Comment Kiev tente de rebondir, malgré la guerre

 |   |  2353  mots
La révolution de la place (Maïdan) de l'Indépendance, pendant l'hiver dernier, a permis de tourner la page de la tyrannie de l'ancien président Ianoukovitch, mais n'a pas réussi à amorcer un véritable virage démocratique, malgré tous les espoirs.
La révolution de la place (Maïdan) de l'Indépendance, pendant l'hiver dernier, a permis de tourner la page de la tyrannie de l'ancien président Ianoukovitch, mais n'a pas réussi à amorcer un véritable virage démocratique, malgré tous les espoirs. (Crédits : reuters.com)
Dans la capitale ukrainienne, l'atmosphère révolutionnaire de l'hiver 2013-2014 a fait place au réalisme et à l'inquiétude. Faible économiquement et militairement, à la veille d'élections législatives décisives, le pays risque de basculer du statut de « nouvel émergent » à celui d'« État défaillant ».

Le restaurant La Citronelle offre une vue imprenable sur la belle façade de l'Opéra de Kiev, vaste bâtisse rococo inaugurée huit ans avant le Palais Garnier. Mais par ce bel après-midi de juillet, la salle reste désespérément vide.

« L'économie de ce pays est à l'image de cette salle vide », explique Peter Bobrinski, associé fondateur du fonds Dragon Capital.

Quand en avril dernier, après la révolution de Maïdan qui a porté Petro Porochenko au pouvoir, le Fonds monétaire international a accordé un prêt de 17 milliards d'euros au pays, son « worst-case scenario » prévoyait une fin du conflit dans l'Est à l'automne... Cinq mois plus tard, la guerre continue et le parlement a voté un statut spécial d'autonomie pour les régions sous le contrôle des séparatistes, prenant acte de la création d'une enclave sous contrôle russe comparable à la Transnistrie en Moldavie ou à l'Ossétie du Sud en Géorgie. Le PIB du pays, miné par la guerre et par la perte des actifs industriels situés dans l'Est, devrait reculer de 8% cette année.

Oubliées les années 2000 où l'Ukraine affichait des taux de croissance à la brésilienne et où une nouvelle classe d'entrepreneurs enrichis par les privatisations et l'ouverture aux marchés mondiaux faisait fleurir les boutiques de design et les enseignes de grandes marques. À présent, la circulation est plus que fluide sur l'avenue Khmelnitsky. La plupart des Kiévois n'ont simplement plus les moyens de remplir leur réservoir. La monnaie locale, la hryvnia, a perdu plus de la moitié de sa valeur face au dollar depuis la fin de l'année dernière. Les habitants de Kiev, où la température moyenne pendant l'hiver est de -5°, voient arriver la saison froide avec inquiétude. Les mines de charbon situées dans l'est du pays, dont un grand nombre a été détruit ou laissé à l'abandon, produiront 25% de moins cette année. Malgré la reprise annoncée des approvisionnements en gaz, Moscou refuse de solder définitivement son contentieux gazier avec Kiev.

Le 26 octobre, les Ukrainiens se rendront aux urnes. « Sans illusion », explique Peter Bobrinski. La révolution de la place de l'Indépendance, pendant l'hiver 2013-2014, a permis de tourner la page de la tyrannie prédatrice de Ianoukovitch qui s'était fixé l'objectif d'accumuler 300 millions d'euros par mois pour sa famille. Le duo Latseniouk - Porochenko, qui a gouverné le pays après son départ, incarnait l'espoir d'un virage démocratique et d'un recul de la corruption endémique qui mine le pays. Sa probable reconduction après le scrutin est « à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle », dit-il.

« Il y aura un gouvernement et une présidence de la même couleur, ce qui devrait faciliter les réformes. En même temps, il n'y aura plus d'opposition. Or le problème, c'est Porochenko lui-même, explique le financier. Certaines affaires indiquent que les vieilles habitudes persistent voire se renforcent. »

Des oligarques difficiles à contrôler

Depuis son élection en avril, le pays est passé à un autre modèle, celui d'une oligarchie plus occidentalisée mais toute-puissante, dont Porochenko fait partie. Les petits bus jaunes de la régie des transports de Kiev sortent des usines d'une des nombreuses sociétés de sa holding. Les confiseries Roschen, de celui que l'on surnomme le « roi du chocolat », encombrent les rayons de la moindre épicerie.

Anna Derevyanko a pris la tête de la European Business Association (EBA), un lobby de 900 entreprises européennes et ukrainiennes, alors qu'elle n'avait pas 30 ans et avait un passé d'économiste et directrice financière d'une société de construction. Sous sa direction, le nombre d'entreprises regroupées sous l'ombrelle de l'EBA est passé de 40 à 900, parmi lesquelles on trouve aussi bien les holdings des oligarques que des PME et des filiales de sociétés étrangères.

« Toutes veulent des règles du jeu plus transparentes et équitables. Mais le fait est que les entreprises n'ont pas beaucoup vu la différence », explique la jeune femme.

Petro Porochenko « sait parfaitement ce dont le pays a besoin. Et la population est derrière lui pour combattre la corruption. Les gens sont passionnément motivés pour nettoyer ce pays. Ils n'ont jamais été aussi patriotiques... Si lui ne changeait pas les choses, alors il serait le dernier président d'Ukraine ».

Hélas, « la sécurité est devenue la priorité. Cette invasion [russe] distrait les dirigeants des réformes »... et renforce le pouvoir des oligarques.

Après l'invasion de la Crimée, Petro Porochenko s'est appuyé sur eux pour stabiliser l'est du pays. L'homme d'affaires Igor Kolomoïski, dont la banque, Privat, collecte le quart des dépôts du pays, a été nommé gouverneur de la région de Dniepropetrosk. Un de ses affidés tient la mairie d'Odessa, le grand port de la mer Noire. Dans l'Est, à Donetsk, Rinat Akhmetov, réputé proche de Moscou et dont le groupe a pesé jusqu'à 12 % du PIB national, règne en maître. Ces oligarques financent eux-mêmes une partie des troupes qui combattent les insurgés prorusses dans la vaste région orientale du Donbass.

« Si le pouvoir des oligarques continuait à grandir, il pourrait devenir difficile de les contrôler », explique Anna Derevyanko.

« Cinquante oligarques contrôlent le pays comme une société par actions », résume le responsable de la filiale ukrainienne d'une banque occidentale.

Dans son bureau, un organigramme géant figure la puissance des huit principaux conglomérats privés. Chaque grand oligarque contrôle quelques chaînes de télévision, des actifs industriels et agricoles et au moins un groupe bancaire, sans oublier un club de football.

« Les petites entreprises s'en tirent tant qu'elles restent sous le radar. Ensuite un oligarque en prend le contrôle », explique Jocelyn Guitton, conseiller économique auprès de l'ambassade de France à Kiev.

Aujourd'hui encore, « les droits de propriété ne sont pas garantis », dit un banquier. Les saisines d'entreprises sur la base de décisions de justices achetées purement et simplement par des actionnaires minoritaires ou des concurrents, courantes, se seraient faites, selon lui, moins nombreuses ces derniers mois. Mais l'État reste terriblement faible et peu impartial. Aujourd'hui encore un tiers des investissements directs dans le pays viennent de... Chypre : Nicosie a aménagé un régime fiscal sur mesure pour ses partenaires ukrainiens qui leur permet de sortir leur bénéfice et de le « réimporter »... défiscalisé. Les avoirs de la classe politique corrompue n'ont pas été récupérés, en dépit des demandes du Fonds monétaire international qui a accordé en avril une ligne de crédit de 17 milliards de dollars à Kiev.

Les grands groupes européens présents

Devant l'impressionnante cathédrale Sainte-Sophie, les jeunes volontaires partent vers le front de l'Est sans armes, mais les soutes de leur bus remplies de sacs... Auchan. Les séparatistes occupent actuellement 3% du territoire, et 30% des régions de Donetsk et Luhansk, qui abritent les réserves en charbon du pays, assurent le quart de la production industrielle. Le PIB y a chuté de 64% depuis un an.

« Même si l'économie va connaître une année très difficile, elle est plus résistante qu'il y a cinq ans et conserve un énorme potentiel et une réelle capacité de rebond », assure toutefois Vincent Falcoz, conseiller économique à l'ambassade de France.

Arrivés dans les années 2000 à l'époque du boom qui a succédé à l'effondrement post-communiste (-50 % de PIB entre 1991 et 2000), les groupes européens ont investi dans la grande distribution, le négoce des produits agricoles, la chimie ou encore l'énergie. Raiffeisen, Crédit agricole, Unicredit et BNP Paribas se sont fait une place sur le marché du crédit immobilier et à la consommation.

Pendant longtemps, ces banques ont dégagé des marges confortables en empruntant à leur maison mère au taux du Libor et en reprêtant à 12%. Mais la dépréciation de la hryvnia, fatal aux entreprises et ménages endettés en dollars, est venue gonfler leur portefeuille de mauvaises créances au point de les obliger à se recapitaliser. En Crimée comme dans l'Est, les actifs ont été purement et simplement saisis ou détruits. UkrSibbank, la filiale ukrainienne de BNP Paribas, s'est vu donner moins de deux mois pour convertir en roubles toutes les opérations de sa filiale à Sébastopol... L'agence locale a finalement été louée à une banque russe, chargée d'obtenir le remboursement des prêts en cours. Sans aucune garantie.

Reste le trésor du pays : sa terre. Le survol de l'immense plaine parcourue par le Dniepr, entre Kiev et Odessa offre un spectacle saisissant : à perte de vue, des champs de colza et de tournesol. Dans le célèbre port, à quelques centaines de mètres du célèbre escalier Potemkine, les ouvriers s'activent sur un nouveau terminal où pourront être stockés et exportés à terme jusqu'à 4 millions de tonnes de céréales par an, soit un dixième de la production du pays. L'investissement est cofinancé par la Berd (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) et une coentreprise entre Louis Dreyfus Commodities et la société ukrainienne Brooklyn Kiev. Les gouvernements qui se sont succédé depuis l'indépendance se sont bien gardés de libéraliser la propriété des terres gelée par moratoire depuis 2001. Une dizaine de grands groupes contrôlent la production agricole dans le cadre de contrats de fermage de long terme qui portent sur des surfaces de 100.000 à 800.000 hectares. Il n'y a pas que les céréales. Le géant du secteur, AVGR, exploite 700.000 hectares, élève 25 millions de poules et produit 6 milliards d'oeufs par an... MHP SA produit un demi-million de tonnes de poulet par an sur 250.000 hectares, soit 40% de toute la production française ! Son fondateur et principal actionnaire, Yuriy Kosyuk, un proche de Porochenko, a été nommé directeur adjoint de cabinet, en charge des opérations militaires, à la présidence.

Mais pas plus la fertilité des terres noires que le talent de ses ingénieurs ne mettent le pays à l'abri d'un effondrement. Les caisses de l'État sont vides, son accès aux marchés fermé. Sa position stratégique, entre Russie et Europe, est à la fois sa croix et sa planche de salut. « Nous ferons ce qu'il faut pour l'Ukraine », a assuré la directrice du Fonds monétaire internationale en marge de l'assemblée générale à Washington. Petro Porochenko a évoqué une conférence des donateurs d'ici à la fin de l'année, quand le FMI procédera à une nouvelle « revue » de son programme.

« Nous avons besoin d'un programme de 15 à 20 milliards », soit plus encore que celui négocié en avril, assure Peter Bobrinski.

La pression est d'autant plus grande que la Russie, qui a souscrit en décembre 2013 une émission de 3 milliards de dollars (sous droit irlandais) pour soutenir un Viktor Ianoukovitch aux abois, menace d'en demander le remboursement anticipé. Une clause de l'émission l'y autorise si la dette ukrainienne dépasse 60% du PIB. Elle atteindra probablement 75 % du PIB d'ici quelques mois. La stratégie russe consistant à faire de l'Ukraine un « État défaillant » gravitant dans son orbite n'a jamais autant pesé sur le destin des Ukrainiens.

______

>>> FOCUS Le numérique, un levier de sortie de crise ?

Après son indépendance en 1990, l'Ukraine a misé sur les services informatiques pour booster sa croissance, avec succès.

« C'est un débouché important pour les étudiants. Le coût mensuel d'un développeur ici est de 1 000 euros. C'est plus cher qu'un Indien mais moins qu'un Européen », résume Jocelyn Guitton, conseiller économique auprès de l'ambassade de France à Kiev.

Wael Ludot est arrivé à Kiev en 2000 pour monter une start-up de jeux vidéo. Il était pompier dans l'armée depuis six ans quand une connaissance lui propose une association.

« Je n'aurais jamais osé me lancer en France. Il n'y avait pas de tradition d'entreprenariat dans la famille. »

Arrivé avec 5.000 dollars « taxés à ma mère », il pèse aujourd'hui 3 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie 80 personnes, la plupart sous un statut d'auto-entrepreneur.

Ses programmeurs sont formés à l'Institut polytechnique de Kiev ou autodidactes et coûtent entre 1.000 et 3.000 euros par mois. C'est beaucoup dans un pays où les salaires dépassent rarement quelques centaines d'euros... quand ils sont payés !

Pour lui, l'Ukraine a une carte à jouer.

« Avec l'explosion des plate-formes et des réseaux sociaux, aucune société dans le monde ne peut se passer d'une présence sur le Web et les réseaux sociaux. Il y a une pénurie mondiale de programmeurs. »

Depuis l'arrivée au pouvoir du président proeuropéen Petro Porochenko, une stratégie s'esquisse pour positionner le pays comme fournisseur de premier plan au niveau mondial sous le nom de code « Externalisation Valley ». En avril, le ministre de l'Économie a signé un accord avec les six principales entreprises du secteur.

« Notre objectif pour passer d'une économie de ressources à une économie de la connaissance », avait alors expliqué Pavel Sheremeta... et d'employer d'ici à 2020 100.000 personnes dans le secteur en investissant un million de dollars dans la formation et en réduisant la fiscalité.

Pendant les événements de l'hiver 2013-2014, les employés de la société de Wael Ludot, Frogwares, organisaient des roulements pour être présents à Maïdan. Sa fille de 10 ans y a fait son baptême révolutionnaire en prenant la parole sur l'immense podium où ont défilé des centaines d'activistes et quelques célébrités. S'il ne cache pas sa sympathie pour la révolte des Ukrainiens contre la corruption qui mine la société, il ne départit d'une distance ironique avec sa patrie d'adoption.

« C'est le pays des blondes en short », blague-t-il.

Et comme les autres étrangers et Ukrainiens aisés qui vivent dans la capitale, il n'imagine pas se faire soigner dans un hôpital de Kiev tant la corruption mine la qualité des soins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2014 à 17:01 :
donc il y avait les méchants oligarches estampillés Moscou et maintenant les gentils Oligarches estampillés "Ouest" ...rien ne change en définitive dans ce pays, et cette pseudos révolution n'est qu'une redistribution des cartes sur qui raflera la mise...ca fait plaisir de voir que les subventions que JE vais payer pour aider l'Ukraine sont bien utilisées...ca fait plaisir de savoir que MES sous servent à payer les bombes que les sbires de Kiev balancent sur les civils de Donetsk....ca fait plaisir de savoir que les gentils milliardaires, seront encore plus milliardaires grâce au mensonges de nos bobos atlantistes....
a écrit le 27/10/2014 à 8:31 :
On peut evidement qu esperer que l ukraine s en sorte et que l UE fasse sa part au lieu de subventionner les eleveurs de 4*4 corses ou les circuit de F1 en grece.
Par contre c est amusant la personne qui dit qu il manque d informaticiens et dans la foulee qui avoue les payer 1000 €/mois sous un statut d auto entrepreneurs... pas etonnat que ceux ci n aient pas envie de travailler pour lui
a écrit le 26/10/2014 à 21:36 :
« En Crimée comme dans l'Est, les actifs ont été purement et simplement saisis ou détruits. UkrSibbank, la filiale ukrainienne de BNP Paribas, s'est vu donner moins de deux mois pour convertir en roubles toutes les opérations de sa filiale à Sébastopol... » Quels actifs étrangers ont été saisis à l’Est et en Crimée ? Des exemples ? L’exemple avec UkrSibbank n’est pas bon pour les raisons évidentes décrites dans l’article. Pour l’instant les confiscations concernent principalement les biens des oligarques pro-ukrainiens et de l’Etat ukrainien. Je n’ai pas d’illusions, à l’Est il y a des confiscations par les commandants militaires locaux « sauvages », il y a une vraie anarchie, mais je n’ai jamais entendu des saisis des biens étrangers comme la ligne officielle en Crimée ou dans les républiques d’Est.
a écrit le 26/10/2014 à 21:35 :
« Devant l'impressionnante cathédrale Sainte-Sophie, les jeunes volontaires partent vers le front de l'Est sans armes, mais les soutes de leur bus remplies de sacs... Auchan. Sans armes ? Ils vont les recevoir à l’arrivée. Déjà les bataillons volontaires ont la pire réputation parmi d’autres à l’Est au niveau de pillage et la violence envers les civiles et les prisonniers.
a écrit le 26/10/2014 à 21:12 :
« Dans l'Est, à Donetsk, Rinat Akhmetov, réputé proche de Moscou et dont le groupe a pesé jusqu'à 12 % du PIB national, règne en maître. Ces oligarques financent eux-mêmes une partie des troupes qui combattent les insurgés prorusses dans la vaste région orientale du Donbass. » Merci, c’était très juste de souligner que certains soi-disant pro-russes n’ont rien à voir avec. Mr. AKhmetov ne peut pas se permettre de combattre directement avec les séparatistes, malgré qu’il ait financé certaines forces au début, mais ses relations avec eux ne sont pas amicales.
a écrit le 26/10/2014 à 21:06 :
« Après son indépendance en 1990, l'Ukraine a misé sur les services informatiques pour booster sa croissance, avec succès. » Il y a eu un succès, c’est vrai, mais au niveau de la qualité des services, la fiabilité et la propreté des partenaires, ce n’est pas au top. L’image dans ce domaine a bien dégradé les dernières années. Aucune mauvaise foi de ma part, c’est ce qu’on m’a dit des personnes travaillant dans le domaine. Ils préféraient largement la Biélorussie.
Réponse de le 27/10/2014 à 8:29 :
c est probablement pas pire qu avec les indiens. J ai du travailler sur un porjet en partie sous traite en inde. au final on a du tout reecrire tellement c etait mal fait
Réponse de le 27/10/2014 à 9:57 :
Oui, je crois bien. « Le code indien » est devenu une expression courante :) Les problèmes, que les gens, dont je parle, ont rencontrés, étaient liés pas à la qualité du code, mais principalement à l’éthique entrepreneuriale. En prenant en compte que la Russie n’est pas du tout un exemple de cette éthique, cela parle fort. Je remarque que mes discussions ont eu lieu avant le Maidan. D’autre coté, la catastrophe économique et la baisse de gryvna conduisent à une baisse considérable des couts en Ukraine, on peut tenter de travailler avec l’Ukraine dans les services informatiques, mais avec une prudence maximale envers les partenaires locaux.
a écrit le 26/10/2014 à 20:58 :
« Malgré la reprise annoncée des approvisionnements en gaz, Moscou refuse de solder définitivement son contentieux gazier avec Kiev. » La Russie est vraiment méchante. Le prix actuel est au-dessous de moyen pour l’Europe, la dette de l’Ukraine pour le gaz n’est pas réglée, mais c’est Moscou qui refuse de solder. Belle logique ! En réalité l’Ukraine est un Etat défaillant depuis un bon moment.
a écrit le 26/10/2014 à 20:53 :
« La tyrannie prédatrice d’Ianoukovich » ! Quel bel langage ! A vrai dire, Mr. Ianoukovich a été un président qui aimait bien l’argent, mais assez mou. A propos, est-ce que la tuerie de Maidan, survenue quand Ianoukovich a déjà perdu, a été élucidée ? Et bien, non, malgré que la police anti-émeute a été blanchie. Mr. Ianoukovich est entré en conflit avec d’autres clans oligarchiques, en voulant profiter à leur compte. Certes, la corruption a fleuri sous son règne, mais les prédécesseurs n’étaient pas beaucoup meilleurs dans ce sens, dans le reste il était même meilleur que ces prédécesseurs.
a écrit le 26/10/2014 à 16:48 :
Cela sera long car cela fait bien longtemps que l'Ukraine n'est plus habituée à la "démocratie", l'a t'elle seulement connue dans le passé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :