Bruxelles enquête sur la corruption en Turquie

 |   |  207  mots
La mise en cause d'un centre de jeunesse européen intervient dans le contexte d'un scandale de corruption qui touche le Premier ministre Erdogan. (Photo : Reuters)
La mise en cause d'un centre de jeunesse européen intervient dans le contexte d'un scandale de corruption qui touche le Premier ministre Erdogan. (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Commission européenne lance une enquête qui devrait déterminer si des fonds destinés à un programme européen d’éducation en Turquie ont été détournés.

Sur la place Ekol, à Ankara, capitale de la Turquie, le Centre pour l'éducation et les programmes de jeunesse de l'Union européenne (UE) est le lieu de rendez-vous des Turcs qui veulent participer au programme Erasmus. La Commission européenne se demande désormais s'il n'est pas aussi celui des détournements de fonds.

Dennis Abbott, le porte-parole de l'exécutif européen pour les affaires d'éducation, a annoncé qu'un audit avait été lancé au sujet du Centre à  Ankara. En cause : des irrégularités dans le recrutement du personnel et dans les achats publics réalisés par une agence nationale.

Enquête en plein scandale financier

L'ouverture de cette enquête intervient alors que le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan se trouve au cœur d'un scandale de corruption, après la diffusion d'enregistrements où il aurait déclaré devoir se débarrasser de 30 millions d'euros pour échapper aux investigations de la police.

Le Premier ministre a nié la véracité de ces extraits audio, accusant les partisans de Fethullah Gülen, intellectuel musulman exilé aux Etats-Unis, d'être à l'origine d'un complot. Les accusations de corruption qui touchent le gouvernement turc pourraient également impliquer l'ancien ministre des Affaires européennes Egemen Bagis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2014 à 2:59 :
En quête de corruption en Turquie?
a écrit le 06/03/2014 à 8:27 :
de la corruption en Turquie ??? je n'ose y croire .
il n'y en a ni plus ni moins qu'ailleurs.
a écrit le 05/03/2014 à 17:08 :
bruxelles ferait mieux d'enquêter sur bruxelles.
a écrit le 05/03/2014 à 17:01 :
C'est normal ....! le secteur privé ...est toujours le plus dépouillé sous un gouvernement socialiste...
a écrit le 05/03/2014 à 15:10 :
Que l'Europe commence par cesser de verser des subsides à la Turquie, qui n'a rien à faire en Europe.
L'entrée de la Turquie en Europe signifierait la fin de celle-ci ou de ce qu'il en restera aprés les élections.
Dommage que des gens incompétents aient amené une bonne idée à ce niveau.
Je suis gentil en disant : incompétents.
a écrit le 05/03/2014 à 14:42 :
Il n'y a pas de corruption qu'en Turquie. Bruxelles devrait balayer devant sa porte
a écrit le 05/03/2014 à 12:20 :
Quand on verse des subventions pour un projet précis, on peut s'attendre a ce que des capitaux ce déplacent sur d'autres projets par l'effet de domino engendrai!
a écrit le 05/03/2014 à 11:36 :
Voilà un article qui sonne l'humour la commision qui est gérée opar les lobbies et par certains scandales liés à la corruption va enquêter chez les autres. Notre mafia européenne n'a pas honte mais il est vrai que pour vivre dans les couloirs pourris de Bruxelles le mot honte est banni de toute vision saine d'un système vérolé. Nous sommes de plus en plus autant au niveau national du moins pour la France qu'européen dans le déni de la magouille permanente à tout niveau et dans tous les partis. La politique pratiquée depuis des années par Bruxelles a des relents d'H2S.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :