que les marchés anticipaient 0,5%. Ce niveau est un plus bas sans précédent depuis le premier trimestre 2009.

Mais ce n'est pas la seule mauvaise nouvelle annoncée ce mardi

Sur un an, la croissance ressort à 2,8%, une performance là encore inférieure aux 3,2% prévus. Au trimestre précédent, l'économie allemande avait progressé de 1,3% (chiffre révisé de 1,5%) d'un trimestre sur l'autre et de 5,0% l'an (révisé de 5,2%).

Autre surprise : la baisse de la production industrielle de 1,1% en juin. Les économistes qui avaient anticipé une progression de 0,1%, selon les chiffres publiés par le ministère de l'Economie. Le chiffre du mois de mai a en outre été révisé à la baisse, la hausse étant ramenée de 1,2% à 0,9%. Le ministère de l'Economie a précisé que le mois de juin avait été caractérisé par un nombre inhabituellement élevé de week-end prolongés, ce qui a pesé sur la production.
Il a ajouté que la production industrielle restait sur une tendance favorable, portée par un niveau élevé de commandes.

Les commandes pour les biens intermédiaires ont reculé de 2,1%, celles des biens de consommation de 2,4%, tandis que celles des biens d'équipement ont progressé de 5,0%. Le ministère de l'Economie a par ailleurs revu en baisse les chiffres de mai. Les commandes à l'industrie ont finalement augmenté de 1,5% en mai contre +1,8% en estimation initiale.

De bonnes nouvelles, malgré tout

En, revanche, les exportations ont reculé moins que prévu au mois de juin, alors que les importations ont augmenté contre toute attente, montrent les chiffres publiés mardi. L'excédent commercial s'est réduit à 11,5 milliards d'euros contre 12,8 milliards en mai. Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur 13 milliards. Les exportations ont reculé de 1,2% après avoir progressé de 4,4% en mai. Les importations ont avancé de 0,3%. Les économistes prévoyaient une baisse de 1,5% des exportations et un recul de 0,3% des importations.

Et  les commandes à l'industrie ont, contre toute attente, augmenté en juin par rapport à mai, selon les données officielles publiées jeudi. Ces commandes ont augmenté de 1,8%, alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne une baisse de 0,5%. Après un bond de plus de 10% en mai, la demande intérieure a sensiblement baissé en juin (-10,8%), alors que les commandes en provenance de l'étranger ont connu une évolution inverse, avec une hausse de 13,7% en juin après une baisse de 5,8% le mois précédent, précise le ministère de l'Economie.

Enfin, les ventes des grossistes, ont reculé de 0,6% en juillet par rapport à juin, une évolution similaire à celle observée le mois précédent, montrent les chiffres publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique. Sur un an, les ventes restent malgré tout en hausse de 8,2% après +8,5% en juin.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.