Budget, chômage, fiscalité... Les phrases clés du débat Obama-Romney

 |   |  724  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un Mitt Romney offensif contre un Barack Obama plus en retrait: lors du débat de cette nuit entre les deux candidats à la Maison Blanche, le représentant des Républicain a joué le tout pour le tout sur des passes d'armes centrées sur l'économie. Cinq répliques-clés pour se faire une idée.

Premier round entre Barack Obama et Mitt Romney. Les deux candidats s'affrontaient cette nuit à Denver pendant une heure et demie, dans le Colorado sur des sujets de politique intérieur. Ce premier débat télévisé de la campagne s'est surtout centré sur des questions économiques. Et visiblement, les spectateurs ont estimé que Mitt Romney avait remporté la manche. Selon un sondage réalisé pour CNN, 67% des Américains ayant regardé le débat considèrent que l'ancien gouverneur du Massachusetts l'a "gagné". Barack Obama, de son côté, paraissait plus en retenue, même s'il n'a pas manqué de lancé quelques répliques incisives. Voici ce que l'on pouvait retenir de cette joute. 

? Obama : "Quand je suis entré dans le Bureau ovale, j'avais un déficit de plus de 1.000 milliards qui m'attendait. Et nous savons d'où il venait"

Dans sa réplique, le président-candidat a soigneusement évité de prononcer le nom de son prédécesseur, George W. Bush. Mais ses critiques lui sont directement adressées. Il a ainsi fustigé "deux guerres payées à crédit, deux dispositifs de cadeaux fiscaux qui n'étaient pas financés". Pour Barack Obama, la ligne de Mitt Romney sera la même que celle de l'ancien président Républicain: "l'approche dont parle le gouverneur Romney est à peu près du même acabit que celle qui nous a été vendue en 2001 et 2003". 

? Romney : "Le président a un point de vue très proche de celui qu'il avait quand il était candidat il y a quatre ans : dépenser plus, taxer plus, réguler plus (...) Ce n'est pas la bonne réponse pour l'Amérique"

Le candidat républicain, de son côté, ne dévie pas de sa ligne d'attaque depuis le début de la campagne: attaquer son opposant sur les dépenses engagées par son administration, alors que la "falaise de la dette" menace toujours. Pour lui, l'économie américaine a suivi "un chemin infructueux", depuis le début de la présidence Obama en janvier 2009. Et la classe moyenne aurait été "écrasée".

? Obama: "Est-ce parce que le gouverneur Romney pense que tous ses plans doivent rester secrets parce qu'ils sont trop bons? (...) Est-ce parce que d'une certaine manière les familles de la classe moyenne risquent d'en bénéficier un peut trop?"

Le candidat démocrate a raillé l'absence de programme précis chez son adversaire et insinué que les propositions de ce dernier favorisaient essentiellement les riches aux dépens de la classe moyenne.

? Romney : "J'ai cinq fils. J'ai l'habitude des gens qui disent des choses pas toujours vraies mais qui continuent de les répéter en espérant qu'à la fin je le croirais. Mais ce n'est pas le cas, d'accord? Je ne réduirai pas les impôts payés par les Américains gagnant les plus hauts revenus".

Le candidat républicain s'est démené pour défendre sa position et a assuré que, non, ses propositions de réductions d'impôts ne creuseraient pas le déficit de 5.000 milliards de dollars. Pour lui, au contraire, "l'économie du pays a souffert d'une régulation excessive".

? Romney : "Si le président est réélu (...) vous devrez vous habituer à un chômage chronique"

Le taux de chômage atteint 8% de la population active outre-Atlantique. C'est sur cette note que Mitt Romney a conclu son intervention.

? Obama: "Il y a quatre ans, j'avais dit que je n'étais pas un homme parfait et que je ne serais pas un président parfait et c'est probablement la promesse que le gouverneur Romney pense que j'ai tenue (...) J'ai aussi promis que je me battrais chaque jour pour le peuple Américain. (...) J'ai tenu cette promesse et si vous votez pour moi, je me battrai autant lors de mon deuxième mandat".

Le président-candidat a ainsi conclu, en souriant, son discours, tenant à marquer sa posture de président.

Les candidats ont également évoqués la réforme du système de santé défendue par Barack Obama et surnommée Obamacare. Mitt Romney a répété son intention de l'abroger. "L'ironie, c'est que nous avons vu ce modèle fonctionner vraiment bien au Massachusetts", a rétorqué le président démocrate.

____

(Re)voir le premier débat Obama - Romney [EN]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2012 à 14:51 :
Je suis actuellement au US. J'ai assisté en direct à la TV au premier débat entre les 2 candidats à la Présidence. Rien à voir avec les compte-rendus des journalistes "Obamaistes" français! Il y a avantage net à Romney : très clair pour exposer son programme, très précis pour expliquer comment il compte remonter le pays. Obama s'est borné à répèter les mêmes litanies comme il y a 4 ans. Mais elles ne sont plus crédibles car elles se résument à :" Toujours plus de dépenses et inch allah pour la croissance". Du keynes fondamentaliste et ultra-orthodoxe!!! Mais nous sommes en plein 21ème siècle et les paradigmes de l'économie sont complètement différents actuellement. That's the problem!
a écrit le 04/10/2012 à 9:15 :
"même s'il n'a pas manqué de lancé(er)"

putain, marre des fautes
Réponse de le 04/10/2012 à 14:01 :
"bénéficier un peu trop" aussi. Bon c'est la Tribune, c'est normal. ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :