Cameron ne voit pas l'utilité de changer les traités européens

 |   |  505  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Trois jours avant de recevoir Angela Merkel pour en fixer les modalités, Nicolas Sarkozy a discuté ce vendredi avec le Premier ministre britannique, David Cameron, du projet franco-allemand de modification des traités européens pour renforcer la discipline budgétaire de la zone euro, qui inquiète Londres.

Rien n'a filtré des entretiens qui se sont déroulés autour d'un déjeuner à l'Elysée mais le Premier ministre britannique a déclaré à une télévision avant de quitter Paris que, si changement des traités européens il devait y avoir, il s'assurerait que les intérêts de son pays n'en souffrent pas.

Face à la crise des dettes souveraines qui ébranle la zone euro, la France s'est ralliée non sans mal à la position allemande d'une nécessaire modification des traités européens pour instaurer une plus grande discipline budgétaire en son sein. Cette position a été réaffirmée par Nicolas Sarkozy jeudi soir à Toulon, le chef de l'Etat annonçant dans le même temps qu'Angela Merkel serait lundi à Paris pour discuter de propositions communes qui seront présentées lors du Conseil européen du 9 décembre à Bruxelles.

La perspective n'enthousiasme pas David Cameron au moment où il doit faire face à la pression des eurosceptiques du Parti conservateur britannique, qui ont relancé leur campagne pour un référendum sur l'appartenance de Londres à l'Union européenne.

S'exprimant gare du Nord avant de reprendre l'Eurostar, il a déclaré que la zone euro avait besoin de deux choses, que ses institutions apparaissent clairement en soutien de l'euro pour rassurer les marchés et que ses économies soient plus compétitives. "Aucune de ces choses ne nécessite un changement de traité. Mais s'il y a un changement de traité, je m'assurerai que les intérêts de la Grande-Bretagne soient protégés et même encore plus favorisés", a-t-il insisté.

Depuis l'aggravation de la crise, en octobre, Londres a exprimé à plusieurs reprises sa frustration devant les initiatives franco-allemandes pour y mettre fin, estimant que les pays non membres de l'euro étaient mis devant le fait accompli pour des accords qui engagent l'ensemble de l'UE. Une évolution des traités pour des raisons internes à la zone euro nécessiterait de fait l'accord des parlements des vingt-sept pays de l'Union, un exercice qui serait difficile pour David Cameron, dont la majorité est écartelée entre une aile droite eurosceptique et des alliés libéraux-démocrates pro-européens.

Pour tenter d'amadouer les premiers, il a déjà indiqué qu'il pourrait réclamer en échange d'un traité établissant une zone euro plus intégrée le rapatriement en Grande-Bretagne de certaines prérogatives dévolues à Bruxelles, notamment en matière sociale.

Outre la crise de la zone euro, ses discussions avec Nicolas Sarkozy ont porté sur la situation en Syrie et la crise sur le nucléaire iranien. Les deux pays sont d'accord sur la nécessité d'exercer des "pressions massives" sur Damas, a indiqué David Cameron. S'agissant de l'Iran, il dit avoir remercié Nicolas Sarkozy de l'aide apportée par la France au personnel de l'ambassade britannique à Téhéran, attaquée cette semaine par des manifestants, et avoir évoqué avec le président français les nouvelles sanctions internationales prises contre la République islamique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2011 à 11:28 :
Ce nouveau traite ne résoudra pas les problèmes du surendettement des pays européens, car il ne s'attaque pas au fond du problème!

Lisez mon article et découvrez la vrai solution au problème actuel du surendettement publique de l'état français:

http://www.lepost.fr/article/2011/11/08/2633292_le-surendettement-de-france-et-les-causes.html
a écrit le 04/12/2011 à 8:43 :
Il est inutile d'ajouter de la technocratie et de la perte de souveraineté dans un montage qui ne résout pas le vrai problème de l'Euro. Aussi il est temps de revenir à notre monnaie souveraine et d'en profiter pour abolir la loi du 3 janvier 1973 (nommée Pompidou-Giscard) qui contribue aussi à l'endettement de la France par le paiement d'intérêts inutiles.
a écrit le 03/12/2011 à 12:46 :
En effet, la messe est dite et l'euro verra sa fin sans doute pour Noël ou pour les étrennes de Nouvel AN. Cela peut aller très vite, comme une branche qui craque après avoir été longuement sciée.
Réponse de le 03/12/2011 à 19:53 :
Hum, je pense que cela durera un peu plus. Je l'espère en tout cas car il me reste encore quelques milliers d'euros à convertir en or. Après, que cela pète, c'est mathématique et normal. Mais ce n'est pas faute d'avoir prévenu à moultes reprises de la folie de l'euroland.
a écrit le 03/12/2011 à 12:07 :
'il s'assurerait que les intérêts de son pays n'en souffrent pas.'
OO cette phrase me fait juste rever. Depuis quand n'a t'on pas entendu notre president prononce le mot 'interet national'en parlant de l'Europe ? :)
Réponse de le 03/12/2011 à 19:54 :
Pourquoi ? Il l'a fait un jour ? Lui qui se gaussait de De Villiers qui connaissait l'histoire de France et aimait son pays... Tout est là.
a écrit le 02/12/2011 à 23:41 :
Je lance un pari:
Le pari que dans 20 ans (possiblement bien avant), une fois les principaux problèmes de l´union européenne résolus et avec une livre attaquée de toute part et qui ne vaudrait plus grand chose, l´angleterre tapera á la porte de l´euro pour demander son adhésion á l´euro.
a écrit le 02/12/2011 à 17:50 :
Cameron a l'arrogance de s'ingérer dans les affaires de la zone euro alors que son pays joue les faux-jetons depuis son entrée dans l'Union et la création de l'union monétaire ! Comment les dirigeants des pays de la zone Euro peuvent-ils tolérer les interventions de ce type ?
Le Général voyait juste quand il s'agissait de la place des anglais dans l'Europe. Un jour viendra où ils oseront clamer haut et fort leur souhait de voir l'Euro tomber. On y est presque, c'est une simple question de temps.
Il n'y a plus qu'à attendre la fin du pétrole et les rosbeefs nous mangeront dans la main pour faire partie de l'euro. Dans l'histoire, on ne peut pas dire qu'ils sont restés comme un modèle d'honnêteté et d'intégrité !
Réponse de le 03/12/2011 à 5:34 :
Dans l Histoire jamais le drapeau à croix gammée n a flotté sur Big Ben et la France a ete heureuse d avoir l Angleterre a ses cotés. Remember!
Réponse de le 03/12/2011 à 16:55 :
Sur ce point je ne vous contredirai pas !
a écrit le 02/12/2011 à 17:41 :
Nous non plus nous ne voyons pas l'utilité de garder la GB dans l'UE:))) Mais avec les changements annoncés, je ne donne pas 5 ans à la GB avant qu'elle ne quitte définitivement l'UE. Elle est déjà à moitié dehors fait se donne l'impression d'être un partenaire à plein temps.... Ces sacrés anglais, toujours to be or not to be....
a écrit le 02/12/2011 à 17:11 :

Lui au moins il prend le train...
A part cela la perfide Albion devrait quitter l'UE et se jeter dans les bras de l'Oncle Sam. L?Europe ne s'en porterait que mieux. Entrer actuellement au RU est aussi compliqué que pénétrer aux USA. ou tout comme.
Réponse de le 03/12/2011 à 5:37 :
Au moins L Angleterre garde et je l espere gardera sa Souverainete Nationale que nos politicards ont brades pour sauvegarder leur "droits acquis"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :