Élections américaines : les casseroles de Barack Obama et de Mitt Romney

 |   |  616  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Chacun des deux candidats à la présidentielle américaine tentera de déstabiliser son adversaire en jouant sur ses faiblesses et ses bourdes passées. Revue des casseroles de Barack Obama et Mitt Romney.

Dans quelques heures aura lieu le premier débat qui doit opposer Barack Obama à son challenger républicain Mitt Romney. Chacun des candidats, ou leur entourage, a commis des bourdes ou traine des sorties médiatiques malheureuses comme des boulets. Revue des casseroles qui pourraient peser sur ce premier débat.

Dans le camp démocrate :

La classe moyenne a été dévastée : La dernière sortie malheureuse pour Barack Obama est sans aucun doute celle de Joe Biden. Le colistier du candidat démocrate a provoqué l'hilarité du camp républicain en affirmant que la "classe moyenne (...) a été dévastée ces quatre dernières années." Le vice-Président des États-Unis voulait sans doute faire allusion aux conséquences de la crise des subprimes entamée en 2008 et aux suites de la politiques de George W. Bush, mais Mitt Romney a immédiatement ironisé sur son compte Twitter : "Je suis d'accord avec Joe Biden, la classe moyenne a été devastée au cours des quatre dernières années, et c'est la raison pour laquelle nous avons besoin d'un changement en novembre."

VOIR AUSSI : Le sentiment de déclassement progresse aux États-Unis... une bonne nouvelle pour Obama

L'affaire de Benghazi : Le camp de Mitt Romney a accusé Barack Obama d'avoir changé de version au sujet des attaques du consulat américain à Benghazi. Hillary Clinton avait en fait évoqué "un attentat" commis par un "petit groupe sauvage." Avant que le président américain ne qualifie finalement l'attaque "d'acte terroriste" qui pouvait être l'oeuvre d'Al-Qaïda. Mitt Romney en a alors profité pour accuser Barack Obama d'approximations en matière de politique étrangère. L'un des points clés du dispositif de Romney face à son adversaire.

Dans le camp républicain :

Les électeurs d'Obama sont des assistés : C'est l'affaire qui a fait grand bruit ces dernières semaines. Lors d'un diner destiné à récolter des fonds pour sa campagne, Mitt Romney a été filmé à son insu en train de dénigrer les électeurs d'Obama. Il était allé jusqu'à les traiter d'assistés : "Il y a 47% de gens qui voteront pour le président quoi qu'il arrive. Très bien, ce sont 47% qui sont avec lui, qui dépendent du gouvernement, qui croient qu'ils sont victimes, qui croient que le gouvernement a la responsabilité de s'en occuper."

VOIR AUSSI : Quand Romney se fait pincer en plein dénigrement des électeurs d'Obama

VOIR AUSSI : Mitt Romney aurait dû ouvrir ses livres d'Histoire

La feuille d'imposition de Mitt Romney : Mitt Romney avait été critiqué par l'équipe de campagne de son adversaire, Barack Obama, pour ne pas avoir publié ses déclarations datant de plus de deux ans, le camp démocrate se demandant s'il n'avait pas quelque chose à cacher. Sous pression, le milliardaire américain a dû publier ses avis d'imposition pour les années 2010 et 2011. Mais il a affirmé qu'il ne publierait pas celles datant d'avant 2011. De quoi fournir à Barack Obama une nouvelle brèche à exploiter. D'autant plus que Bloomberg a dévoilé un trust appartenant à Mitt Romney et à son épouse leur permettant d'échapper au fisc américain.

Les Palestiniens ne veulent pas la paix : Mitt Romney a beaucoup critiqué Barack Obama sur ses errements en matière de politique étrangère, mais il a failli mettre le feu aux poudres en affirmant que "les Palestiniens ne s'intéressent absolument pas à la paix" dans uen vidéo publié par le site américain Mother Jones. Pour lui "un cheminement vers la paix était presque impensable."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2012 à 15:05 :
ce ne sont plus des élections ... c'est TOP Chef !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :