Un collectif américain rachète 4 millions de dollars de prêts étudiants bradés

 |   |  363  mots
Les universités américaines coûtent très chers et conduisent de nombreux étudiants à contracter des prêts importants.
Les universités américaines coûtent très chers et conduisent de nombreux étudiants à contracter des prêts importants. (Crédits : reuters.com)
Aux Etats-Unis, la question de la dette étudiante est devenue un sujet majeur, menaçant jusqu’à la stabilité économique du pays. Cette situation peut conduire à des cas d’extrêmes précarités pour les jeunes du pays, mais pas seulement… C’est ce phénomène qui a conduit le collectif « strike debt » à lancer une opération de rachats de dettes.

Des étudiants heureux ? Aux Etats-Unis, près de 2.761 étudiants américains ont eu la surprise de voir leur prêt racheté par un généreux donateur. Le collectif "Strike Debt", des anciens d'Occupy Wall Street, a annoncé mercredi avoir remboursé l'équivalent de 4 millions de dollars de prêts d'étudiants de l'université Everest College.

Une dette rachetée 40 fois moins cher

L'idée de ces économistes militants est de racheter ces dettes sur le marché secondaire des créances à très bas prix pour les rembourser.

"Nous tirons avantage d'un phénomène que peu de personnes connaissent: certains types de dette sont revendus par des créanciers pour quelques centimes par dollars", explique Astra Taylor, membre du collectif. "Ainsi une facture de 1.000 dollars ne peut valoir que 30 à 50 dollars sur le marché secondaire de la dette", poursuit-elle.

Ainsi, il n'a fallu que 100.000 dollars au collectif pour racheter 3,856 millions de dollars de crédits. En novembre 2013, ce collectif s'était illustré en rachetant l'équivalent de 13,5 millions de dollars de dettes médicales contractées par plusieurs centaines de personnes.

+50% des encours

Après l'emprunt immobilier, la dette étudiante est la deuxième source d'endettement aux Etats-Unis, devant les prêts automobiles ou à la consommation. En juin 2014, quelques 39,9 millions d'Américains étaient détenteurs d'un prêt étudiant, selon le ministère de l'Education. La question des prêts étudiants est même devenu un sujet de préoccupation pour nombre d'économistes. Depuis 2008, l'encours de ces créances a augmenté de 50% pour culminer à 1.000 milliards de dollars, d'après des chiffres publiés par l'économiste Sylvain Fontan.

Si vieillesse... savait

Un rapport publié le 14 septembre dernier a mis en lumière la situation des retraités américains toujours redevables de créances étudiantes. D'après cette étude du Government Accountability Office, l'équivalent de la Cour des comptes, les encours de cette dette ont atteint en 2013 les 18,2 milliards de dollars, contre 2,8 milliards en 2005. Cette situation peut tourner à l'extrême précarité pour ceux qui ne parviennent plus à rembourser leurs prêts, puisque l'Etat est autorisé à puiser dans leurs retraites. Ils étaient ainsi 155.000 en 2013 à voir leur retraite réduite contre 31.000 en 2002.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2014 à 14:07 :
Heureusement que les milliardaires phylanthropes n'ont pas ce genre d'idées, sinon, ils casseraient le système qui les fait "vivre"...
a écrit le 18/09/2014 à 14:05 :
Excellent : ne reste que quelques millions de milliards.
a écrit le 18/09/2014 à 13:06 :
Bonne initiative !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :