Quarante accords signés entre les entreprises françaises et chinoises

 |   |  535  mots
Le Ministère de l'Économie a accueilli le 27 novembre à Bercy la «mission chinoise de promotion du commerce et de l'investissement». Son but : promouvoir les relations économiques sino-française.

C?est une délégation chinoise de quelque 400 personnes emmenée par le ministre du Commerce Chen Deming qui a été reçue vendredi 27 novembre à Bercy. Objectif: promouvoir le commerce et l?investissement sino-français. Une opération qui s?est avérée fructueuse puisqu?une quarantaine d?accords et lettres d?intentions ont été signés lors d?une cérémonie qui s?est tenue au ministère de l?Economie et des finances. La plupart des secteurs de l?économie en ont bénéficié puisque des contrats ont été signé dans l?énergie, le nucléaire, les transports de la finance et l?agro-alimentaire. Toutefois, la secrétaire d?Etat française au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, n?a pas pu donner le montant global de ces «contrats industriels et accords institutionnels». Celle-ci a expliqué que «certains contrats étaient déjà préparés depuis longtemps et d?autres en étaient à des stades de maturité différentes». Toujours lors de la conférence de presse, la secrétaire d?Etat a affirmé que plusieurs rencontres étaient prévues dans l?après-midi entre les représentants de 150 sociétés chinoises et une centaine d?entreprises françaises. Celles-ci devraient donc déboucher sur d?autres partenariats. Cette rencontre au sommet pour les dirigeants des entreprises des deux pays constitue une étape importante dans la coopération économique sino-française. D?ailleurs, la ministre de l?Economie, également présente, a affirmé que «cette réunion était inégalée par «son ampleur et sa diversité».

LA CHINE EST LA FRANCE DE PLUS EN PLUS PROCHE?

Pour sa part Chen Deming, a souligné l?importance de l?enjeu du commerce extérieur pour la Chine. En effet, malgré la forte croissance du Produit intérieur brut chinois, son économie est freinée par le ralentissement de son commerce extérieur. Mais depuis avril dernier et leur rencontre lors du sommet du G20 à Londres, les présidents chinois et français montrent leurs volontés de développer les relations économiques entre les deux pays. Ainsi, ils se sont rencontrés à New-York récemment. Rappelons que la Chine est le quatrième fournisseur de la France, les investissements directs étant encore faibles (303 millions d?euros en 2008), la marge de développement des relations économiques est donc encore importante. C?est toujours dans l?optique de multiplier les échanges entre les deux pays que Chen Deming a fait une proposition en trois points. Le premier, augmenter la création d?opportunités économiques entre les deux pays, le second, développer la promotion de la coopération dans les nouveaux secteurs (l?économie verte ou la protection de l?environnement, par exemple), enfin, la mise en place d?une série de mesures qui favoriseront les investissements mutuels. Le mot de la fin est pour Ma She, ministre-conseiller du Service économique et commercial de l?ambassade de Chine dans l?hexagone: ?la France est la 5ème puissance économique du monde et la Chine, le plus grand pays en voie de développement. Il existe une forte complémenarité entre les économies des deux pays et le potentiel de coopération».

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :