Tour du monde de l'actualité internationale du vendredi 9 mars

 |   |  717  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Ce qu'il faut savoir ce vendredi de la Grèce au Nigéria en passant par la Syrie.

Dette de la Grèce : 83,5% d'acceptation des créanciers privés

Athènes a recueilli 83,5% d'acceptation de l'ensemble de ses créanciers privés, dont 85,8% des seuls détenteurs d'obligations de droit grec, dans le cadre de la restructuration de son énorme dette souveraine, a annoncé jeudi le gouvernement grec.
Athènes recommande l'activation des clauses d'action collectives attachées aux obligations qui doivent être échangées, ce qui contraint les porteurs rétifs à accepter les termes de l'échange et devrait porter au final le taux d'acceptation à 95,7%, a indiqué le communiqué du ministère des finances. L'ISDA, le comité chargé de déclencher les CDS, doit se réunir à 13h00 pour décider si ces contrats de couvertures doivent être déclenchés.

Syrie : Le ministre du Pétrole a rejoint l'opposition, la répression continue

Le vice-ministre syrien du Pétrole a annoncé sa défection pour dénoncer la "brutalité" du régime de Bachar al-Assad, devenant le premier responsable gouvernemental à rejoindre les rangs de l'opposition en presque un an de révolte.
Abdo Hussameddine, passé dans la clandestinité pour sa sécurité, a appelé les autres membres du gouvernement à abandonner "un bateau qui coule", expliquant ne pas souhaiter finir sa vie "au service d'un régime criminel".
Burhan Ghalioun, le chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a salué cette démission, appelant lui aussi d'autres responsables et fonctionnaires du régime à faire de même.
Alors que la répression de la contestation a fait encore 13 morts jeudi et que la communauté internationale s'inquiétait de plus en plus de la situation humanitaire, la responsable des opérations humanitaires de l'ONU, Valerie Amos, négociait toujours un accès sans entrave aux populations civiles.

Nucléaire: les grandes puissances appellent l'Iran « à s'engager dans un processus de dialogue sérieux »

A Vienne, les grandes puissances ont demandé jeudi des gages de "sérieux" à l'Iran dans la perspective d'une reprise des discussions sur son programme nucléaire controversé, pressant notamment ce pays d'ouvrir son site militaire de Parchin aux inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
"Nous appelons l'Iran à s'engager, sans conditions préalables, dans un processus de dialogue sérieux" afin de lever les doutes sur la nature de son programme nucléaire, écrivent les pays du groupe des 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne) dans ce texte diffusé au cours du conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Sénégal : Macky Sall favori pour le second tour du 25 mars

Rivaux du second tour de la présidentielle sénégalaise du 25 mars, le sortant Abdoulaye Wade et son ex-Premier ministre Macky Sall sont entrés jeudi en campagne pour deux semaines, M. Sall, fort du soutien de la quasi-totalité de l'opposition, apparaissant comme favori.

Un Britannique et un Italien tués au Nigéria

Un Britannique et un Italien, otages au Nigeria depuis mai 2011, ont été tués, apparemment par leurs ravisseurs, avant d'avoir pu être secourus lors d'une opération lancée jeudi par les forces nigérianes avec l'appui des Britanniques, a annoncé le Premier ministre David Cameron.
Le président du Nigeria Goodluck Jonathan a de son côté annoncé que les personnes qui avaient tué les otages avaient été arrêtées et que le Britannique et l'Italien étaient détenus par le groupe islamiste Boko Haram.

Pakistan : les trois veuves de Ben Laden inculpées

Les trois veuves d'Oussama Ben Laden, présentes dans la maison où le chef d'Al-Qaïda a été tué le 2 mai 2011 par un commando américain au Pakistan, ont été inculpées d'entrée illégale dans ce pays qui les maintient en détention, a indiqué le ministre de l'Intérieur.
Le ministre, Rehman Malik, n'a pas précisé quand ces femmes, de nationalités yéménite et saoudienne, ont été inculpées, ni quand leur procès débuterait.

Les citoyens européens plébiscitent Angela Merkel

Parmi les dirigeants des cinq principaux pays européens, la chancelière allemande Angela Merkel est la plus appréciée par les citoyens européens et le président français Nicolas Sarkozy est le moins populaire, selon un sondage réalisé en Allemagne, Espagne, Italie, France et au Royaume-Uni.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2012 à 17:02 :
"Parmi les dirigeants des cinq principaux pays européens, la chancelière allemande Angela Merkel est la plus appréciée par les citoyens européens et le président français Nicolas Sarkozy est le moins populaire, selon un sondage réalisé en Allemagne, Espagne, Italie, France et au Royaume-Uni." Il semble que même en Europe on ait une mauvaise opinion de l'idée de "supériorité" de la civilisation ... disons... gréco-lepeno-sarkozienne. Quelle idée !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :