Plan d'aide à la Grèce : la Finlande en trouble-fête

Les garanties obtenues par Helsinki remettent en cause le fragile échafaudage décidé le 21 juillet pour sauver l'euro.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Deux lignes dans les résolutions du Sommet de la zone euro du 21 juillet risquent de faire tomber tout l'échafaudage du nouveau plan de sauvetage à la Grèce. Les chefs d'État et de gouvernement participant à la monnaie unique avaient en effet concédé à la Finlande qu'elle puisse obtenir des garanties (« collatéral ») concrètes pour les millions d'euros qu'Helsinki devrait contribuer, comme ses pairs, au nouveau fonds de soutien à Athènes. « Le cas échéant, un contrat de garantie sera mis en place de façon à couvrir le risque résultant, pour les États-membres de la zone euro, des garanties qu'ils auront fournies au FESF [Fonds européen de stabilité financière] » avaient écrit les 17 dirigeants.

Il s'agissait de permettre au nouvel exécutif finlandais de sauver la face : depuis la percée des eurosceptiques « Vrais Finlandais » aux législatives d'avril dernier, le nouveau gouvernement est soumis à une vive pression pour ne plus aider sans contrepartie les États dépensiers de l'euro. Contre toute attente la ministre des Finances, la sociale-démocrate Jutta Urpilainen a annoncé mardi avoir trouvé un accord bilatéral avec la Grèce par lequel cette dernière s'oblige à reverser à la Finlande tout ou partie de la contribution du pays (estimée à environ 1,4 milliard d'euros) au nouveau plan d'aide (d'un montant total de 109 milliards d'euros) en la plaçant en actifs « peu risqués ».

En somme, comme l'écrit le quotidien grec Ekathimerini, « la contribution finlandaise [au plan global] est annulée ». « Des négociations sont encore en cours sur les détails de cet accord » indique à La Tribune le ministère finlandais des Finances. Mais déjà d'autres gouvernements de la zone euro, eux aussi réticents à payer à nouveau pour Athènes, se sont engouffrés dans la brèche. « La Grèce n'ayant pas elle-même les moyens pour cette garantie, ce sera à l'Union européenne (UE) de l'aider et donc les autres États-membres paieraient, nous n'en voyons pas la justification : l'Autriche, ayant déjà beaucoup contribué, elle devrait en plus payer pour des garanties à la Finlande...C'est insensé », s'exclame le porte-parole du ministère autrichien des Finances.

Les Pays-Bas ont indiqué eux aussi qu'ils demanderaient les mêmes garanties que celles obtenues par la Finlande...La Slovaquie et la Slovénie y réfléchiraient. Les hauts fonctionnaires des 17 en discutent depuis jeudi. Paris et Berlin restent volontairement cois sur le sujet. Mais le casse-tête finlandais menace de faire s'effondrer le complexe mécanisme de sauvetage de l'euro comme un château de cartes.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 20/08/2011 à 20:29
Signaler
NON ! on ne banque plus ! les pigs et la France quittent l'euro et chacun sa monnaie et se sort de l'emprise des marchés-la finance mondiale qui nous pourrit la vie - quitte à avoir une inflation de 20 % comme du temps de De Gaulle !!!

à écrit le 20/08/2011 à 3:21
Signaler
L'Euro EST MORT.. Jacques Delors et..... Marine LEPEN en sont d'accord..!!!!!

le 20/08/2011 à 10:44
Signaler
Le Pen en economiste je rigole, quand a Delors il n a jamais dit que l euro etait mort, ne pas interpreter a votre bon vouloir ses declarations. Il a ennoncer le fait que le duo France/Allemagne fondateur de l europe en passant comme ca, devaient rep...

le 21/08/2011 à 12:24
Signaler
François Bayrou, Marine Le Pen disent depuis longtemps que l'euro est basé sur une montagne de dettes qui va finir par s'écrouler comme un château de cartes. L'économie mondiale va s'effondrer et ne tient plus qu'à un fil. Mais les politiques ne voie...

à écrit le 19/08/2011 à 15:56
Signaler
C'est dans les difficultés qu'on reconnait ses vrais amis, bravo l'europe, nous aurions dû en rester au cinq du départ et avancer vers une conféderation de ces cinq etats, ensuite nous aurions posé des conditions drastiques aux nouveaux adherents, à ...

le 20/08/2011 à 14:37
Signaler
D accord, mais alors pourquoi demandr a l allemagne de supporter l essentiel des couts? Et si les francais agissaient au lieu de l ouvrir pour une fois?

à écrit le 19/08/2011 à 15:38
Signaler
Ce qui me fais le plus peur dans cette annonce c'est le mot bilatéral ! Comment les grecs qui sont sous perfusion du monde entier se permettent de signer des accords bilatéraux qui dynamitent (décrédibilisent) l'aide qu'on leur apporte. C'est une att...

le 20/08/2011 à 14:38
Signaler
La grece est paradoxalement en position de force pour negocier: ils savent que du succes du sauvetage de la grece depend le futur de l europe, ils negocient donc au mieux de leurs interets...

à écrit le 19/08/2011 à 15:08
Signaler
Moins bêtes que les autres, ces finlandais ! Enfin, j'encourage tous les fervents partisans de notre actuelle Europe à envoyer un maximum de LEUR argent à Bruxelles. Quant on a des convictions, on les traduit en actes. Du moment que vous me laissez l...

à écrit le 19/08/2011 à 9:47
Signaler
L'Euro est mort ... et le système financier aussi mourra aussi en même temps ... il n'y a plus aucun placement sans risques ni dans les dettes , ni dans l'économie réelle qui s'écroule a nouveau (décidément les milliers de de milliards des plans de s...

le 19/08/2011 à 10:49
Signaler
Rien a voir avec l euro mais bon.... Vous vous etonnez encore que les pays du nord qui ont fait les reformes pendant les periodes economiques fastes "Flexi securite, reforme du marche du travail avec la flexi securité, le danemark qui a vise sur le b...

le 19/08/2011 à 17:11
Signaler
Requiem pour l'euro avec trompette

à écrit le 19/08/2011 à 9:21
Signaler
Ceci constitue le parfait exemple de l'inanité des accords intergouvernementaux initiés par le couple franco-allemand dans sa volonté délibérée d'écarter les Institutions de l'UE (notamment la Commission, le Parlement et la Cour) de leurs plans de cr...

à écrit le 19/08/2011 à 7:58
Signaler
Avant la création de l'euro, il y avait de l'inflation, les salaires augmentaient, même si ceux-ci étaient gommé par celle-là, de temps en temps, des dévaluations intervenaient...mais les peuples étaient heureux, ils avaient l'impression que leur pou...

le 19/08/2011 à 10:35
Signaler
Mais loool c est beau de re ecrire l histoire.......

le 19/08/2011 à 10:36
Signaler
La france est un des pays qui recoient le plus de subvention via nottement la PAC..... et les subvention a l agriculture.....

le 19/08/2011 à 15:14
Signaler
Le différentiel des entrées/sorties pour l'Europe est actuellement de 6 milliards d'euros par an. Le coût global est de 20 milliards d'euros. Les garanties fixées pour le financement de la BCE, du FMI ne peuvent être précisément chiffrées en cela qu'...

à écrit le 19/08/2011 à 7:19
Signaler
Cela me rappelle une bien bonne vieille histoire quand j'habitais les Pays Bas , Rotterdam travaille et Amsterdam fait la Fete avec les revenus de Rotterdam

le 19/08/2011 à 9:04
Signaler
Pareil entre Berlin Est et Ouest, ou la Belgique Wallone et Flamande ou Paris et le reste de la France ou L'Italie du Nord et le reste de l'Italie...

le 19/08/2011 à 14:21
Signaler
Oui, Paris est la seule de ville de France dynamique, qui travaille (et où il fait tellement bon vivre accessoirement), et les autres villes se tournent les pouces c'est bien connu... Je salue votre obscurantisme Bob.

le 20/08/2011 à 10:50
Signaler
@ Seed et Bob: mais bob a raison ... dans ma boite (qui a des sites partout en France et dont le siège est a Paris) , un provincial n'est bon que si il accepte une mutation à Paris "la Ville lumière" , ou nos Pdg peuvent parler à l'oreille du pouvoir...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.