En Grèce, la constitution garantit l'emploi à vie du fonctionnaire

Athènes tente de réduire le poids des salaires de fonctionnaires dans son déficit. Un poids considérable, fruit de l'histoire, qui pèse lourd dans la compétitivité du pays.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Sommé par ses bailleurs de fonds ? Europe et Fonds monétaire international (FMI) ? de redresser la barre en matière de déficit public, lequel devrait filer cette année à 8,5% du PIB contre 7,6% fixé dans le cadre du plan d?aide, le gouvernement de George Papandréou a dû se résoudre à donner un autre tour de vis, notamment en s?attaquant frontalement aux employés du service public. Il va en effet placer en chômage technique, avec un salaire réduit à 60 %, quelque 30.000 employés du secteur public d?ici à la fin de l?année pour former une « réserve de main d??uvre ». Cela devrait permettre d?économiser 300 millions d?euros en 2011 et de réduire de 150.000 le nombre d?employés du service public d?ici à 2015. Cette mesure devrait être reconduite en 2012 et 2013, et accentuée « si nécessaire », a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Rente de situation

Ce programme, pour le moins original, vise à contourner le cadre de la loi. En effet, depuis 1911, le statut de fonctionnaire à vie est inscrit dans la constitution grecque. A l?époque, cette décision partait d?une bonne intention : se doter d?un corps d'employés stable et compétent pour mettre un terme à l?inflation de leur nombre (214 pour 10.000 habitants, contre 176 en France, 126 en Allemagne et 73 en Grande-Bretagne à la fin des années 1980). Ce phénomène était lié au fait qu?à chaque changement de majorité, le personnel existant était remplacé par les partisans du nouveau pouvoir. Paradoxalement, ce nouveau statut s?est transformé en rente de situation qui a conduit à gonfler démesurément le secteur en raison du clientélisme exercé par les politiques. La Chambre de commerce d?Athènes indiquait en 2010 qu?un 1,2 million de personnes étaient employées par l?Etat, incluant les professeurs, les médecins et les prêtes de l?église orthodoxe, ce qui représentait 27% de la population active du pays. Et plus de 80% des dépenses publiques étaient consacrées au paiement de leurs salaires et de leurs retraites. « Travailler pour la fonction publique est largement perçue en Grèce comme la garantie d?avoir une sinécure et non une obligation contractuelle de travailler », constate l?analyste grec Takis Michas, dans une étude pour le think thank américain Cato Insitute. Autrement dit, le système de la fonction publique favorise une économie de rente, dont les bénéficiaires n?entendent pas renoncer aux avantages.

Poids pour l?attractivité

Surtout, cette logique a conduit à déséquilibrer complètement le rapport entre l?Etat et le secteur privé, en particulier les entreprises. Il en coûtait en 2009 3096 dollars pour remplir les formalités nécessaires à l?implantation d?une entreprise en Grèce contre 675 dollars aux Etats-Unis, selon une étude de la banque mondiale. Signe de ce déséquilibre entre secteur privé et secteur public, la Grèce a occupé continûment la dernière place des pays de l?OCDE en matière d?attractivité des investissements étrangers entre 1996 et 2008.Autre conséquence qui s?est transformée en effet pervers, soulignée par Takis Michas, le poids de la bureaucratie se traduit par une inflation de lois. Entre 1974 et 2010, soit en 35 ans, 100.000 lois ou décrets ont été votées, soit 8 lois par jour. De fait, dès qu?un ministère lance une réforme il doit faire un état des lieux de la législation sur le domaine concerné qui peut prendre des mois et laisser aux lobbies hostiles au projet de réforme le temps de s?organiser pour empêcher tout changement. Cette situation générale et structurelle de l?organisation de la Grèce explique en partie combien il est difficile de faire évoluer un modèle d?organisation sociale qui n?a pas évolué depuis des décennies.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 44
à écrit le 05/10/2011 à 16:11
Signaler
L'ennui c'est qu'ils comptent sur nous pour payer leurs salaires, alors que nous peinons déjà à payer les nôtres !!! La vie est un équilibre. Or le nombre de fonctionnaires en Grèce est totalement disproportionné avec le nombre d'habitants. C'est bie...

le 28/05/2012 à 0:43
Signaler
26% de la population active française appartient au secteur public, avec leur propre traitement salarial, la garantie de l'emploi et autres avantages acquis, leur propre régime de retraite.

à écrit le 05/10/2011 à 15:43
Signaler
Notre problème "Grèque" vient du fait que tous nos politiciens n'ont pas eut le cran de s'attaquer à la racine du mal, et comme d'habitude ils se sont enliser progressivement dans une situation problématique (et là c'est beaucoup plus dur voire impos...

à écrit le 05/10/2011 à 15:03
Signaler
Il est dit :'' un terme à l?inflation de leur nombre (214 pour 10.000 habitants, contre 176 en France, 126 en Allemagne et 73 en Grande-Bretagne à la fin des années 1980).'' Qui peux me dire .A ce jour et surtout depuis 1981, par rapport à la popula...

à écrit le 05/10/2011 à 14:51
Signaler
Les Grecs ont le droit de vivre comme ils veulent à condition de ne pas nous demander de les aider. Bien évidemment, c'est le contribuable français qui va encore payer, comme si nous n'avions pas assez d'impôts! 56% du PNB contre 45% en Allemagne. Le...

à écrit le 05/10/2011 à 14:16
Signaler
Ils n'ont qu'à louer ces fonctionnaires au privé.

à écrit le 05/10/2011 à 11:38
Signaler
Trouvé -* en cherchant - dans http://m.thetablet.co.uk/article/161409 Part of the problem in Greece is that the Greek people are simply confronted with decisions made in Frankfurt, rather than being involved in whatever deal might be possible. But...

à écrit le 05/10/2011 à 10:39
Signaler
C'est la France que décrit si bien cet article ?

à écrit le 05/10/2011 à 9:24
Signaler
La Grèce n'a qu'à réformer sa institution. Ce pays est entrain de prendre des autres membres pour les demeurés.

à écrit le 05/10/2011 à 8:11
Signaler
hahahhahahahhaaahahahaa ! C'est trop drôle, bientôt une constitution qui interdira de mourir pour payer ses taxes ! Pauvre monde, garantir à vie un fonctionnaire on est dans le communisme le plus total payé par le capitalisme des autres, c'est un tot...

à écrit le 05/10/2011 à 7:12
Signaler
27% de la pop active payée directement ou indirectement par l'Etat, c'est à peine 3% de plus qu'en France...

le 05/10/2011 à 8:26
Signaler
Et en plus, çà prend en compte les médecins et les curés...

à écrit le 05/10/2011 à 1:06
Signaler
La Gréce c est pas un autre pays ! Il y a de génial une Constitution !

à écrit le 04/10/2011 à 19:54
Signaler
Ce qu'il y a de génial dans une loi ou une constitution : C'est que l'on peut la modifier !Donc que la Grece chance quelques articles, puis licencie toute ou partie des fonctionnaires

le 05/10/2011 à 5:36
Signaler
trop drôle et si on baissait votre retraite ? et vous préférez licencier les fonctionnaires et les payer au chômage ? aussi Henri, vous n'en avez pas assez de faire des copier/coller sur chaque sujet du site ?

le 05/10/2011 à 8:16
Signaler
L'économie est chose fluctuante. Figer des prises de position dans une constitution est absurde. Conclusion ils doivent changer leur constitution pour leur permettre de survivre. Alors Henry, arrêtez les prises de position stéréotipées, nous sommes d...

le 05/10/2011 à 9:12
Signaler
Pour information : je ne suis pas encore en retraite ! Et vu l'evolution des choses : si j'ai une retraite de misère à 85 ans, il faudra que je m'estime heureux. Alors baisser la (ma retraite) si vous voulez : je ne compte plus dessus!! Par contre ...

le 05/10/2011 à 9:32
Signaler
Déclarer en faillite ce pays et l'Etat ne sera plus obliger de payer ces fonctionnaires. Ils peuvent toujours continuer à exercer leur métier sans solde et j'en suis persuadé qu'ils prendront la fuite de leur emploi à vie.

le 05/10/2011 à 10:51
Signaler
@Mettre en faillite la Grèce, Votre idée est une evolution du "necessité fait force de loi"!! Car personne ne travail pour la gloire ! Mais pour le momment ce sont les contribuables des pays européen qui finance des braves fonctionnaires grecs !

à écrit le 04/10/2011 à 18:19
Signaler
En plus de payer CHER nos fonctionnaires (pas ceux de la base!!!) il faut aussi payer les fonctionnaires d'un autre pays qui balance (aussi) l'argent par les fenêtres !! .. au fait... le tonneau des danaïdes.. c'est de la mythologie Grecque, et nous ...

à écrit le 04/10/2011 à 18:03
Signaler
Voila ou mène l'étatisme et le collectivisme, c'est l'inverse du libéralisme.La France et l'Italie sont juste derrière.

le 04/10/2011 à 18:22
Signaler
mais oui mais oui vous ne pouvez pas changer de disque SVP ? merci

le 04/10/2011 à 20:03
Signaler
@Nimois, voyez vous, Libre s'inquiete ! vi,vi, il remarque que la France, l'Italie, la Grece, etc.... sont des pays qui ont des similitudes !! Attention, je fait dans le politiquement correcte moi ! la France est au dessus de tout cela, elle est un...

le 05/10/2011 à 5:39
Signaler
mais bien sur, vous comparez la France et la Grece ? sur tous les plans ? vous n'avez décidément aucune notion économique ou géopolitique....sinon vous ne sortiriez pas ce genre de propos relayés par les JT de 13h....

le 05/10/2011 à 7:15
Signaler
La situation grecque n'est qu'un sursaut. A moyen terme les créanciers des dettes d'etats vont etre spoliés comme ceci a toujours été le cas dans l'histoire. On parle de crise boursière ceci est simplement faux il s'agit d'une crise banquaire: seules...

à écrit le 04/10/2011 à 17:15
Signaler
c'est dingue ce que la Grèce fait penser à la France....un pays d'assistés

le 04/10/2011 à 20:47
Signaler
C'est vrai, depuis les lois des années 71 sur "l'indépendance" des banques centrales, ça fait plus de 30 ans que l'on assiste les rentiers. On voit ce que ça a donné.

à écrit le 04/10/2011 à 16:49
Signaler
Il faut aussi regarder du cote de l'Espagne. De memoire, c'est le meme cesame. Vive les PIGS !! "vamos a la playa ..oh ..oh.. "

à écrit le 04/10/2011 à 15:38
Signaler
le nombre de fonctionnaires pour 10.000 hab ....à la fin des années 1880 ...ou 1980.....merci de relire vos articles

à écrit le 04/10/2011 à 15:35
Signaler
Conclusion nous finançons a vie le déficite grèque ! faut cesser d'urgence ce type de dépense inutile.

à écrit le 04/10/2011 à 12:20
Signaler
En France c'est surtout les responsables politiques qui bénéficient (hélas) d'un emploi à vie sur le dos des contribuables. Ils ne produisent rien mais s'accaparent tout. Entre eux, ils se reclassent avec bienveillance si l'un d'eux est battu.

le 05/10/2011 à 9:41
Signaler
Certaine personne hérite de son papa une usine remplisse de ces mille personnels et d'autre hérite d'un siège à vie de politique. C'est ce que j'appelle le privilège de nom propre. De toute façon, je n'ai que faire ce ce système pourvu que ces politi...

à écrit le 04/10/2011 à 11:46
Signaler
"conduit à gonfler démesurément le secteur en raison du clientélisme exercé par les politiques" Vous avez fait acte du CLIENTELISME de la Grèce certes, mais en France on a fait quoi durant ces 20 dernière année ?

le 04/10/2011 à 14:42
Signaler
+1

le 04/10/2011 à 14:44
Signaler
+1

le 04/10/2011 à 19:56
Signaler
+1

le 05/10/2011 à 9:52
Signaler
+1

le 05/10/2011 à 12:20
Signaler
+1

à écrit le 04/10/2011 à 11:43
Signaler
Remplacez "Grèce" par "France" dans le texte, et vous avez également une bonne description de la situation...

à écrit le 04/10/2011 à 11:17
Signaler
en gros la seule solution réaliste est de laisser couler totalement la Grèce. Seule la faillite totale peut permettre une réforme de ce genre de pays en cassant cette logique de parasitisme.

le 04/10/2011 à 12:20
Signaler
très juste letroll! après avoir profité, il faut payer et travailler!! aucune réforme en 40 ans, et on veut tout changer en quelques mois! allons chercher les fortunes grecques en suisse et ailleurs pour renflouer ce foutu pays et pas nos poches qui ...

le 04/10/2011 à 19:57
Signaler
A moins que nous aussi nous partions pour la suisse !

le 05/10/2011 à 14:58
Signaler
apres la grece, l'italie, puis la france ... vous allez etre malins avec vos pensees d'ici quelques annees. Vous etes en train de vous faire depecer en direct et manipuler par les USA et les anglais.

le 05/10/2011 à 16:01
Signaler
Les anglais sont aussi dans la m---- et les beaux jours des USA sont comptés ,soyez-en sûrs !C'est la fin d'un règne ....et, pour bientôt !!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.