En Thaïlande, l'armée officialise le coup d'Etat

 |   |  338  mots
L'armée thaïlandaise a renversé le pouvoir, pour que le pays revienne à la normale, a déclaré le chef de l'armée de terre, le général Prayut Chan-O-Cha, à la télévision ce jeudi.
L'armée thaïlandaise a renversé le pouvoir, "pour que le pays revienne à la normale", a déclaré le chef de l'armée de terre, le général Prayut Chan-O-Cha, à la télévision ce jeudi. (Crédits : reuters.com)
Trois jours après avoir déclaré la loi martiale, ressentie comme un putsch déguisé, l'armée thaïlandaise a annoncé un coup d'Etat ce jeudi.

L'armée thaïlandaise a renversé le pouvoir. C'était "nécessaire (...) pour que le pays revienne à la normale", a déclaré le chef de l'armée de terre, le général Prayut Chan-O-Cha, à la télévision ce jeudi. "Tous les Thaïlandais doivent rester calmes et les fonctionnaires doivent continuer à travailler comme d'habitude", a-t-il ajouté. La crise actuelle a déjà provoqué la mort de 28 personnes, surtout à Bangkok, selon un bilan officiel. 

Un pays "habitué" aux coups d'Etat

Il s'agit du 19e coup d'Etat ou tentative de coup d'Etat dans le pays en près de 80 ans. Le dernier date de 2006. Il visait l'ancien Premier ministre et milliardaire Thaksin Shinawatra, et a entraîné une série de crises politiques ayant abouti à celle d'aujourd'hui. 

En mai, Yingluck, la sœur de Thaksin Shinawatra qui dirigeait le gouvernement depuis 2011, a été démise après une décision de justice. Pour l'heure, aucune information n'a filtré sur le lieu où se trouve Niwattumrong Boonsongpaisan, Premier ministre par intérim. 

Loi martiale

Les événements se sont précipités cette semaine. L'armée a instauré mardi la loi martiale. Depuis, elle dit avoir découvert quatre caches d'armes près de la capitale. 

L'annonce du coup d'Etat ce jeudi intervient juste après la reprise des négociations entre partis politiques ennemis et représentants manifestants des deux camps. 

Référendum, élections ou réformes?

Lors de ces pourparlers, Jatuporn Prompan, le leader des Chemises Rouges  puissant mouvement pro-gouvernemental, a proposé un référendum national sur la meilleure option de sortie de crise. Les partisans du gouvernement insistent sur la nécessité d'organiser au plus vite des élections. Celles de février ont été invalidées par la justice en raison de leur perturbation par les manifestants.

L'opposition de son côté, réclame des réformes avant toute nouvelle élection. Les manifestants souhaitent un Premier ministre "neutre", nommé par le Sénat, en l'absence de chambre basse du Parlement, dissoute en décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2014 à 10:47 :
en fait cela était prévisible depuis quelques années , le marasme politique et les partis qui se chamaillent plus que de sortir de leurs contradictions , chacun défend sa paroisse au détriment de l'intérêt public général , en plus certains partis dominants sont soi pro-villes , d'autres pro-campagne , ce qui a creusé une division profonde dans la société , espérons que ce coup d'état sera court pour remettre sur pied une vraie constitution et de droits qui permettrait de sortir des divisions sectaires .. mais c'est qu'un voeux .. car l'armée a de nombreuses reprises essayée de calmer le jeu sans jamais y parvenir sereinement a aboutir a une réelle démocratie une fois qu'elle lègue de nouveau le pouvoir aux civils , espérons que cette fois ce sera la bonne ..
a écrit le 22/05/2014 à 20:45 :
Il en dit quoi Obama de ce putch militaire ? Et BHL le redresseur de tord et moraliste bobo, qu'est ce qu'il en dit ? Et le pépé Kouchner il est où ? Allez les bobos, reveillez vous !
a écrit le 22/05/2014 à 16:56 :
Fas pas s'inquiétér de coups d'état à l'autre bout du monde, vous savez, on en a même chez nous en Europe .... ;-)
Réponse de le 23/05/2014 à 3:25 :
Oui Marine, Poutine, Staline
a écrit le 22/05/2014 à 14:58 :
Bon en Thaïlande ça se passe assez différent qu'en Ukraine, en tout cas, on n'y voit pas de néo-nazis ni de mercenaires américains Blackwater dans le coup. Maintenant que va-t-il faire le grand Prix Nobel de la Paix, François Obama ? on brûle d'impatience pour le savoir....
a écrit le 22/05/2014 à 14:08 :
La marche vers l état de droit est longue et faite de chaos. Ce fantastique peuple et magnifique pays sont engagés sur cette voie, je leur souhaite de tout mon cœur que la situation va s apaiser et qu ils atteindront leurs objectifs démocratiques.
a écrit le 22/05/2014 à 14:07 :
En Thaïlande, si un problème politique = un coup d'état, cela ne fait que le 19th ou 20th depuis 1932. Quand l'armée a plus de pouvoir que les politiques, cela s'appelle une dictature et malgré les apparences, la Thaïlande n'a jamais été une démocratie.
Réponse de le 22/05/2014 à 19:13 :
pas une démocratie aboutie. Il y a quand même des élections sérieuses, une presse assez libre, la liberté de circuler... Ils sont bien plus près d une démocratie que la Russie ou les pays du Maghreb pour parler de pays qui nous sont proches.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :