Les économies développées sont-elles devenues des chaînes de Ponzi ?

 |   |  640  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Getty Images/AFP)
Un rapport du Boston Consulting Group a comparé les économies des pays de l'OCDE à la chaîne de Ponzi, du nom de cet escroc italien qui a inspiré Bernard Madoff arrêté en 2008. L'impasse sur le poids de la dette ne peut plus être permise d'après ce rapport.

« L'économie des pays développés, c'est un peu comme la chaîne de Ponzi, une vaste escroquerie ! », c'est ainsi que nous pourrions résumer un récent rapport du Boston Consulting Group (BCG) sur la crise des pays développés. Bien entendu, le discours est plus policé, mais l'analyse est sans concession. Le titre de ce document est d'ailleurs assassin : Fin de l'ère de la finance à la Ponzi. Il se réfère ainsi à Charles Ponzi, cet escroc d'origine italienne qui avait floué dans les années 1920 des milliers d'épargnants de Boston en leur promettant des taux de rendements exceptionnels et qu'il rémunérait avec l'argent récolté chez d'autres épargnants. Il y a quelques années, un certain Bernard Madoff avait construit la même arnaque sur des sommes astronomiques.

La doctrine Keynésienne dévoyée

Quel rapport avec les économies développées ? D'après cette étude, les gouvernements de quelques grands pays (France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Italie...) ont mis en ?uvre des politiques économiques fondées sur l'endettement. Jusque là rien d'étonnant, la théorie de l'économie d'endettement développée par la doctrine keynésienne, permet de stimuler la croissance en période de récession. Sauf que, d'après le rapport de BCG, cette politique d'endettement a perdu tout pouvoir de stimulation de la croissance. Du coup, les dettes contractées ne sont plus gagées sur les surplus de revenus qu'elles étaient censées engrangées, mais sur les revenus des générations futures... Sauf qu'un jour, les épargnants d'aujourd'hui ne pourront pas rembourser ceux d'hier. C'est là où réside la faille qui a fait tomber Charles Ponzi ou Bernard Madoff.

Toutes les caractéristiques de la chaîne de Ponzi sont réunies. Les Etats s'endettent pour payer les dépenses de fonctionnement et non celles liées à des investissements qui ont pourtant un effet multiplicateur plus important. Ce qui a deux conséquences. D'abord, les Etats s'endettent sans rien inscrire dans la colonne actif de leur bilan. Ensuite, chaque dollar emprunté n'induit quasiment plus de surplus de croissance. Pis ! Les Etats s'endettent pour rembourser les seuls intérêts de la dette.

L'effet multiplicateur quasiment neutralisé

Les chiffres sont éloquents. La dette cumulée (Etat, entreprises, ménages) des pays de l'OCDE est passée de 160% du PIB en 1980 à 321% en 2010. Par ailleurs, les effets vertueux du multiplicateur de croissance semblent avoir été en grande partie neutralisés. En 1960, un dollar investi créait 59 cents de PIB supplémentaire, il n'en engendre plus que 18 cents aujourd'hui.

Cette situation était devenue intenable pour les économies développées. Le premier symptôme de ce syndrome devait se manifester sans surprise par une crise monétaire. En Europe, la monnaie unique doit sa relative bonne tenue par la présence d'économies puissantes comme l'Allemagne ou la France qui continuent à afficher une colonne « actif » conséquente dans leur bilan. Autrement, les pays dits du Sud auraient été contraints, au mieux, de dévaluer massivement leur monnaie, avec les conséquences que l'on connait pour les petits épargnants ou le pouvoir d'achat, au pire de se déclarer en banqueroute.

L'impasse sur la dette n'est plus permise

Pour le Boston Consulting Group, la croissance de la dette est donc devenue le problème numéro un des économies développées. Et les solutions préconisées sont connues : Etat moins dépensier, baisser le poids de la dette, anticiper une crise démographique, investir dans l'éducation, les infrastructures...

Cette situation est largement connue des marchés et économistes. En cela, le BCG ne dit rien d'original mais l'illustre en recourant à l'exemple dramatique d'un escroc célèbre. Une façon de souligner l'avenir funeste qui attend ces économies si elles ne réagissent pas...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2015 à 12:35 :
Relire Marx, sur la collusion entre le grand capital et les dirigeants politiques qui ne sont que des laquais. Illustration : en fin 2012 la soi-disant gauche a voté dans loi de finance rectificative une disposition par laquelle l'Etat se portait caution, d'établissements bancaires qui s'étaient eux-même porté caution pour des emprunts d'une grande entreprise privée. Sans être uniquement marxiste, on ne peut que constater que les politiques jouent de plus en plus sciemment le rôle d'épouvantails / DRH des très riches, ce qui permet à ceux-ci de continuer à se remplir les poches derrières ces pseudos "responsables devant l'histoire" bien rémunérés, qui au final ne font en général, que voler au secours de la victoire lorsqu'il y en a une...La seule solution pour sortir de l'exploitation actuelle, serait : remises de dettes massives des financiers privés et publics qui se sont déjà suffisamment gavés avec des intérêts confortables, création d'une vraie politique publique de soutien à la création d'entreprise par une vraie banque, vraiment publique accordant de vrais prêts à risques et non des micro crédits par des banques privées à des demandeurs d'emploi radiés y compris par le biais de pseudo structures de l'économie solidaire, marché qui depuis la loi sur la question va devenir source de profit pour les banquiers etc... ce qui n'est qu'une nouvelle escroquerie.
Evidemment cela va à l'encontre du mode d'enrichissement actuel des très riches qui est basé notamment sur l'extorsion de fonds aux plus pauvres par des taxes redistribuées indirectement aux grandes entreprises, lobbies, corporations par l'Etat / DRH etc.. ) qui soutien donc en s'en défendant cyniquement, la concentration croissante du capital dans quelques mains, les positions dominantes, et autres rentes diverses des très très riches.
(((
a écrit le 04/01/2013 à 0:08 :
En matière de chaîne de Ponzi, la France détient le pompon avec le système Ponzi de retraite par répartition. Système par lequel 50% des cotisations extorquées sont volées. Record du monde, Madoff est un enfant de coeur à côté de ces soit-disants "partenaires sociaux" qui nous volent et nous escroquent
a écrit le 03/01/2013 à 16:44 :
On ne manipule pas une économie : elle s'adapte. Pour preuve, les économies parallèles, de toute sorte (les trafics, les comptes offshore d'entreprises ou de personnes physiques, etc.). Une économie est un système, si la personne politique est incompétente, les investisseurs auront forcément des attitudes court-termistes car ils ne savent pas de quoi est fait l'avenir. CQFD. car quid des milliards de bénéfice réalisés par votre fameux cac40. Sont-ils convenablement redistribués ? non : l'état (Etat et collectivité bien sur, il faut savoir lire entre les lignes, n'est ce pas) en prend une grande part pour couvrir son cout de fonctionnement monstrueux et le reste est réparti entre investissements, actionnaires et salariés. Mais la part prélevée par l'Etat est de l'argent facile : il n'y a aucune contrepartie à rendre. Donc l'homme politique creuse toujours un peu plus profond, en dépit du bon sens, en gaspillant ce qu'il récolte. a la fin : la famine
a écrit le 03/01/2013 à 14:50 :
Lorsque l'endettement de l'Etat sert à refinancer des dettes il n'y a aucune création de valeur ajoutée. La moindre des chose serait de présenter un montant de réduction des dépenses publiques équivalent à celui de l'emprunt, mais cela ne suffirait pas, il conviendrait aussi que cet emprunt finance des créations d'actifs nouveaux. Mais on n'apprend pas cela dans les école de la république, on apprend à dépenser. Quand à imaginer la maitrise de la croissance monétaire.en fonction de celle du sentier de croissance de l'économie, il faudrait avoir étudié les néoquantitativistes de l'école de Chicago, presque un gros mot pour nos petits énarques bien communistes sur les bords.
a écrit le 03/01/2013 à 14:19 :
Amusant de constater comment les pourfendeurs du "bolchévisme à la française" se gardent de mentionner l'endettement de leur Terre Promise (je veux parler des USA). Les USA qui ont mené depuis Reagan une politique de la "croissance", en fait d'endettement croissant. Politique obligée -- entre autres -- par le rôle de gendarme impérial du Monde qu'ils se sont donnés. Mais depuis les années 2000 ce rôle ne rapporte plus et la Chine est très riche et beaucoup d'alliés sont maintenant des concurrents. Et de plus, maintenir des bases, des soldats, des semblants de prestige, ça coûte. Remplacer l'armée américaine par des Private military companies (en Irak ou ailleurs), c'est encore de la dette pour ces compagnies et donc pour le contribuable américain.
Mais non, lorsque la Terre Promise du capitalisme s'endette jusqu'au cou en risquant la ruine, on évite d'en parler...
Réponse de le 03/01/2013 à 17:07 :
C'est cela ! Le vilain grand satan continue à faire des âneries : profitons en pour ne rien faire puisque de toute façon, quand il coulera, nous coulerons avec lui... Alors à quoi bon faire quelque remise en ordre que ce soit, n'est ce pas ?
Réponse de le 03/01/2013 à 19:20 :
Il est pour le moins surprenant que le BCG s'attaque à la société civile dont ceux qu'il représente ont abusé pendant des années. En effet, qui a créé cette chaîne de Ponzi sinon le système financier lui-même? Qui a créé la titrisation des prêts accordés massivement à des emprunteurs insolvables, d'où la crise des subprimes? Qui a mis en place les politiciens ultra-libéraux qui ont empêché toute régulation par la société civile du système financier? Pour quelle raison la dette française est-elle détenue aux 2/3 par des banques étrangères? Qui continue de prêter aux états surendettés en espérant bien faire cracher la contribuable et la société civile dans son ensemble? Le BCG semble découvrir l'eau chaude dans laquelle il s'est lui-même plongé.
Réponse de le 03/01/2013 à 23:32 :
politiciens ultra-libéraux IL VOUS FAUT CHANGER DE LUNETTES

57% DU PIB DÉPENSÉ PAR DES ULTRA LIBÉRAUX. Y A COMME UN PB
a écrit le 03/01/2013 à 13:36 :
Les relances keynesiennes avec déficit du budget de l'Etat, çà ne marche que si l'Etat n'a au préalable pas de déficit.
Ils n'ont apparemment pas appris çà, à l'ENA : çà fait trente ans que des énarques soi-disant keynésiens font des relances qui ne marchent pas, et pour cause, et que des énarques soi-disant antikéynesiens les critiquent.
Trente ans de débats bidons, donc, et trente ans de perdu pour nous.
Les allemands, qui n'ont pas fait l'ENA ont mis leur budget en équilibre en 2008.
Réponse de le 03/01/2013 à 16:12 :
L?Allemagne, contrairement a la France, ne s?est pas laissée bercée par
L?illusion européenne, elle a orientée son modèle économique entièrement vers l?exportation, faisant fi de ses partenaires européens,
Ayant une consommation intérieure faible,des gains de productivité et de compétitivité ,dus depuis 10 ans a une réforme très dure de son modèle social, c?est son choix mais c?est loin d?etre un exemple.
La leçon peut etre que le rêve européen n?est qu?un rêve ,formulé a tort ?

a écrit le 03/01/2013 à 12:39 :
Cet article et ce rapport enfoncent une porte ouverte : le capitalisme dans son principe est une chaîne de Ponzi, il n'y a donc pas que l'OCDE qui soit concernée. Mais ce n'est pas grave, quand tout ça s'écroulera, on trouvera bien une autre escroquerie pour le remplacer !
Réponse de le 03/01/2013 à 14:37 :
en quoi la propriété privée des moyens de production est une chaine de ponzi dans son principe ? soit vous ne savez pas ce que c'est que le capitalisme, soit vous ne savez pas ce que c'est qu'un système de ponzi, soit les 2 ????
Réponse de le 03/01/2013 à 21:34 :
Un capitalisme qui génère 10% de dividendes alors que les entreprises industrielles génèrent 5% de marge maxi est une chaine de Ponzy. C'est pourtant ce capitalisme qui a fait bander les "investisseurs" ces 20 dernières années.
a écrit le 03/01/2013 à 12:30 :
Il est remarquable que même le BCG fasse ces constats, fût-ce avec quelques années de retard. Remarquable puisque, en "conseiller des princes" de la politique, de l'économie et de la finance, il aurait tout à gagner à ce que le consensus se poursuive sur le mode "embrassons-nous Folleville". Soit le BCG estime que tout le monde sait le roi nu ? et il ne sert plus à rien de feindre ; soit le BCG estime une renaissance de nos économies possibles si nous choisissons (nos dirigeants, surtout), de regarder le monde comme il est. Je fais la 2ème hypothèse !
Réponse de le 03/01/2013 à 12:53 :
Moi aussi je fais la 2e hypothèse. Je choisis bonnet blanc!
a écrit le 03/01/2013 à 11:41 :
Nous connaissons tous le résultat des économies mal gérées dans un environnement où les ressources sont finies et l'innovation inexistante ou peu perceptible, et qui se nourrissent des inégalités : la guerre. Oui, la guerre, et sous toutes ses formes. Pour le moment, elle revêt un visage économique, mais quand les populations nécessiteuses se tourneront vers les ultra nationalistes, les dérives risquent d?être surprenantes, et avec notre inertie habituelle nous ne verrons rien venir. Car on oublie une chose importante dans les économies dites capitalistes : les gains doivent être redistribués à tous, et non pas forcément sous forme de soutien solidaire, mais bien en salaires et en emplois. Le manque de régulation forte sur les marchés boursiers ne fait qu'accentuer ces dérives (gestion court-termistes).
Réponse de le 03/01/2013 à 12:34 :
PIC SOUS. Ce n'est pas la bourse qui a créé 40 ans de déficit en France, mais les politiques ultra fiscaliste et interventionniste étatique que je sache. C'est bien le gouvernement qui décide d'endetter toujours plus le pays pour gaspiller l'argent dans un état bouffi, chargé de plusieurs millions de fonctionnaires en trop, et le découragement à la création d'entreprise à cause de l'ultra fiscalisme bolchévique français, la bourse a bon dos mais c'est faux.
Voila ce que ça donne de vouloir manipuler l'économie pour de mauvaises raisons politiques.
Réponse de le 03/01/2013 à 13:23 :
A Libre : ''l'ultra fiscalisme bolchévique français'' a été majoritairement le fait de la droite française puisque, depuis 1958, c'est elle qui a été aux commandes de l?État, en dehors de la période 1981-1988 et de celle du gouvernement Jospin (dont le bilan économique a été, rappelons-le, plus que satisfaisant). Un constat : l'ultra-libéralisme n'enrichit que ceux qui sont déjà riches. Voilà qui pompe aussi notre économie: l'incompétence et l'incurie.
Réponse de le 03/01/2013 à 14:39 :
@ Indep : mais la droite française, c'est du socialisme, pas du libéralisme, Libre ne dit pas que la drotie faitdu libéralisme, elle fait la même chose que la gauche, ce sont tous des énarques ... et pour info, l'ultra libéralisme montre tous les jours que c'est avec ce système que els pauvres sortent de la misère, pas avec le socialisme ... ouvrez les yeux ... c'est la liberté qui nous enrichit ...
Réponse de le 03/01/2013 à 16:14 :
le vrai liberalisme c est " donne un poisson à un homme et tu le nourriras pendant un jour apprends lui a pecher et tu le nourrira pour toujours" Le socialisme c est "donne le poisson que tu t es crevé à aller pecher pour le divisier avec ceux qui etaient assis a te regarder bosser"
Réponse de le 03/01/2013 à 16:18 :
hé john ! c'estbien depuis 1973 que la courbe de l'endettement FRANCAIS a suivi une courbe croissante de plus en plus pointu ? et tu sais pourquoi j'espère ?
Réponse de le 03/01/2013 à 17:11 :
A Picsou : Vous connaissez parfaitement votre histoire... 1936 a débouché sur nos glorieuses années 1939-1940 !
Réponse de le 03/01/2013 à 21:48 :
Le vrai libéralisme c'est vend un poisson engraissé aux farines animales à un homme ou autre solution un poisson frais péché en dépit de la préservation des ressources qui s'amenuisent et en plus avec des subventions étatiques pour payer aux pécheurs le Gazole qui vaut de plus en plus cher. Une fois les ressources épuisées les pécheurs chômeurs viendront se réfugier dans le giron de l'état pour y trouver quelques subsides ... C'est ça le capitalisme.
a écrit le 03/01/2013 à 11:06 :
tout cela est bien gentil mais le mandat de 2014, ils y pensent à BCG ?
a écrit le 03/01/2013 à 10:07 :
oui, nos élites ont oublié le corrollaire de la politique keynésienne ... à savoir qu'il faut rembourser en période de croissance ...
et pas tout distribuer à des fins électorales dès que la politique a atteint son objectif ... cf la "cagnotte" du couple Jospin-Chirac (tiens il n'étais pas du même bord politique ! pas un pour ratraper l'autre !) dont on s'est empressé de gaspiller au lieu de rembourser ou de dépenser dans du productif ...
Réponse de le 03/01/2013 à 11:09 :
Que voulez vous , la satisfaction du client est l'objectif de toute activité commerciale
Réponse de le 03/01/2013 à 13:28 :
Honte à moi qui pensais que l'objectif de toute activité commerciale c'était plutôt de faire du profit!
Réponse de le 03/01/2013 à 17:13 :
Pour faire du profit, il faut (en général), un minimum de satisfaction du client. A part quand Flanby prend 5 ans de vacances à la tête de l'état...
a écrit le 03/01/2013 à 10:03 :
Je regardais Happy Days, je n'ai jamais vu que Ponzi avait des chaînes.
Réponse de le 03/01/2013 à 10:50 :
Si si. Toujours pour aller au ski.
a écrit le 03/01/2013 à 9:01 :
Achetez de l'or petit à petit comme je fais, ainsi vous protégez vos économies contre la disparition de l'euro, ou de l'inflation: www.mon-livret-or.com
Réponse de le 03/01/2013 à 10:48 :
Comme c'est la deuxième fois que vous en faites de la pub, je suppose que vous travaillez pour ce fond. Donc, je ré-écris que la titrisation sur l'or étant d'un volume LARGEMENT supérieure à la quantité d'or détenue par le secteur privé, c'est un piège dans lequel il ne faut pas entrer. Par contre, détenir de l'or PHYSIQUE, là, oui... Mais ce n'est pas ce que vous souhaitez : ça ne vous rapporte rien, à vous.
Réponse de le 03/01/2013 à 12:06 :
Ben non je travaille pour la mairie de ma ville, et donner une information ce n'est pas faire de la pub, seulement je trouve que c'est vraiment à propos. Et puis c'est pas un fonds, c'est de l'achat d'or physique pour les particuliers peu fortunés, et en direct, vous écrivez n'importe quoi.
Et je confirme qu'il s'agit bien d'acheter de l'or PHYSIQUE, et non un quelconque titre, vous feriez mieux d'aller sur le lien que j'ai mis en référence, plutôt d'écrire n'importe quoi cher Yvan.
Réponse de le 03/01/2013 à 12:11 :
Yvan. Et oui vous avez raison, cela ne me rapporte rien, puisque je ne suis que cliente, et même pas un avantage pour un éventuel parrainage, vous voyez vos insinuations sont vaines.
Il s'agit bien d'achat d'or physique, et en aucun cas il s'agit d'un fonds d'investissement, comme vous l'écrivez.
Mon livret OR me permet d'acheter de l'or petit à petit à partir de 50 euro par mois, et j'en ai ouvert un pour chacun de mes enfants à 25 euro/mois, et que je lis ce genre d'article ci dessus je suis bien contente de mon choix, ainsi lorsque je lis des tas de gens qui stressent pour leur épargne en bourse, sur un livret A, et le reste, je suis désolé mais je me dois de donner l'information d'une solution alternative comme: www.mon-livret-or.com
Que cela vous dérange ou pas je suis libre de m'exprimer, malgré votre réprimande.
Réponse de le 03/01/2013 à 14:40 :
C'est vrai que l'or en tant que métal irremplaçable dans l'industrie électronique gardera toujours sa valeur ainsi que l'argent, faut encore trouver un endroit ou cacher tout ça.
Mais des valeurs boursières liées à l'or c'est du total bidon, comme tout ce qui est bourse un truc à enfumer les particuliers, faut laisser ça aux banques et acheter de la terre par exemple. Je suis depuis des années pour le fun les mines du zambeze "rien à gratter" mauvais choix.
Réponse de le 03/01/2013 à 19:09 :
L'or est d'abord LA monnaie depuis 5.000 ans, alors que le papier monnaie lui finit toujours par disparaitre (73 ans en moyenne depuis sa création), alors l'or lui protége et garanti vos économies, et se vend dans le monde entier, mais surtout il s'échange.
a écrit le 03/01/2013 à 5:47 :
Voilà maintenant 4 ans que je clame cette théorie. Nos sociétés développées sont des systèmes de Ponzi car le nombre d'actifs décroît avec le vieillissement de nos populations. Le faible dynamisme économique et les bulles spéculatives font le reste du travail. Le système des retraites n'est plus viable. Le chaos budgétaire que nous vivons va perdurer des années et la seule solution pour la France est une purge rapide du système publique telle que le Canada l'a fait il y une quinzaine d'années. Mais en aurons nous le courage car le Canada avait licencié la moitié de leur fonctionnaires et fait des coupes claires dans les dépenses de l'Etat. Le système était alors reparti. Mais avec les politiques "assistés sociaux parfaits" que nous avons, cela est quasiment impossible, le manque de détermination prédomine. L'apocalypse financière est pour très bientôt.
Réponse de le 03/01/2013 à 10:07 :
Apocalypse financière, sociale, apocalypse tout court par la montée des intégrismes religieux.
Réponse de le 03/01/2013 à 10:45 :
Ha ! Principe US : "tout est de la faute de l'état". Voyez ce que ça donne, justement, aux US...
Réponse de le 03/01/2013 à 10:47 :
Vous oubliez que le canada a tout fait pour attirer des entrepreneurs (0 impôts). Pendant que certains pays les font fuir en taxant à tout va, d'autres ont adopté une démarche inverse. Exemple, la France a dépensé pour former toute la chaîne de production graphique de jeux. Qui en a profité : le Canada ! Chassons, chassons, ceux sont les français qui vont aller à la pêche !
a écrit le 03/01/2013 à 5:46 :
La France s'en est sortie jusqu'à maintenant en jouant sur la croissance de la population (on laisse rentrer des étrangers) cela stimule la croissance intérieure mais c'est désastreux pour les comptes sociaux (qui n'ont pour l'instant subi aucune réelle coupe budgétaire).
Maintenant il faut payer les professeurs supplémentaires, les allocations familiales et le RSA des chômeurs sans qualification produits par l'EN.
Solution, si on peut sortir de France, sinon investir dans la pierre.
De tout façon il va y avoir des ajustements structurels qui se feront volontairement (cad de manière organisée) ou brutalement (réduction du train de vie à la façon grecque, prise de pouvoir par les extrêmes ou même guerre car il va bien falloir se nourrir ou accéder aux ressources naturelles).
Moi je vote pour le réveil du "Populo Barbaro" comme le dit Bournival.
a écrit le 03/01/2013 à 0:05 :
Propo lucide , le chat commence a sortir du sac !!! Pour quand le réveil du Populo Barbaro ???
a écrit le 02/01/2013 à 23:55 :
Il faudrait d'attirer les investisseurs étrangers , mais impossible car notre extrême droite est trop puissante et depuis longtemps. Alors le nationalisme, il n enrichit pas le pays.
a écrit le 02/01/2013 à 23:12 :
Oh ben ça alors! on ferait du Ponzi et on s'endeterrait pour pouvoir payer les interets de notre dette qui n'est que le cumul de ces mêmes interets? Ben le BCG donne raison à Jean Luc Mélenchon alors!
a écrit le 02/01/2013 à 22:59 :
Et oui les mayas avaient raison c'est la fin d'un monde.
Réponse de le 03/01/2013 à 10:10 :
Plutôt la fin d'un cycle qui devrait se terminer en apothéose par ne conflagration généralisée.
La Chine et la Russie réarment, nous devrions en faire autant.
a écrit le 02/01/2013 à 22:59 :
En ce moment, ils font des découvertes surprenantes comme inventer l'eau chaude. Bientôt, ils nous diront que laisser ouvrir les vannes la machine à billet. Sa ne crée pas de croissance mais enrichis que les banques.
a écrit le 02/01/2013 à 22:58 :
Si il faut des rapports à la c.n pour que nos économistes et nos investisseurs comprennent c'est qu'ils ne sont pas si intelligents que cela. C'est comme la crise systémique globale et le "la maison brule " de Chirac, tout le monde le sait l'élite le dit elle même (enfin sauf allègre) et surtout l'élite ne fait rien ... comme pour la dette. Regardez l'article d'a coté ou le FMI demande aux USA de déplafonner le plafond de la dette américaine qui dépasse déjà allègrement les 100% du PIB !!!
a écrit le 02/01/2013 à 22:10 :
C'est bien parce que je suis consciente de ca que j'ai assuré mon épargne grace à un livret d'épargne en Or physique : www.mon-livret-or.com , soi vous ne voulez pas vous retrouver sans rien quand le papier monnaie ne vaudra plus rien dés l'explosion de cette bulle.
Réponse de le 03/01/2013 à 10:41 :
Ce sont des TITRES or. Donc, vu ce que donne réellement la titrisation par les temps qui court, vous ne possédez rien, mais vous vous êtes bien faite dépossédée.
Réponse de le 03/01/2013 à 12:12 :
NON c'est de l'achat d'or physique sur un livret, et en aucun cas des titres !!!!!!!!!!!!!
Je me suis d'ailleurs fais envoyer deux lingotins de 50 grammes chez moi !!!
a écrit le 02/01/2013 à 21:58 :
" (...) a monnaie unique doit sa relative bonne tenue par la présence (...) la France qui continuent à afficher une colonne « actif » conséquente dans leur bilan "
C'est une blague ? L'Euro reste un monnaie "forte" car la Chine ne veut pas réevaluer sa devise, le dollar est dans un état pire que l'Euro. Bref l'Euro est le moins pire des élèves à priori... Car à y réfléchir de plus près c'est loin d'être le cas. Les Chinois l'ont compris et utilise leur épargne en devise pour racheter entreprises, industries, immobilier en France et notamment en Europe en clair nous sommes en train de financer notre dette par les "actifs" !! Dans deux décennies la moitié de l'Europe appartiendra à la Chine et aux pays "émergents". Adieu la retraite, adieu la protection sociale, adieu les RTT etc On ne peut pas vivre indéfiniment au dessus de ses moyens. Il est temps que l'Europe et la France comprennent que toute dette émise se paie un jour ou l'autre...
a écrit le 02/01/2013 à 21:54 :
Ils viennent de se réveiller au BCG ? D'ailleurs n'ont-ils pas conseillé cette politique depuis des décennies ?
Réponse de le 02/01/2013 à 23:04 :
tout à fait d'accord avec vous !
Réponse de le 03/01/2013 à 2:14 :
c'est clair, moi aussi je suis très amusé de lire ça ;) vraiment très drôle. et les journalistes qui le découvrent! ça fait quelques années qu'ils le savent à mon café du commerce. ils n'ont pas été vacciné au BCG, à mon café, ils l'ont été, mais on les écoute moins ;)).
a écrit le 02/01/2013 à 21:39 :
les ingenieurs economiste sont encore plus perdu que le simple citoyen lambda,aucun d'entre-eux n'a vu venir la crise des subprimes -
a present ,alors que les etats-unis ont une dette astronomique de 16.000 milliards de $ us
que le japon et endettée a 200% du pib ainsi que la grece . que la plupart des pays europeen
sont endettée autour de 100% du pib.
donc tous en manque de cash de liquiditées...ors ont a toujours dit que lorsqu' une denrée ce
fait rare ,elle devient chere...
pourtant les emprunts d'argent non jamais ete si peut chere,certain pays se font payer par les banque pour emprunter..(allemagne..) donc les banque pretes a perte..!!
c'est comme si l'ont allaient chez son boucher prendre quelques cotelettes gratis, et que celui-ci en plus nous payait.
et tous le monde trouve cela normale ,les "economistes" ne juges pas utile de fournir quelques
explications a la populace qui n'y comprend goutte.

effectivement la planche a billet a tellement fonctionner (1000 milliards £ pour europe) les u-s a
encore plus....
ensuite les etats prete aux banque a 0,5% avec la consigne de pouvoir emprunter pour presque
rien..--- tu me gratte le dos et je te gratte le tiens ---
et suite a ce tripatouillage , le taux des economies pour la retraite des epargnants ce trouve ridiculement bas,ne couvrant a peine l'inflation..
le rendement du livret "A" n'a jamais ete aussi bas..
en effet celui-ci est descendu a 1,75% alors que lorsque les etats n'empruntaient pas le taux a
atteint 4%.donc les epargnants honnetes sont spolier ,ce sont eux qui pays la note.
les etats contributs artificiellement a garder les taux le plus bas possible,pour emprunter a bon
compte aux detriment de l'epargne populaire.
charles ponzi... a coté c'est un enfant de coeur..!
Réponse de le 03/01/2013 à 10:34 :
La seule solution c'est d'acheter de l'or physique pour protéger vos économies et votre épargne face à ce que vous dénoncez à juste titre, sinon....
a écrit le 02/01/2013 à 21:11 :
Eh oui appelons un chat un chat!!!!!
a écrit le 02/01/2013 à 19:48 :
Pourquoi on se fait chier ? Faisons comme les Grecs : un pied de nez à ceux qui nous ont prêté de la tune. La vie est belle !
Réponse de le 03/01/2013 à 5:31 :
Le problème c'est que c'est le français moyen qui possède une bonne partie de la dette, dans son assurance vie.
a écrit le 02/01/2013 à 19:42 :
madoff a dit a ses juges s'etre inspire de la secu francaise, tout est dit... en france ' c'est paye par personne' ( jusqu'au clash); les moins de 40 ans n'auront pas de retraite et devront payer plein pot pour ceux qui en ont; quant a ceux qui ont ' la chance' d'avoir un travail' ils auronbt la meme retraite que ceux ' qui n'ont pas de chance', sauf qu'ils devront en plus payer leur eau gaz electricite, etc... que les jeunes viennent monter leur boite dans dans pays qui valent le coup
a écrit le 02/01/2013 à 19:38 :
"Etat moins dépensier, baisser le poids de la dette, anticiper une crise démographique, investir dans l'éducation, les infrastructures..." Comment peut-on proférer de telles obscénités ! C'est totalement contraire au Grand Dogme du Parti Socialiste. Si nous étions en Chine, l'ensemble de rédaction de la Tribune aurait déjà été jetée en camp de rééducation pour avoir repris de tels propos asociaux, hooliganistes et antipatriotiques.
Réponse de le 03/01/2013 à 3:11 :
Ouais vivement le retour de la droite, tout ira mieux, un peu comme ces dix dernieres annees...
Réponse de le 03/01/2013 à 8:13 :
Du genre des 600 milliards d'euros de dettes générés par Sarko en 5 ans? Trop fort!!!
Réponse de le 03/01/2013 à 9:30 :
De combien la dette de la France s'est acrrue depuis l'arrivée de FH au pouvoir ???
a écrit le 02/01/2013 à 19:30 :
Si elles ne réagissent pas..?? Comment le pourraient-elles..?? La socialisation des pertes est déjà bien en route, mais ne suffira pas. Il ne faut pas être "ingénieur" économiste pour s'en rendre compte. Et, je vous rappelle que le défaut est toujours possible. Malgré un FMI dont la caisse n'est pas si grande que cela quand les opérations de nettoyage commenceront.
a écrit le 02/01/2013 à 19:13 :
Pour tout ce que vous léguez aux jeunes !
Réponse de le 02/01/2013 à 19:27 :
Avec des dettes et des déchets nucléaire, la "japonisation" de la France est a venir (si rien n'est fait de manière énergique).
Réponse de le 02/01/2013 à 19:34 :
Etant entre les deux, je peux vous garantir que les vieux se sont faits rouler comme les autres. Sauf qu'ils ont eu le temps de mettre un peu de coté pendant les trentes glorieuses, mais ils seront rincés encore plus vite qu'ils n'ont gagné. Et, veuillez aussi ne pas entrer dans le piège un peu trop facile des vieux c.. contre les jeunes c.. Combien vous coûte votre machine et votre abonnement..??
Réponse de le 02/01/2013 à 19:43 :
les jeunes japonais qui le peuvent quittent leur pays; meme ceux qui n'ont pas de boulot payent des impots ' vieux' ( sinon leur famille se substitue)
Réponse de le 02/01/2013 à 23:04 :
merci les...: cesse de pleurnicher et prend le taureau par les cornes pour changer les choses qui ne te plaisent pas. Tes larmes de crocodile, tout le monde s'en tape.
a écrit le 02/01/2013 à 19:11 :
Excellente analyse. Les intérêts des dettes (trop importantes) anesthésie toute croissance. La relance keynésienne fonctionne sur des états non endettés et pour des périodes temporaire. Un remboursement doit par ailleurs suivre la phase d'endettement (se qui ne s'est jamais fait).
Réponse de le 02/01/2013 à 19:45 :
oui, dans les politique s keynesiennes, ca s'appelle ' stabilisateur automatique' ; les pays comme la france font de la relance permanente, les autres sont tres svt ' contra cycliques' pour des raisons... d'election qui pointe son nez
a écrit le 02/01/2013 à 18:58 :
Si la conclusion est vraie, les symptômes ne le sont pas :
1/ On ne peut pas parler de politique keynésienne dans la mesure ou la dette n'a pas servi à investir.
2/ la dette n'a pas été multipliée par 2 depuis 1980 par magie. Il a fallu endetter tous le monde pour engraisser les banque, puis les renflouer en se réendettant (37% du PIB de l'UE de 2008 à 2011 d'aprÚs la comition européenne) ...
a écrit le 02/01/2013 à 18:58 :
Quelle découverte étonnante!!!!!!!!! Ils nous prennent vraiment pour des idiots!! ça fait 15 ou 20 ans que moi je le sais malgré mes maigres connaissances en économie! C'est dire la compétence de nos cabinets d'analyse!
Réponse de le 02/01/2013 à 19:55 :
Présente toi aux élections si t'es si compétent
Réponse de le 02/01/2013 à 20:38 :
çà parait tellement évident. L'adage plein de bon sens nous dit que l'on s'enrichit en remboursant sa dette. Et des économistes, certains Nobelisés, de nous expliquer le contraire pendant des décénies .. on voit le résultat. Piteux tous ces experts
Réponse de le 02/01/2013 à 20:50 :
En effet AE, je dirais même que la ménagère de 50 ans le savait aussi. Cela montre le niveau intellectuel de ces soit disant économiste, journaliste ou expert.
Ils essaient de nous démontrer depuis plus de 30 ans que la terre est plate, que le chocolat Milka est enveloppé par des vaches violettes et également par la marmotte. Cette dernière phrase est débile pourtant c'est du même niveau de ce qu'ils essayent de nous faire gober.
Réponse de le 02/01/2013 à 23:08 :
Je me souviens que petit ma mère me le disait déjà, elle était alors comptable dans une PME, c'est dire qu'avec de simple connaissance en gestion comptable et surtout avec un peu de bon sens, on pouvait deviner ce qu'il allait se passer.
Mais les politique voulaient être élu... et maintenant les cabinet veulent qu'on leur paie leur analyse minable...
Réponse de le 03/01/2013 à 2:06 :
Il ne s'agit pas d'être compétent pour gagner des élections mais plutôt d'être un faux-c.l ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :