Des milliers de Romains célèbrent à Rome la fin de "l'ère Berlusconi"

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Des milliers de Romains ont fêté samedi soir la démission de Silvio Berlusconi et sabré le champagne dans les rues de la capitale italienne.

Dès la fin de l'après-midi, une foule s'est rassemblée dans le centre de Rome pour célébrer le départ annoncé du président du Conseil.

"Nous attendons la fin de l'ère Berlusconi, nous espérons que ce sera la fin", a expliqué une Romaine, Angela Lanza.

Aux cris de "Va t'en" ou "Démission", plusieurs centaines d'opposants ont commencé à se regrouper vers 16h00 devant le palais Chigi, siège du gouvernement, et sur la via del Corso, qui mène au palais présidentiel du Quirinal et qui a été fermée à la circulation.

Parmi la foule, des militants du "Peuple violet", un mouvement anti-Berlusconi né sur internet, étaient venus dire "Bye Bye Silvio".

Des messages circulant sur Facebook ont appelé les Italiens à fêter dans la rue la démission du "Cavaliere" ou à suspendre des bannières tricolores aux balcons.

Des huées et des cris de "Bouffon, Bouffon" ont accueilli le président du Conseil à son arrivée dans la soirée devant le Quirinal, où il allait remettre sa démission.

Un orchestre s'est installé près du palais présidentiel pour jouer l'Alleluia du Messie d'Haendel.

La foule est devenue si compacte que Berlusconi a été contraint de quitter le Quirinal par une porte dérobée pour rejoindre sa résidence privée

Des cris de joie ont retenti quand la démission du "Cavaliere" a été officiellement confirmée par un communiqué de la présidence et des manifestants ont chanté, dansé et ouvert des bouteilles de champagne.

Un petit groupe de partisans du magnat des médias s'est rassemblé devant la résidence de Berlusconi mais il a été rapidement débordé par le nombre de ses opposants.

Des militants du groupe d'extrême droite Forza Nuova se sont également joints brièvement à la foule pour dénoncer la nomination annoncée de l'ancien commissaire européen à la Concurrence Mario Monti à la tête du prochain gouvernement.

Ils ont été écartés par la police après quelques brèves échauffourées avec d'autres manifestants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2011 à 14:32 :
Pour célebrer ils sont inbattables, d'ailleurs il y en a parmi eux qui ne savent même pas s'ils célebrent le départ ou le retour de Berlusconi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :