Il y a assez de fonds pour aider l'italie et l'Espagne, selon le patron du FESF

 |   |  197  mots
Klaus Regling, directeur du FESF (Copyright Reuters)
Klaus Regling, directeur du FESF (Copyright Reuters) (Crédits : Reuters)
Alors que la dégradation de plusieurs pays de la zone euro menace, le directeur du Fonds européen de stabilité financière reste optimiste. La zone euro dispose d'environ 600 milliards d'euros pour lutter contre sa crise de la dette et des fonds supplémentaires pourront être débloqués en mars si nécessaire,a-t-il fait savoir vendredi.

"Si l'Italie et l'Espagne venaient à demander de l'aide, leurs besoins de financement pour 2012 seraient inférieurs à cela (600 milliards d'euros) et je ne pense pas qu'ils devraient se retirer du marché", a déclaré Klaus Regling .

S'exprimant lors d'une conférence à la banque centrale d'Italie à Rome, il a précisé que plus de 1.000 milliards d'euros avaient déjà été dépensés pour tenter de résoudre la crise de la dette et qu'environ 100 milliards d'euros supplémentaires pourraient être nécessaires pour le deuxième plan d'aide à la Grèce.

Il a dit trouver "un peu surprenant de lire tous les jours (...) que ces montants sont tout simplement insuffisants et que seule la BCE peut y arriver". Selon lui, il est "borné" de penser que la BCE n'en fait pas assez pour résoudre la crise de la dette.

Pas de levée de fonds avant janvier

Enfin, le directeur du fonds à précisé qu'il n'avait pas l'intention de préfinancer le FESF avec des milliards d'euros de dette "sans raison claire" de le faire. Il a ensuite indiqué que le FESF émettra de la dette en janvier, dans le cadre du plan de sauvetage de l'Irlande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2011 à 17:16 :
Ce qui est dommage c'est que le patron du FESF ne sache pas faire des additions car cela lui permettrait d'éviter de dire des choses fausses.
a écrit le 18/12/2011 à 10:36 :
Depuis le hold up de 2008, les riches sont plus riches, mais on va réduire les moyens des chômeurs, et même de la police, la justice, les armées. Au fait, j'ai un tuyau pour la bourse, il faut racheter des actions sur les sociétés de gaz lacrimos, les gilets par éclats, de casques, et voitures blindées, les sociétés de sécurités pour richards et menteurs médiatiques... Il parait qu'il y a avis de tempêtes, sur toute l'Europe ! Les mayas avaient raisons, on est dans la fin d'un monde humain en 2012, avec conjonction de toutes les extrêmes droites qui se profile en mars !
a écrit le 18/12/2011 à 10:27 :
selon "la patron"... ok on est en crise, mais quand même... nos commentaires sont bourrés de fautes, mais les textes de références ??? Cela me rappelle les télévisions belges, où les commentaires des produits de luxes sont avec un accent allemand ou flamand, et des fautes de grammaires pour les verbes, ou les articles, car le produit est destiné pour le riche.
a écrit le 17/12/2011 à 15:59 :
Allez hop, les banksters ! Une bonne inflation à la Weimar et plus de dette ! Plus de chômeurs non plus, ils seront tous morts de fin.
a écrit le 17/12/2011 à 13:39 :
Hey Msieur, ils viennent d'ou tous ces milliards ????
Quand il y en aura effectivement besoin ??? Vous comptez les emprunter à qui ???
Ah oui, vous allez régler un problème de dette en faisant plus de dettes.
a écrit le 16/12/2011 à 20:23 :
Klauss, mon brave, vous avez dit "borné". A vous voir et vous lire, on ne doute de votre largeur d'esprit. Heureuse Europe, avec Klaus, Angela et le super Schauble, on est sauvé.

a écrit le 16/12/2011 à 18:34 :
L'Italie est le pays qui compte le plus de riches. Alors, il faudra expliquer pourquoi il faut lui venir en aide.
Réponse de le 17/12/2011 à 1:17 :
parce qu'ils ne le sont pas officiellement...
Réponse de le 17/12/2011 à 11:17 :
En rance les exiles fiscaux ont desormais leurs deputes. Il ne paient rien et ont droit a la parole. Oridinal.
a écrit le 16/12/2011 à 17:19 :
Si il y en a de trop, je suis preneur. Je ne suis pas trop gourmand, un petit million, me serait d'un grand secours et pour vous, Monsieur le directeur, un petit million, c'est une pecadille. Vous en etes aux milliards , 1000 milliards et ce n'est qu'un debut. Vous n'avez pas peur que tout s'ecroule ? Mais j'y pense, ce n'est votre argent alors pourquoi auriez vous peur ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :