Egypte : les blindés approchent du palais présidentiel, un "coup d'Etat" en cours

 |   |  625  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'armée égyptienne a mis à exécution son ultimatum en assignant le président Morsi à résidence. Les proches du président parlent d'un coup d'Etat militaire. Mohamed Morsi a dit vouloir défendre sa légitimité, un an après avoir été élu démocratiquement à la présidence.

Mercredi 3 juillet

>> En Egypte, la vraie bombe à retardement c'est l'économie

 


 

19h50 : L'armée diffusera un communiqué dans une heure

  • Les militaires feront le point sur les opérations dans une heure par la voie d'un communiqué.

19h40 : Washington semble avoir lâché son soutien au président Morsi

  • Un communiqué de la Maison Blanche exprime l'inquiétude du président américain sur la tournure des événements en Egypte. Il regrette également le manque de propositions du président Morsi lors de son discours mardi à la télévision pour faire face à la grave crise politique que traverse l'Egypte.

19h20 : L'armée a encerclé une caserne où se trouverait Mohamed Morsi

  • L'armée égyptienne installe des barbelés autour de la caserne où se trouve le président Morsi.

19h10 : L'armée dément attaquer les manifestants pro-Morsi

  • L'armée assure seulement vouloir sécuriser la capitale. Des rumeurs ont fait état d'attaques de groupes proches du président Morsi par les militaires.

18h20 : Des blindés et des centaines de militaires marchent vers le palais présidentiel

  • Un journaliste de l'agence Reuters signale la présence de centaines de soldats de l'armée égyptienne accompagnés de blindés qui se dirigent vers le palais présidentiel au Caire.

 


 

 


 

18h11 : Morsi appelle à faire face au coup d'État sans violence

  • Selon un de ses conseillers cité par Reuters, le message de Morsi à tous les Égyptiens est de résister au coup d'État militaire de manière pacifique, de ne surtout pas utiliser la violence.

17h52 : L'armée assigne Mohamed Morsi à résidence

  • Le président Mohamed Morsi et plusieurs dirigeants des Frères musulmans ont interdiction de quitter l'Egypte ont indiqué des sources de sécurité. L'armée a prétexté une enquête sur une affaire d'évasion de prison en 2011. D'après un tribunal egyptien, Mohamed Morsi était enfermé dans une prison avant la chute de Hosni Moubarak en 2011. Mohamed Morsi avait alors déclaré à l'époque ne pas s'être évadé, mais que "des habitants leur avaient ouvert les portes de la prison".

17h44 : Un conseiller du président egyptien évoque un coup d'Etat

  • Essam al-Haddad, le conseiller à la sécurité nationale du président déclare qu'un coup d'Etat militaire est en cours. Il dit s'inquiéter d'un bain de sang perpétré par l'armée contre les partisans du président Morsi rassemblés dans les rues du Caire.
  • "Dans l'intérêt de l'Egypte et pour la précision historique, appelons ce qui se passe par son vrai nom: un coup d'Etat militaire", a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur Facebook, peu après l'expiration de l'ultimatum demandant au président Morsi de se plier "aux revendications du peuple", allusion aux foules qui réclament son départ.

16h40 : Mohamed Morsi veut une coalition gouvernementale

  • Sur sa page Facebook officielle, le président Morsi appelle à "former un gouvernement de coalition et de consensus afin d'organiser des législatives à venir".

16h30: fin de l'ultimatum militaire

  • Les militaires ont promis de communiquer leur plan d'action à l'issue de cet ultimatum.

14h00: Le ministère de l'Intérieur joue la fermeté

  • Le ministère de l'Intérieur prévient qu'il répondra fermement à toute violence alors que de nombreux opposants au président Morsi se rassemblent sur la place Tahrir au Caire.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2013 à 6:20 :
On aimerait que l'armée puisse faire la même chose en France. Mais pas de danger. C'est pas l'armée qui fera changer les choses.
Réponse de le 04/07/2013 à 8:34 :
Je pense que vous n'étes pas le seul à le souhaiter. Je n'aime pas les gens qui sont trés
fort avec les "faibles' l'hypocrisie avec l'avion du président de Bolivie, Oui la France a
autorisé le survol de son espace aérien,MAIS LA DEUXIEME FOIS, on peut que regretter
le peu d'échos que nos "French TV" sur ce scandale. Cela me démontre encore une fois
de plus que nous sommes le valet des USA(Déja sous Sarko ler)
Réponse de le 04/07/2013 à 9:48 :
@robindesbois - "Nous sommes le valet des USA " Effectivement cela crève les yeux. Les USA nous espionnent sans vergogne et au lieu de remercier celui qui dénonce cette réalité on lui mets des bâtons dans les roues. C'est un scandale de plus. La France est très forte avec les faibles (Suisse par exemple) et s'aplatit devant les forts (USA, Russie, Chine)
a écrit le 03/07/2013 à 23:17 :
Les constitutions démocratiques prévoient parfois la destitution des présidents pour juste motif. C'est une avancée considérable de la démocratie dont la France ne jouit pas. Le pouvoir judiciaire y est tellement faible et soumis aux deux autres pouvoirs. Le dernier recours de la démocratie est alors l'intervention de l'armée.
a écrit le 03/07/2013 à 20:12 :
peur que hollande envoi des troupes pour maintenir le pouvoir en place, il est tellement dangereux
a écrit le 03/07/2013 à 20:09 :
c'est quand en France
Réponse de le 03/07/2013 à 20:25 :
danger hollande mettrat les forces de l'ordre ils auront une poussee d'adrelanine leurs raison de vivre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :