La fuite de capitaux russes a plus que doublé en 2011

 |   |  280  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La fuite nette de capitaux privés de Russie a nettement augmenté en 2011 pour s'établir à 84,2 milliards de dollars, selon la banque centrale.

En Russie, la fuite de capitaux a plus que doublé l'an dernier. En 2010, un total de 33,6 milliards de dollars de capitaux privés avait quitté la Russie, en 2011 ce montant est ressorti à 84,2 milliards de dollars, selon le communiqué publié ce jeudi par la banque centrale russe (BCR).

Sur le seul quatrième trimestre 2011, près de 37,8 milliards de dollars ont été sortis du pays, a précisé l'institution. Il s'agit de la plus importante fuite nette de capitaux sur un trimestre depuis 2008.

Pour la BCR, le doublement de la fuite de capitaux n'est pas une surprise. Ces résultats sont conformes à ses pronostics. Cependant à plusieurs reprises, elle a revu à la hausse ses prévisions au cours de l'année : à la mi-décembre, le vice-président de la BCR, Alexeï Oulioukaïev, avait ainsi indiqué tabler sur 85 milliards de dollars en 2011, alors que la dernière estimation était jusqu'alors de 80 milliards de dollars.

Pour expliquer ce phénomène, les dirigeants de la BCR ont incriminé à plusieurs reprises le mauvais climat d'investissement en Russie. Il met notamment en cause la bureaucratie et les impôts pesant sur les entreprises.

Pour Ivan Tchakarov, économiste de la banque d'investissement Renaissance Capital, le chiffre de 2011 n'est "pas si spectaculaire" que cela, soulignant qu'en 2008, la fuite des capitaux avait atteint plus de 130 milliards de dollars.

Selon l'analyste, si le phénomène était au début 2011 essentiellement le fait des investisseurs russes, il s'est intensifié en fin d'année quand les investisseurs étrangers ont commencé à sortir, eux aussi, des capitaux du pays. Ils étaient notamment inquiets face au mouvement de contestation contre les autorités russes après les élections législatives du 4 décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2012 à 17:28 :
Pourquoi les capitaux russes n'émigreraient-ils pas,comme les capitau
x français en Russie ou en Chine,au Brésil ou ailleurs...?La Russie se "reconstruit" ainsi...Et la France se désindustrialise...
a écrit le 13/01/2012 à 17:26 :
Blanchiment d'argent: selon un rapport de l'OCDE, Berlin est l'un des pires élèves en matière de lutte contre la criminalité financière

http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/1466274-blanchiment-d-argent-selon-un-rapport-de-l-ocde-berlin-est-l-un-des-pires-eleves-en-matiere-de-lutte-contre-la-criminalite-financiere.html

Ces critiques plongent le gouvernement allemand dans l'embarras au moment où il fait pression contre le secret bancaire suisse.
a écrit le 13/01/2012 à 9:48 :
A ma connaissance, l'avenir est incertain en Russie comme ailleurs. le gros business profilère, on détruit des patés d'immeuble pour construire d'impressionnant centres d'affaire/habitation a destination des classes aisées, mais les travailleurs et en particulier les petites entreprises craignent a tout moment qu'on leur ferme arbitrairement leur magasin et travaillent dans la crainte perpétuelle des autorités. L'argent circule en haut, les matières premières sont abondantes, mais un frange importante de la popûlations ne se developpe pas economiquement (classe moyenne). l'education se détruit, la mafia prolifère. Trop d'incertitudes et de problèmes pour que l'investissement suive. ceux qui le peuvent fuient vers les lieux plus démocratique, comme l'australie ou la suisse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :