Le tour du monde en 80 secondes

 |   |  706  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Ce qu'il faut savoir ce mercredi sur l'actualité internationale : Etats-Unis, Syrie, Russie, Libye

Etats-Unis

Le modéré Mitt Romney, qui se présentait en position de leader en termes de délégués engrangés au niveau national, et l'ultraconservateur Rick Santorum se livraient une bataille acharnée lors du "Super mardi" des primaires républicaines, où dix Etats étaient en jeu, avec une élection très serrée dans l'Etat stratégique de l'Ohio (nord). Selon les estimations diffusés par les chaînes de télévision américaines, MM. Romney et Santorum ont remporté trois Etats chacun, et Newt Gingrich, un seul, son fief de Géorgie, trois autres Etats étant encore dans la balance. M. Romney a empoché le Massachusetts (nord-est), dont il a été gouverneur, la Virginie (est) et le Vermont (nord-est), tandis que son principal rival, M. Santorum, s'est adjugé le Tennessee (sud-est), l'Oklahoma (sud) et le Dakota du Nord (nord).

Dans l'Ohio (nord), M. Romney, qui peine à convaincre la base conservatrice du parti, et M. Santorum étaient au coude-à-coude avec chacun environ 38% des voix après dépouillement d'un tiers des suffrages.

Les 10 Etats du "Super mardi" devaient désigner plus de 400 délégués, sur les 1.144 nécessaires pour décrocher l'investiture pour affronter Barack Obama lors de la présidentielle de novembre.

Syrie : les violences continue, la russie temporise

L'armée syrienne a lancé mardi un assaut sur plusieurs villes, notamment dans la région de Deraa, berceau de la révolte dans le sud du pays, au moment où la Russie affirmait qu'elle n'avait aucune intention de changer de position vis-à-vis de son allié syrien. Douze personnes ont péri mardi dans les violences, a rapporté l'Observatroire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Après la prise jeudi de Baba Amr, quartier rebelle de Homs (centre) dévasté par un mois de bombardements, les forces du régime assaillent notamment Rastane, bastion de l'Armée syrienne libre dans cette région.

La Russie, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU qui a déjà bloqué deux résolutions condamnant le répression, a averti ses "partenaires américains et européens" de ne "pas prendre leurs désirs pour des réalités" en s'attendant à un changement de politique à l'égard de son allié syrien après l'élection de Vladimir Poutine à la présidence. "La position russe sur le règlement du conflit en Syrie (...) ne se forme pas en fonction de cycles électoraux", a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Russie : poutine balaie les critiques sur le scrutin

L'opposition russe a appelé mardi à de nouvelles manifestations et a réaffirmé sa détermination après la présidentielle, malgré les centaines d'interpellations de la veille et la fermeté de Vladimir Poutine qui a écarté toute critique de sa victoire au premier tour dimanche, avec près de 64 % des voix. Les protestations "sont un élément de lutte politique, elle n'ont rien à voir avec le scrutin", a affirmé M. Poutine.

Libye : vers une partition ?

Le chef du pouvoir libyen Moustapha Abdeljalil a accusé mardi des pays arabes, sans les nommer, de soutenir la "sédition" du pays "pour ne pas être contaminés par la révolution", peu après la proclamation de l'autonomie de l'est de la Libye par des chefs de tribus et de milices de cette région pétrolière, qui ont annoncé à Benghazi avoir "fait le choix du système fédéral". Baptisée Cyrénaïque, cette entité qui s'étend de la frontière égyptienne à Syrte fait craindre une partition de la Libye déjà fragilisée par un conflit de huit mois, alors que les nouvelles autorités peinent à stabiliser le pays.

Iran : les négociations sur le nucléaire reprennent

Les grandes puissances ont accepté mardi de reprendre, après plus d'un an d'interruption, les négociations avec l'Iran autour de son programme nucléaire controversé, alors qu'Israël accentue la pression sur Téhéran. Ni la date ni le lieu n'ont encore été fixés pour la reprise de ces négociations entre Téhéran et le groupe 5 + 1, composé des cinq membres du Conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Russie et Royaume-Uni) et de l'Allemagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :