Pékin tente de raviver son économie avec un plan de relance de 63 milliards d'euros

 |   |  280  mots
La production industrielle chinoise a déçu les marchés en août, confirmant le ralentissement de l'économie chinosie.
La production industrielle chinoise a déçu les marchés en août, confirmant le ralentissement de l'économie chinosie. (Crédits : reuters.com)
Alors que les signes de ralentissement économiques se multiplient, Pékin va débloquer 500 milliards de yuans auprès de ses banques afin que celles-ci stimulent l'économie réelle.

Le ralentissement de l'économie chinoise se confirme. C'est ce constat qui pousse les autorités chinoises à réagir en annonçant un plan de relance. Pékin agira à travers sa banque centrale qui octroiera 500 milliards de yuans aux cinq plus grandes banques du pays, soit près de 63 milliards d'euros.

Les PME visées en priorité

Les conditions de ce prêt ne sont pas encore identifiées mais Pékin pourrait exiger que les banques financent en priorité PME et construction de logements sociaux. Les mesures annoncées reviendraient, d'après les analystes, à baisser d'un demi-point de pourcentage le taux de réserves obligatoires des banques.

Après un premier trimestre décevant côté croissance (+7,4%, au plus bas depuis 18 mois), le gouvernement avait entrepris une première salves de mesures de relance : réductions fiscales, facilités d'investissements d'infrastructures, assouplissement des réglementations bancaires...

Des indicateurs moroses

Mais, ces mesures n'ont pas encore produit les effets escomptés. Ces dernières semaines, plusieurs indicateurs ont ainsi confirmé la tendance morose qu'emprunte l'économie chinoise. La semaine dernière, le Bureau national des statistiques a annoncé une progression de 6,9% de la production industrielle en août contre une hausse de 9% en juillet. Il s'agit de la croissance la plus faible depuis cinq ans.

       Lire Vers un atterrissage difficile de la croissance chinoise ?

Les économistes ont été d'autant plus déçus qu'ils tablaient sur une croissance de 8,7% en moyenne. Les ventes au détail ont également marqué le pas en août avec une progression de 11,9% contre 12,2% le mois précédent. Les investissements en capital fixe ont aussi déçu sur les huit premiers mois de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 15:15 :
même l'Allemagne, les USA, le Japon.... pas la France, on survole la crise.
Réponse de le 17/09/2014 à 20:15 :
Même l'Allemagne..?? Là, j'aurais besoin de sources précises. Pour l'Autriche, le Portugal, l'Italie, c'est acté, mais l'Allemagne, j'ai dû louper un épisode. Merci de me renseigner.
a écrit le 17/09/2014 à 10:15 :
Notez, ça tombe bien, pile poil au moment où la BCE accorde des prêts énormes aux banques sous son giron. On sent bien que la FED met un peu moins d'huile dans les rouages...
a écrit le 17/09/2014 à 9:52 :
Le qe est à la mode, on dirait. Ils ont déjà une bulle immo d'enfer, ça ne va pas s'arranger.
a écrit le 17/09/2014 à 9:44 :
Tribune "Après un premier trimestre décevant côté croissance Chine +7,4%".
INSEE "Au deuxième trimestre 2014, comme au premier trimestre, le PIB est STABLE +0,0 %".
Il me semble le mot décevant semble extrêmement excessif même si on n’aime pas trop les Chinois. Ce qui est désolant est que les Chinois ne sont pas content avec 7.4%, ils ont décidé de relance leur économie pour atteindre un niveau de croissance supérieur. Je suppose que c’est un journaliste économique talentueux et compétant (parmi tant d’autres) qui a écrit cette article. Si nous ne cherchons pas d’abord à accepter et à respecter la force de nos adversaires économiques, nous n’arriverons jamais à améliorer notre situation. Un journaliste économique qui analyse une situation économique de cette façon, montre bien au combien nous sommes bêtes et ignorants
Réponse de le 17/09/2014 à 10:11 :
si la Chine a décidé de lancer un plan de stimulation, c'est qu'elle même juge la croissance décevante et insuffisante. non ?
pourquoi être grincheux comme cela ?
Réponse de le 23/09/2014 à 11:27 :
Croissance France T1=0%, T2=0%, INSEE qualifiait comme STABLE
Croissance Chine T1=7.4%, Tribune qualifiait comme DECEVANT
REFLECHISSEZ

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :