Le secteur agricole cherche à réduire ses émissions de CO2

 |   |  360  mots
L'utilisation d'engrais et d'autres pratiques agricoles modernes peuvent contribuer à réduire les gaz à effet de serre et à garantir la sécurité alimentaire. C'est ce qu'ont soutenu, lors d'une conférence jeudi 12 février à Bruxelles, des représentants d'entreprises et des experts.

S'exprimant lors de cette conférence, le président de l'Association européenne des fabricants d'engrais, Tor Holba, a indiqué que "les émissions [pouvaient]être réduites de 50% grâce aux nouvelles solutions N2O de nettoyage, aux engrais "tailormade" et aux techniques modernes d'agriculture".

"L'agriculture a un rôle très important à jouer pour restreindre les gaz à effet des serre", a estimé quant à lui le professeur en science environnementale à l'Université d'Aberdeen, Pete Smith.

Les engrais contiennent des produits chimiques organiques et des minéraux, comme le potassium (K) et le phosphore (P), que les fermiers introduisent dans leurs sols pour augmenter la production agricole.

L'utilisation des engrais au niveau mondial est connue pour rejeter une quantité significative de gaz a effet de serre dans l'atmosphère. Les émissions proviennent de la production des engrais qui dégagent du méthane, de l'oxyde nitreux, de l'ammoniac et du dioxyde de carbone.

L'agriculture et la sylviculture ont été exclues des plans de l'UE visant à étendre le système d'échange de droits d'émission des gaz à effet de serre après 2012. Cette décision a été prise étant donné la difficulté de mesurer les émissions propres à chacun de ces deux secteurs.

Cependant, devant l'augmentation de la population mondiale, Tor Holba a insisté sur le fait que les engrais étaient nécessaires à la production des denrées alimentaires pour l'ensemble de la population. Selon lui, "environ la moitié des besoins alimentaires de la population mondiale dépend des engrais minéraux". Il a également insisté sur le fait qu'il n'existait pas de "technologie alternative".

Le professeur Smith a ajouté que l'agriculture avait un rôle à jouer, à long terme, dans la réduction des gaz à effet de serre. Il faut, selon lui, "améliorer l'efficacité énergétique" et utiliser "les matières premières bioénergétiques" comme les déchets, le fumier et les cultures énergétiques spécialisées.

Il a estimé que le piégeage du carbone par les sols pouvait "réduire pas moins d'un tiers de l'augmentation [de CO2 dans l'air] et pas moins d'un septième des émissions de carbone par les combustibles fossiles".

 


Site d'EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
grosse morue
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Des expert payés par des lobbies industriels qui nous explique que le salut de la terre et dans l'augmentation de nos consommation d'engrais...vous y croyez ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :