10 pays sur 17 ont déjà dit oui au FESF

 |   |  229  mots
Copyright Reuters
La Slovaquie et les Pays-Bas, les derniers à voter à la mi-octobre, sont les plus réticents.

Avant le vote ce jeudi du parlement allemand sur le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF) qui doit venir en aide aux pays en difficulté financière de la zone euro, dix pays parmi les dix-sept membres ont d'ores et déjà adopté le plan.

Depuis que la France a dit oui la première, la Belgique, l'Espagne, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, le Portugal et la Slovènie l'ont suivi. Dernière à avoir entériné cette semaine l'accord trouvé le 21 juillet dernier par les chefs d'État et de gouvernement, la Finlande, un pays où une large partie de l'opinion publique reste réticente à une nouvelle contribution au sauvetage de la Grèce.

Certains trainent

L'Autriche devrait dire oui vendredi, Chypre la semaine prochaine, et l'Estonie, Malte, les Pays-Bas et la Slovaquie au cours du mois d'octobre. C'est dans ces deux derniers pays que l'opposition est la plus forte. Dans le premier, après un certain flottement entre le gouvernement et le parlement, le vote a finalement été fixé au 11 octobre.

Quant aux Pays-Bas, la coalition au pouvoir, qui se range plutôt dans le camp des « faucons » sur le sauvetage de la Grèce, devra compter sur l'abstention de l'opposition parlementaire pour faire passer son texte, et pour le moment aucune date n'a été inscrite sur l'agenda des députés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :