Le yen impacte l'excédent commercial japonais

 |   |  178  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En raison d'une baisse plus marquée que prévu des exportations fragilisées par la force du yen, l'excédent commercial de l'Archipel s'est établi à 72,5 milliards de yens le mois dernier, là où les économistes tablaient sur 71 milliards.

L'excédent commercial du Japon a été affecté notamment par le yen. Les exportations japonaises ont reculé davantage que prévu en juillet, en raison à la fois de la vigueur du yen et d'une baisse de la demande, selon des données publiées ce jeudi par le ministère des Finances.

Le repli des exportations est ainsi ressorti à 3,3% le mois dernier par rapport à juillet 2010, contre un recul de 1,6% en juin et une baisse de 2,4% attendue par les économistes. Les exportations vers les Etats-Unis ont particulièrement reculé.

Du coup, l'excédent commercial du Japon est moins bon que prévu. Ce dernier très dépendant des exportations, s'est ainsi établi à 72,5 milliards de yens (657 millions d'euros) le mois dernier, un chiffre à comparer à un consensus d'économistes de 71 milliards.

Les importations ont de leur côté augmenté de 9,9%, soit moins que le consensus de +10,9%. Cette hausse s'explique notamment par une augmentation de la demande en pétrole et en gaz naturel liquéfié (GNL) pour compenser la perte de capacités de production d'électricité d'origine nucléaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2011 à 12:25 :
Il est bien que le yen qui a été sous évalué depuis la fin de la dernière guerre mondiale (la fixation d'origine se basait sur le drapeau japonais, un cercle, donc 360 pour 1$) se positionne progressivement à 1 contre 1 par rapport à la devise américaine. Les chinois font justement remarquer qu'ils ne disposent pas des avantages exorbitants offerts au Japon, maintenant le renminbi faible tant que leur compétiteur n'est pas obligé lui aussi de révaluer sa devise. Dont acte réciproque, les chinois sur les accords macro-économiques en 3 étapes et les japonais en vrac. A ce niveau de déroute monétaire et de crédit à zéro %, le chiffre des exportations japonaises a une moindre importance. On peut en effet exporter avec une perte de 5 si elle s'avérait de 10 à ne rien faire, c'est alors un moindre mal. Il s'agit surtout d'une politique à usage interne visant à provoquer la sortie plus franche et sur tous les secteurs des entreprises japonaises. Il faut s'attendre ainsi à une montée du chômage et un bon nombre de fusions. NEC par exemple semble sur la table, parmi beaucoup d'autres.
a écrit le 18/08/2011 à 9:51 :
Il me semble que l'article est un peu mal tourné.
Si j'ai bien compris, la hausse du yen a conduit à une baisse des exportations (ce qui est négatif).

Mais comme dans le même temps les importations ont moins augmentées que prévu le solde commercial est supérieur aux attentes (ce qui est positifs).
a écrit le 18/08/2011 à 8:02 :
Je ne comprend pas je pensais qu'avoir un excédent commercial était une bonne chose et que plus il y en avait et mieux c'était, dans l'article ils en ont plus que prévu et ce n'est pas bien ? Quelqu'un pourrait il m'expliquer S'il vous plait ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :