La dette américaine pourra dépasser son plafond légal jusqu'en mai

 |   |  241  mots
Copyright
Déjà validée par la Chambre des représentants la semaine dernière, la loi autorisant le relèvement du plafond de la dette américaine a été approuvée jeudi par le Sénat.

Le gouvernement américain a encore jusqu'au 18 mai pour emprunter. Grâce une loi l'autorisant à dépasser le plafond légal de sa dette jusqu'à cette échéance, les Etats-Unis évitent un psychodrame au sujet du plafond de la dette, contrairement à la situation en 2011, qui avait causé la perte du "triple A" du pays. Les démocrates et les républicains ont donc un peu plus de trois mois pour s'entendre sur le budget et éviter une nouvelle crise.

16.400 milliards de dollars de dette

64 sénateurs contre 34 ont approuvé le texte, qui avait été validé par la Chambre des représentants le 23 janvier dernier. Le plafond de la dette d'environ 16.400 milliards de dollars a été atteint le 31 décembre, et le Trésor disait qu'il ne disposait que de quelques semaines de marge de manoeuvre, jusqu'à fin-février ou début mars, avant d'être forcé à faire défaut sur ses obligations.

Motivations salariales

La loi, que le président Barack Obama devrait à présent promulguer, suspend l'application automatique du plafond, qui devrait être atteint vers la mi-février, mais réclame la fixation d'ici au 19 mai d'une nouvelle limite d'endettement.

Pour forcer leurs collègues du Sénat à accélérer les débats, les républicains de la Chambre ont introduit une clause dans la loi: les salaires des sénateurs seront retenus à partir du 15 avril et jusqu'à ce que les sénateurs votent un budget pour l'exercice fiscal 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2013 à 20:39 :
Les Etats-Unis impriment la monnaie du Monde, tant qu'ils inspireront confiance leur dette ne sera pas un problème. Et tout le Monde y a intérêt ...
Mais la dette enfle dangereusement et cette fuite en avant fait prendre conscience que la croissance à crédit peut devenir un leurre si elle ne se concrétise pas réellement.
Si rien est fait, l'étoile géante pourrait bien finir en supernova ...
a écrit le 01/02/2013 à 12:39 :
Fuite en avant dans l'endettement + création monétaire pour le financer = krash inéluctable du dollar. Remise en ordre des comptes des USA = récession pire que chez nous.
a écrit le 01/02/2013 à 12:07 :
C'est fou comme personne ne comprend que ce plafond de dette est un truc que le congrès américain s'impose à soi-même, sans aucune raison économique. En effet, la FED peut topujours créditer le compte du trésor de quelues clics de souris d'un montant arbitraire. C'est une erreur cardinale que de croire que les dépenses de l'état américain, qui est souverain sur le dollar ( ce qui n'est pas le cas des pays de l'eurozone qui, eux , empruntent dans une monnaie étrangère), sont financées par les impôts des contribuables ou par des prêts des chinois. Le seul risque de "cliquer" des sommes trop grosses est le risque d 'inflation. mais l'expérience de ces dernières années a démontré que la FED a pu imprimer (lisez créditer de clics de souris) plusieurs trillions de dollars sans que l'inflation bouge le moins du monde, mettant à mal les théories qui sont dans tous les livres d'économie..
Réponse de le 01/02/2013 à 13:44 :
Tout cela est vrai, mais votre conclusion est erronée, c'est vrai que la création monétaire aux USA n'a pas affecté le cours du dollar (ou si peu). Mais les fondamentaux sont là, les USA profitent de leur position hégémonique sur le monde et la finance pour continuer à imposer le dollar comme monnaie d'échange international (surtout pour acheter des matière première) gare aux pays faibles qui s'opposent à ce fait (Irak, Libye, Iran ...) Cet état de fait est le principal problème économique depuis 1971 (où Nixon à désolidarisé le dollar de l'or) qui a engendré tous les problèmes financier que l'on a eu depuis cette date.
Voir la Conférence de de Gaulle sur l'avantage exorbitant qu'ont les USA sur le monde ("le dollar est notre monnaie et c'est votre problème"). Depuis, les USA se permettent d'acheter toutes les entreprises (via la bourse) et les matières premières avec de la monnaie de singe (pour info les USA impriment chaque mois 85 milliards de fausse monnaie) c'est vrai que les résultats mettent à mal les théories économiques comme l' EPO mettait à mal les théories de la capacité physique du coureur cycliste lors du tour de France : quand les règles du jeu ne sont pas les mêmes, les théories sont toujours misent à mal. La Chine essaye, depuis plusieurs années, de se sortir de ce piège en achetant des tonnes d'or chaque mois, le jour viendra où elle décidera que le dollar ne vaut plus rien et la fête sera fini pour les USA. A méditer : "la valeur de la monnaie papier est basée sur la confiance dans l'état qui l'imprime et revient toujours à sa valeur intrinsèque c'est à dire zéro" Voltaire.
Réponse de le 01/02/2013 à 15:17 :
@candide ; le Japon emboite le pas de la Chine , ils ne veulent plus de dettes Us...reste la zone Euro .
A Davos les Chinois on montrés les dents...La marge de maneuvre Us n'est pas aussi infini que cela .
Les Brics aussi commencent à en avoir plein la soupierre. La FED a du plomb....
a écrit le 01/02/2013 à 11:19 :
faire peur ! c'est la seul façon qu'ils ont trouvé pour faire baisser le dollars ! il suffit de voir l'euros grimper malgré la crise la récession et le chômage !
a écrit le 01/02/2013 à 11:18 :
Dans la patrie de l'idéologie capitaliste on fait du keynésianisme, en Europe on fait du libéralisme pur et dur.
Réponse de le 01/02/2013 à 12:16 :
Au stade ou ils en sont on ne peut plus appeler cela de la relance par de la dépense publique limitée dans le temps mais du surendettement structurel sans aucun horizon de remboursement visible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :