Jean-Jack Queyranne : "la Chine constitue un potentiel économique et humain exceptionnel"

 |   |  732  mots
Interview de Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes.

Qu?est-ce qui a généré les relations privilégiées entre la Région Rhône-Alpes et Shanghai ?

Des rapports économiques privilégiés se sont noués il y a 23 ans sous l?impulsion de Charles Béraudier, qui fut le premier président du Conseil régional Rhône-Alpes (1981-1988). A l?époque, la Chine manifestait une volonté d?ouverture économique et Shanghai en était la pointe avancée. Il s?agit ici d?un choix, celui d?aller en Chine, qui allait se révéler opportun. Lyon et sa région ont également des relations historiques avec la Chine en rapport avec l?histoire et la route de la soie. Dès 1919, un Institut franco-chinois s?implantait à Lyon et recevait au début du XXe siècle près de 3 000 stagiaires chinois par an. Beaucoup d?entre eux se sont retrouvés être les cadres et les dirigeants de la Chine d?aujourd?hui. Ce qui explique en partie nos rapports étroits directs et personnels, faits d?amitié et de confiance avec ce géant asiatique.

Quel est l?objectif majeur pour la Région ?

Etre présent sur le marché chinois. La Chine constitue un potentiel économique et humain exceptionnel. Il faut que nos entreprises, nos universités, nos institutions culturelles y soient présentes. Pour ce faire, la Région s?appuie sur le savoir faire et les équipes d?ERAI - Entreprise Rhône-Alpes International ?, son bras armé en matière de développement d?entreprises à l?étranger. Avec son bureau à Shanghai, composé de 30 professionnels, il s?agit d?une implantation unique en Europe. ERAI a aidé plus de 400 entreprises à s?installer en Chine. Et 300 étudiants français étudient à Shanghai chaque année. Il y a un partenariat important en matière de laboratoires de recherche et sur le plan des Universités et Grandes écoles.

Avec des coopérations aussi fortes, la France n?est-elle pas en train de créer sa propre concurrence ?

La Chine se développe à grande vitesse et s?inscrit pleinement dans la concurrence internationale. L?Allemagne, l?Italie et les Etats-Unis y sont présents depuis longtemps. Nous devons investir ce marché pour renforcer notre capacité technologique et industrielle. Il nous faut être à la pointe de l?innovation, être présent sur ces marchés et permettre à nos PME, Pôles de compétitivité et clusters de se développer à l?international, sans sacrifier nos appareils de production. Par son tissu industriel et de recherche, par sa dynamique en matière d?enseignement supérieur et de recherche, mais aussi par son ancrage européen dans de nombreuses coopérations de région à région, Rhône-Alpes est « identifiable » à l?étranger, où elle peut également valoriser ses atouts géographiques, touristiques, culturels et culinaires.

Quel est l?intérêt pour Rhône-Alpes de participer à une manifestation telle que l?Exposition Universelle de Shanghai ?

La présence de Rhône-Alpes à l?Exposition universelle de Shanghai, de mai à octobre 2010, sera une opportunité unique de renforcer les relations économiques et de permettre aux chefs d?entreprises et aux acteurs du développement d?être visibles à l?échelle de la Chine. Conçu dans le respect des normes d?éco-construction, le Pavillon Rhône-Alpes sera l?incarnation de la Région, de sa créativité et de l?énergie déployée par les Rhônalpins.Il permettra de valoriser l?innovation, d?accueillir des rencontres business, d?organiser des rencontres thématiques. Il permettra aussi de faire connaître la vie culturelle et la diversité touristique de notre région, tout en offrant à déguster les créations de l?Ecole Paul Bocuse. Nous allons faire en sorte que les Chinois aient envie de venir en Rhône-Alpes, de découvrir notre territoire, d?étudier, d?implanter des entreprises et de créer de l?emploi.

Quelle position avez-vous par rapport à des sujets comme le respect des Droits de l?Homme en Chine ?

Je suis convaincu qu?il faut respecter la Chine et la place qu?elle joue dans l?économie mondiale. Je crois aussi qu?il ne faut pas aller vers ce pays continent avec notre propre système de pensée. Il faut témoigner de notre volonté de comprendre son histoire et les évolutions en cours et sortir de la posture de donneur de leçon.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :