Haro allemand sur la BCE et Trichet

 |   |  330  mots
La chancelière Angela Merkel et le président dela République Christian Wulff, tous deux chrétiens-démocrates (CDU)
La chancelière Angela Merkel et le président dela République Christian Wulff, tous deux chrétiens-démocrates (CDU) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Président allemand, Christian Wulff, a vertement critiqué mercredi devant des Prix Nobel d'économie la politique de rachat d'emprunts d'Etat, notamment italiens et espagnols, par la Banque centrale européenne (BCE). Une critique éminente, et juridique, qui s'ajoute à un chœur de responsables allemands vent debout contre le Président de la BCE.

Elle est loin l'époque où les responsables allemands ne tarissaient pas d'éloges sur Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne (BCE), le "plus allemand des hauts fonctionnaires français" selon la formule de l'ancien ministre des Finances du chancelier Kohl, Theo Waigel.


A presque deux mois de son départ de la BCE, Jean-Claude Trichet voit se mobiliser contre lui et son institution les responsables politiques et économiques allemands. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase outre-Rhin est la décision de la BCE du dimanche 7 août d'étendre son programme de rachat d'obligations d'Etats de la zone euro en difficulté (à l'instar de la Grèce ou du Portugal) aux emprunts de l'Italie et de l'Espagne. Depuis l'institution de Francfort a rempli ces caisses pour quelques trente milliards d'euros de ces titres, soit au total 110 milliards d'euros d'emprunts d'Etats depuis le début de la crise grecque en 2010.

"Je considère l'achat massif d'emprunts de certains pays par la BCE pour contestable juridiquement" a critiqué mercredi le président de la République allemand, Christian Wulff, devant un aréopage de Prix Nobel d'économie à Lindau. Ce quinquagénaire chrétien-démocrate (le parti de la chancelière Merkel) a fait explicitement référence à l'article 123 du traité de l'UE qui "interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres (...) d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, (...) des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite".

A quelques jours de la décision de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe sur les actuels fonds de sauvetage des pays en difficulté (Grèce, FESF), ce rappel à la loi de son premier représentant souligne la défiance généralisée pour le mécanisme de sauvegarde de l'euro chez son premier bailleur de fonds.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2011 à 16:29 :
Je suis personnellement d'accord pour remplacer nos dirigeants français démagogues et irresponsables qui nous ont mis en faillite, par des dirigeants allemands (malgré les fait que mes 2 grands pères ont été tués par des allemands en 1914).
a écrit le 25/08/2011 à 7:50 :
C'est juste un rappel à la loi, exactement. Ce qui est fait depuis plus d'un an est illégal. Et (presque) tout le monde n'en dit rien. Ahurissant.
a écrit le 25/08/2011 à 7:48 :
Le probleme d"admettre un controlle de la BCE par les Etats aujourd hui, avec le mode de scrutin actuelle on va dans le mur.

Je m explique a la constitution des la CECA, puis de la CEE le mode de vote etait a l unanimité quelque soit la taille du pays, aujourd hui pour l UE a 27 le systeme n a pas change. Donc pour certaine decision primordiale un tout petit pays comme le Danemark peut bloquer tout le systeme.

Pour bien faire il faut harmoniser les legislation fiscale, ce qui sous entend des compromis de part et d autre, harmoniser de la meme facon le droit du travail, harmoniser les niveaux d etude.... Et modifier le mode de scrutin.

En gros faire enfin l europe politique, et ca urge je rappelle a certain lobbys que la PAC par exemple en 2012 ou 2013 c'est fini, et ca m etonnerais que les pays du nord et d autres allouent le meme budget a cette meme future PAC...... donc ca urge pour nos chers agriculteurs de se mettre a la page ou alors d accepter de mourrir et voir leurs exploitations rachetées par danone, nestle ou autre conglomera....

Par la suite toute une serie de programme d aide arrive a echeance et pas sur non plus qu ils soient revotés.......

Mais bon libre a certains lobbys et corporations de continuer leur immobilisme....
a écrit le 25/08/2011 à 7:43 :
L'égoïsme des "leaders" allemands n'a plus de bornes.
Dommage?
a écrit le 25/08/2011 à 7:31 :
La décision de la B.C.E. est sans doute contraire au traité.
Mais je ne sache pas qu'on ait beaucoup critiqué la violation du traité de Maastricht à peine l'avait-on adopté lorsqu'on a décidé d'appeler la monnaie commune EURO alors que trois articles du traité de Maastricht exigeaient expressément et clairement qu'elle fût nommée "ECU", que la B.C.E. veillât à ce que les billets fussent bien rédigés en ECU.
a écrit le 25/08/2011 à 4:52 :
Ah quand même ! Je me demandais quand les élus de la CDU allaient noter l'aspect totalement illégale des choses. Bon, il faut dire que le peuple est en train de les descendre en flèche au profit des libéraux. Comme quoi, la démocratie, quand elle existe encore, a du bon.
a écrit le 24/08/2011 à 23:27 :
N'importe comment on connait les attendus de la cour constitutionnelle de Karlsrue.
Ce qui est bon pour l'europe doit etre bon pour L'Allemagne,mais la réciproque n'est
admmisible pour les gardiens de la constitution Allemande.A Merkel est prise entre
deux feux:elle ne peut gouverner qu'avec les libéraux et doit satifaire l'opinion publique qui est favorable à l'aide européenne.C' est maintenant l'heure du choix pour son commerce extérieur.Quant à JC Trichet,il a eu raison de racheter les obligations d'états défaillants,bien que ce ne soit pas son role .De plus il n'ya aucun risque à emettre des euros en contrepartie.Qu'est-ce qu'attend l'Allemagne ? N'importe comment elle devra payer ! comme la France
Réponse de le 25/08/2011 à 4:54 :
Ah ah ah, on parie que non ?! Et vous avez tort, Angela Merkel n'a pas de pouvoir en tant que chancelière, c'est le parlement qui les détient. Quand aux Euro-bonds, je vous assure que le peuple allemand n'en veut absolument pas, sage qu'il est. Vous mélangez l'avis des pays latins et ceux des germains. Je préfère la vision de ces derniers, plus naturelle qu'une éternelle boule de neige.
Réponse de le 25/08/2011 à 9:28 :
Merkel gouverne grâce à la coalition avec les libéraux ( 21 sièges ).Ceux-ci dans les derniers sondages sont en dessous des 5 % des intentions de votes .Les dernières élections des régions ont dégagé une majorité écologiste favorable au fonds de soutien européen. Je n?ai pas parlé d?euro- bonds car ce dispositif mutualisé est une vue des socialistes européens qui par son taux unique fera payer plus cher à l?Allemagne sont argent .Comme elle devra payer, on ne peut pas lui demander de payer plus cher !.Le commerce extérieur de l?Allemagne dépend de son accord au fonds de soutien.

Réponse de le 25/08/2011 à 16:48 :
Bonsoir,

Merkel devra passer à la caisse, sinon l'Allemagne coulera. Il faut savoir que 80 %de ces exportations vont en EUROPE.
Réponse de le 25/08/2011 à 17:57 :
Si l'Allemagne coule, nous coulerons avec car notre premier marché export est bien outre Rhin. J'ai l'impression que beaucoup de monde méconnait les relations commerciales entre nos deux pays. On note certains individus, dans les commentaires joints, qu'ils aimeraient bien que les Bosches se cassent la gueul une fois pour toutes. Nous irons, sans aucun doute devant ou derrière eux.
a écrit le 24/08/2011 à 21:54 :
Malgré l'aide de la BCE, les taux grecs remontent en flèche et atteignent 44% sur 2 ans (!!!) et 17.89% sur 10 ans.
http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND
http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Le plan de sauvetage de la Grèce est mort.
a écrit le 24/08/2011 à 20:47 :
Cet épisode met encore en lumière cette obscure indépendance de la BCE par rapport aux pouvoirs Européens. Que Mr Trichet ait bien fait ou mal fait n?est à mon sens pas le débat .Le réel débat est de savoir qui doit autoriser ou entériner la politique de la BCE. Ne serait ce quand même pas aux états Européens de décider enfin de cette politique .Profitons donc de la désapprobation allemande pour enfin introduire un contrôle de la BCE
a écrit le 24/08/2011 à 20:37 :
Bonsoir,

Deutschland über alles. Ils veulent crever l'EUROPE mais ils crèveront avec. C'est bien la vieille Allemagne qui rebondit avec MERKEL.

Ils veulent tout dominer.
Réponse de le 25/08/2011 à 4:55 :
Quel commentaire stupide ! C'est comme si vous accusiez CETELEM d'être des monstres au motif qu'ils vont ont prêté de l'argent pour partir au ski alors que vous êtes endettée et que vous vous plaignez de ne pouvoir les rembourser.
Réponse de le 25/08/2011 à 14:27 :
je renchéris : commentaire affligeant.

pourquoi certains s'obstinent-ils à commenter à tout prix ?
Réponse de le 25/08/2011 à 16:43 :
Bonsoir,

Je ne comprends rien à ta réponse mon cher BASTIEN.Je ne vois pas ce que CETELEM vient faire la dedans.

Commentaire plus que stupide.
a écrit le 24/08/2011 à 19:26 :
En entiere accord avec eux ; nous n'avons pas a payer les dettes des etats comme nous n'avons pas à payer les dettes des surendettes français ....
Réponse de le 25/08/2011 à 9:30 :
De toutes facons, que nous le voulions ou non, que nous restions dans l'Euro ou non, ca va nous couter tres cher. Dire"Que les Etats en difficulte se debrouillent et remboursent leurs dettes" n'est, helas, pas une option.
a écrit le 24/08/2011 à 19:09 :
Il serait temps que les allemands se décident entre mettre fin à l'euro ou apporter leur soutien. Ce genre de remarques ne fait qu'empirer les choses...
Réponse de le 24/08/2011 à 22:15 :
Comme vous avez raison, SF. Les voila tout d'un coup vertueux avec les regles Europeennes. Ils ne disaient rien quand tout le monde (eux inclus) se moquait de l'interdiction d'avoir un deficit public superieur a 3%( sauf l'Estonie et la Finlande qui ont respecte la regle). Ils voudraient la fin de l'Euro qu'ils ne s'y prendraient pas autrement. Qu'ils partent et qu'on en finissent, ils seront peut etre les grands perdants(chutes de leurs banques si des pays font deaut et de leurs exportations)
Réponse de le 26/08/2011 à 10:43 :
si l'allemagne chute, en france ce sera bien pire. Eux au moins ont les capacités industrielles et fiscales et sociales d'aller de l'avant, contrairement à nous ou chaque lobby ne fait que gémir sur sa situation à chaque tentative de réformette. si l'allemagne songe à quitter l'euro, c'est bien la preuve que cette dernière ne sert à rien, et les propos du FN ne semble plus tout à coup si surréalistes que cela.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :