La dégradation de S&P ne perturbe pas l'émission du FESF

 |   |  184  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Fonds européen de stabilité financière a enregistré une forte demande de plus de 4,6 milliards d'euros lors de son adjudication d'obligations à 6 mois.

Malgré la dégradation de sa notation par Standard & Poor's, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) a sans encombre réussi son adjudication obligataire prévue ce mardi. Comme lors de sa première opération à court terme du 13 décembre, le FESF a enregistré une forte demande de plus de 4,6 milliards d'euros qui a permis au Fonds de lever comme annoncé 1,5 milliard d'euros d'obligations à 6 mois.

En visite ce mardi à Singapour pour y rencontrer des investisseurs, le président du FESF, Klaus Regling, a estimé que l'abaissement lundi d'un cran à "AA+" de la note financière du FESF dans le sillage de la dégradation de la note de la France opérée par l'agence S&P n'aura que peu de répercussions. "Aussi longtemps qu'il ne s'agit que d'une agence de notation, il n'y a pas de réel besoin de faire quoi que ce soit", a-t-il souligné.

Début décembre, le FESF avait annoncé qu'il allait développer un programme d'emprunt à court terme en plus de celui à plus longue échéance pour augmenter sa flexibilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2012 à 14:54 :
Une BCE complaisante avec les banques, complaisance qui devrait se poursuivre en février. Des banques qui abandonnent leur activité de banque d'investissement d'où un appel au marché de moins en moins important. Que peuvent faire les investisseurs de leurs liquidités? Acheter de la dette souveraine des pays les moins risqués avec une baisse ou une stabilisation des taux en perspective.
a écrit le 17/01/2012 à 14:04 :
A 3,255% maintenant, il est évident qu'il va grimper en flèche. Bonne opération pour les créanciers. En leur souhaitant de ne devenir chirographaires...
a écrit le 17/01/2012 à 14:01 :
Le syndrôme du Titanic ! l'orchestration financière continue de jouer pendant que le bateau coule.
Tout va bien Mr Ponzi vous avez fait des émules! Le FESF est adossé aux garanties de certains Etats dégradés et qui paiera en cas de défaillance de la Grèce, du Portugal... etc
a écrit le 17/01/2012 à 13:31 :
En avant, planche à billets toute !
a écrit le 17/01/2012 à 13:04 :
tout va bien on dira

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :