47 industriels européens lancent un appel à l'aide « urgent » aux Etats

 |   |  156  mots
De grands groupes industriels européens dont Renault et Saint-Gobain ont fait part du "besoin urgent de nouvelles actions politiques" face à une crise "extrêmement dangereuse" et appelé l'Allemagne à montrer l'exemple.

Quarante-sept industriels européens, dont le finlandais Nokia, les français Saint-Gobain et Renault, ou encore les allemands SAP et Siemens, ont fait part ce lundi du « besoin urgent de nouvelles actions politiques », notamment de la part de la première économie européenne, l'Allemagne, face à la crise financière actuelle.

Ces grandes entreprises, rassemblées au sein du think tank "Table ronde européenne des industriels" (ERT), demandent « plus d'impulsions budgétaires via des programmes massifs d'investissement et des baisses d'impôt ». Ils réclament également de nouvelles baisses de taux d'intérêt des banques centrales, des dispositifs garantissant l'accès au crédit ou encore des progrès dans les négociations internationales pour la libéralisation des échanges.

Le président de l'organisation, le patron de Nokia, Jorma Ollila, a par ailleurs critiqué les plans de relance ciblés sur certains secteurs. Le secteur automobile, par exemple, semble concentrer outre-Rhin l'effort politique.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que les patrons se pose la question pourquoi donner plus de valeurs a une action en pourcentage que la croissance, et pourquoi autant de difference de salaire entre le smic et leurs salaires, q'il y en est oui, cela est normal, qu'il y en est autant...sans compter les tite societes ou des commissions sont verses dans les iles paradisik ou au luxembourg...
Reguler le vous meme, le probleme, ne demandez pas aux citoyens landa de payer des impots proportinnellement plus que les votres...et encore de subir vos farces et attrapes, vous en etes le principal responsable...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La crise réveille de vieilles angoisses chez les industriels : la perte de leurs marchés.

En outre, il semble de plus en plus évident que ces grands patrons appartiennent à l'ancienne structure industrielle qui n'a pas su s'adapter à la nouvelle donne économique.

En effet, vous aurez remarqué que ce sont des industries lourdes comme l'automobile, la mécanique qui souffrent alors que les industries de technologie de matières premières et dans la distribution, sans compter les pharmas n'y sont pas.

Espérons que les gouvernements ne cèderont pas aux sirènes, comme ce fut le cas pour les anciennes industries sidérurgiques et les bassins houillers dans les années 80, où des centaines de milliards avaient été engloutis dans ces industries qui se sont par la suite effondrées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :