La Commission approuve le régime temporaire d'aide aux entreprises françaises

 |   |  540  mots
La Commission a accepté d'assouplir temporairement sa politique d'encadrement des aides d'Etat et autorise la France à venir en aide à ses entreprises touchées par la crise économique.

Dans le cadre du plan de relance adopté le 26 novembre 2008, la Commission a introduit, dans une communication datée du 17 décembre, un nouveau cadre permettant aux Etats membres d'adopter des mesures temporaires pour remédier aux "difficultés exceptionnelles rencontrées par les entreprises pour accéder aux sources de financement".

Cette communication prévoit la possibilité de mettre en place quatre dispositifs différents: une aide forfaitaire maximale de 500.000 euros par entreprise au cours des deux prochaines années; des garanties d'Etat pour les prêts assortis d'une réduction de prime; des prêts bonifiés, notamment pour la fabrication de produits verts; et une aide sous forme de capital-investissement, pouvant atteindre 2,5 millions d'euros par PME et par an pour autant qu'au moins 30% des coûts d'investissement soient couverts par des investisseurs privés.

A la suite de cette communication, le gouvernement français a rédigé, en collaboration avec les régions, les notifications nécessaires pour obtenir l'aval de la Commission. Elle a approuvé, dans sa décision du 19 janvier, la notification de la France relative aux aides d'Etat d'un montant maximal de 500.000 euros.

L'Etat et les collectivités locales françaises pourront désormais, dans le respect des règles de la concurrence, octroyer des aides aux entreprises d'un montant maximal de 500.000 euros, contre 200.000 euros en temps normal, pour leur permettre de surmonter la crise. C'est ce que vient d'autoriser la Commission européenne, mardi 21 janvier, en vertu des règles en vigueur sur les aides d'Etat. C'est, précise le communiqué, "la première d'une série de mesures d'aide aux entreprises adoptées par la France pour faire face à la crise économique actuelle".

Cette possibilité est ouverte sur la période 2009-2010 en direction des entreprises qui n'étaient pas en difficulté avant le 1er juillet 2008 mais le sont devenues en conséquence de la crise. Il s'agit là d'une décision majeure puisqu'elle modifie, pour les pouvoirs publics comme pour les collectivités locales, le fonctionnement des aides d'Etat.

L'Union européenne désigne par "aide d'Etat" les aides accordées aux entreprises par les Etats membres et leurs collectivités locales "sous quelque forme que ce soit", qui faussent ou menacent de fausser la concurrence et affectent les échanges entre Etats membres. Elles sont en principe interdites, à quelques exceptions près, qui visent certaines aides à caractère social et aides d'urgence et une série d'exemptions éventuelles. C'est sur l'une de ces exemptions éventuelles, qui prévoit la possibilité d'octroyer des aides pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un Etat membre que se base la décision de la Commission.

Cette décision sera appliquée au cas par cas par chaque collectivité locale en fonction des spécificités de la zone concernée et aura donc un impact variable. De ce fait, "l'impact est difficile à identifier", a indiqué à EurActiv.fr un responsable régional. Même s'il estime que "c'est une potentialité en plus" qui rendra le système "plus souple". La fixation d'un montant maximal de 500 000 euros ne lui semble cependant pas être une avancée de poids dans la mesure où "jusqu'à présent, on pouvait le faire jusqu'à 200.000 euros".

 

Site d'EurActiv.fr

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :