Russie, UE, Turquie, un ménage à trois ?

 |   |  641  mots
Dans son discours de Nîmes, mardi 5 mai, Nicolas Sarkozy a évoqué un partenariat renforcé entre l'Union européenne, la Russie et la Turquie. Une alternative à l'adhésion turque, qui soulève pourtant des questions géopolitiques.

"Nous serions mieux inspirés d'engager dès maintenant avec la Turquie des négociations pour créer un espace économique et de sécurité commune. Cette grande ambition, nous pouvons la proposer aussi à la Russie (...) Ainsi serait créé un grand espace de plus de 800 millions d'habitants qui partageraient la même sécurité, la même prospérité." En quelques phrases, Nicolas Sarkozy a de nouveau relancé le débat sur l'avenir européen de la Turquie et proposé le resserrement d'un espace de plus de dix millions de km2.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a immédiatement rejeté l'idée d'un tel partenariat, même privilégié, n'acceptant aucune alternative à l'adhésion européenne (EurActiv.fr 12/05/2009).

Ces partenariats privilégiés proposés par le président Sarkozy ne sont pas des idées nouvelles. Que ce soit pour la Turquie ou pour la Russie, les relations avec l'Union européenne sont déjà anciennes et ont été formalisées au cours des dernières décennies.

En revanche, le rapprochement Turquie-Russie via l'UE est plus original. "Obama a valorisé énormément les Turcs et leur rôle au Moyen-Orient" lors de son voyage début avril, rappelle Dorothée Schmid, chercheur à l'Institut français des relations internationales (IFRI). "Pour Nicolas Sarkozy, il faut proposer un autre partenaire important, qui semble être la Russie", poursuit-elle.

La relation bilatérale Russie-Turquie repose essentiellement sur des échanges commerciaux et l'approvisionnement énergétique. 60% du gaz et 50% du pétrole importés par la Turquie viennent de Russie. En 2007, la Turquie était le troisième partenaire de la Russie pour le gaz, et le marché russe est très important pour les petits exportateurs turcs en ce qui concerne les biens de consommation.

L'approvisionnement en hydrocarbures en provenance de Russie a un impact important dans les jeux d'alliances entre les trois régions. Il existe une interdépendance entre d'un côté les Vingt-Sept qui cherchent à sécuriser leur fourniture d'énergie et de l'autre la Russie qui exporte deux tiers de ses hydrocarbures vers l'Europe. "Les intérêts sont de chaque côté partagés", rappelle Laure Delcour, chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris).

Ankara et Moscou ont également des enjeux sécuritaires communs, même s'ils "n'ont pas de grande proximité politique pour le moment", rappelle Dorothée Schmid. Le Caucase constitue une frontière commune aux deux régions, et ses réserves de pétrole non négligeables rendent les négociations trilatérales sensibles. Ils "n'ont pas la même vision de l'environnement stratégique", note Dorothée Schmid.

La Russie est en effet un quatrième bloc autonome, qui dispose d'une sphère d'influence et n'envisage pas du tout une intégration européenne. "La Turquie, elle, a besoin de l'UE et des Etats-Unis pour se positionner comme contre-pouvoir face à la Russie. Elle pressent qu'elle n'a pas la dimension suffisante pour être un cinquième bloc, d'où un jeu de balance assez subtile entre les Etats-Unis et l'UE", ajoute-t-elle.

Un jeu auquel le Conseil de l'Union européenne est sensible, en raison des enjeux géostratégiques très imbriqués de la région, entre l'Otan, l'UE et son partenariat oriental la Russie et le Caucase.

Au niveau national, note Dorothée Schmid, "Nicolas Sarkozy reprend un thème habituellement porté par le Front national, et le fait coller à la vision que se font les Français de l'étranger". Mais, ajoute-t-elle, "les Turcs perçoivent cela comme la prise en otage d'une question importante pour eux au profit d'un discours de campagne". Une perception qui tendrait à expliquer en partie la réaction du ministre turc des Affaires étrangères et de la presse turque après le meeting commun franco-allemand du dimanche 10 mai à Berlin.


Site d'EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Da da, niet niet niet!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les politiciens feraient mieux d'être franc avec la Turquie et leur dire, voilà ce que l'on vous propose, point final. Je trouve tout cela très dommageable. la Turquie n'a aucune raison de faire partie de l'UE. Les européens ne sont pas redevables de quoi que ce soit envers la Turquie, pays tiers et étranger à l'Union. Soyons des voisins, comme le mexique et le Canada sont voisins des USA et cessons de promettre une adhésion que personne ne veut. Quand l'Islande deviendra dans 2 ou 3 ans membre de l'UE, comment expliquerons nous à la Turquie cela....franchement, si j'étais Turc, je retirerai ma demande car qui voudrait devenir membre d'une famille qui vous rejette aussi ouvertement?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'adhésion de la Turquie à l'Europe serait la fin de l'Europe à cause des désordres graves et irréversibles engendrés. Alors pourquoi la Turquie veut-elle adhérer ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On ne rejette pas la vieille bique de grand mère quand celle ci a des tunes et pourrez vous couvher sur son testament!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Traité de Lisbonne, constitution européenne, adhésion de la Turquie...nos "élites politiciennes" nationales, de droite comme de gauche, ne cessent de nous trahir !

Les partis et politiciens nationaux ont transféré leur pouvoir à des bureaucrates et à des politiciens européens non-élus. Ils n?ont pas fait grand-chose pour renforcer la démocratie européenne et n?ont pas fourni plus d?efforts pour donner le pouvoir aux citoyens européens. Ceci est en soi une raison suffisante pour ne pas voter pour les partis nationaux en 2009. Et ce n?est qu?une des raisons qui font voter Newropeans !

En tant que premier mouvement politique trans-européen à se présenter devant plus de 130 millions de citoyens européens (en France, Allemagne et Pays-Bas), Newropeans sert d'abord à montrer deux choses:
. qu'il est possible de tenir le même discours politique à tous les Européens, et donc de sortir l'élection au Parlement européen de sa balkanisation en une myriade de forces politiques en compétition protégée derrière les frontières nationales
. que c'est le seul moyen d'apporter un contenu politique attractif à la campagne des élections européennes en présentant une vraie vision de l'avenir de l'UE, au lieu de faire des remakes d'élections nationales qui n'intéressent pas les électeurs.

Et, dans ce cadre, Newropeans sert à également à proposer un chemin politique nouveau, pour les deux décennies à venir, suivant deux grands axes:
. d'une part, la démocratisation de l'Union européenne pour rendre ses 500 millions de citoyens vrais décideurs des grandes orientations de l'UE
. d'autre part, une vision très précise du rôle de l'UE dans le monde afin de faire des 500 millions d'Européens une force qui contribue activement à façonner le monde du XXI° siècle

Pour un contrat moral des représentants du citoyen ( fin d'immunité A VIE des députés, non cumul de mandat, présence à TOUTES les séances...) une Europe faite par et pour le citoyen.

Votons citoyens, votons NEWROPEANS.

Plus d'infos: www.newropeans.eu
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/Newropeans+/video/x99myl_la-trahison-des-elites-voleti-const_news
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je vois à quel point l'hypocrisie occidental fait oublié certaine chose. Il y a combien de musulman qui vit en Europe? 20 millions!!! Pourquoi dire non à un pays qui représente 10% de la population européenne? Ne mettez pas tous les européens dans le même sac, beaucoup souhaite comme moi que la Turquie intègre l'Europe.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la Turquie est très différente de l'Islande d'abord parce qu'elle (l'Islande) est culturellement Européenne (ancien viking et colonisé par le Danemark) et majoritairement chrétienne qu'on le veuille ou non la religion est une manière de penser et la turquie est à majorité musulmane ce qui signifie qu'elle détruirai l'ue par ces divergences d'opinion (le royaume uni suffit amplement non?). De plus l'europe se définie comme étant
selon une citation célèbre de Paul Valéry qui décrit l'Europe comme le « Petit cap du continent asiatique ».il propose une définition de l'Europe : ce serait l'ensemble des régions ayant subi la triple influence :

* de l'hellénisme (philosophie, raison, république et démocratie, art et technique, science, humanisme) ;
* de la romanité (latin, importance du droit, rapport essentiel aux textes et à l'écriture, gestion administrative des territoires, impérialisme expansif) ;
* du christianisme (monothéisme, valeurs morales de pardon et d'amour de son prochain, missionarisme moral expansif) ;
ainsi les deux premières influences sont présentes en Turquie mais pas la troisième.
Malgré la basilique sainte Sophie. et l'ancien empire romain orthodoxe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La Turquie reçoit de l'Europe 564 millions par an depuis 1996. Ces crédits ne vont d'ailleurs pas cesser d'augmenter : "S'agissant de la Turquie, compte tenu de la taille et de la capacité d'absorption du pays, l'aide augmentera progressivement sur la période 2007-2013". (Communication de la Commission européenne sur l'Instrument de Préadhésion du 8 novembre 2006). Pour la France, qui contribue à hauteur de 17% au budget européen (2ème contributeur net), cela représente 96 millions d'euros par an versés à la Turquie via le budget européen. Voilà pour la "préadhésion". S'agissant maintenant de l'adhésion, Selon les études réalisées par la Commission européenne, qui y est favorable puisque c'est son mandat, la Turquie une fois entrée dans l?Union européenne, absorberait l?équivalent d?un quart du budget annuel de l?Union, soit plus de 30 milliards. Compte tenu de la part de la France dans le budget communautaire et dans le financement du "chèque" britannique, on estime que notre pays supporterait environ 20 % du coût net de ces dépenses d?élargissement, soit 6 milliards d'euros par an.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Europe, vache à lait... a écrit le 08/06/2009 à 00:44 :

La Turquie reçoit de l'Europe 564 millions par an depuis 1996. Ces crédits ne vont d'ailleurs pas cesser d'augmenter : "S'agissant de la Turquie, compte tenu de la taille et de la capacité d'absorption du pays, l'aide augmentera progressivement sur la période 2007-2013". (Communication de la Commission européenne sur l'Instrument de Préadhésion du 8 novembre 2006). Pour la France, qui contribue à hauteur de 17% au budget européen (2ème contributeur net), cela représente 96 millions d'euros par an versés à la Turquie via le budget européen. Voilà pour la "préadhésion". S'agissant maintenant de l'adhésion, Selon les études réalisées par la Commission européenne, qui y est favorable puisque c'est son mandat, la Turquie une fois entrée dans l?Union européenne, absorberait l?équivalent d?un quart du budget annuel de l?Union, soit plus de 30 milliards. Compte tenu de la part de la France dans le budget communautaire et dans le financement du "chèque" britannique, on estime que notre pays supporterait environ 20 % du coût net de ces dépenses d?élargissement, soit 6 milliards d'euros par an.

stan13300 a écrit le 06/06/2009 à 18:24 :

la Turquie est très différente de l'Islande d'abord parce qu'elle (l'Islande) est culturellement Européenne (ancien viking et colonisé par le Danemark) et majoritairement chrétienne qu'on le veuille ou non la religion est une manière de penser et la turquie est à majorité musulmane ce qui signifie qu'elle détruirai l'ue par ces divergences d'opinion (le royaume uni suffit amplement non?). De plus l'europe se définie comme étant selon une citation célèbre de Paul Valéry qui décrit l'Europe comme le « Petit cap du continent asiatique ».il propose une définition de l'Europe : ce serait l'ensemble des régions ayant subi la triple influence : * de l'hellénisme (philosophie, raison, république et démocratie, art et technique, science, humanisme) ; * de la romanité (latin, importance du droit, rapport essentiel aux textes et à l'écriture, gestion administrative des territoires, impérialisme expansif) ; * du christianisme (monothéisme, valeurs morales de pardon et d'amour de son prochain, missionarisme moral expansif) ; ainsi les deux premières influences sont présentes en Turquie mais pas la troisième. Malgré la basilique sainte Sophie. et l'ancien empire romain orthodoxe

BK a écrit le 02/06/2009 à 07:59 :

Je vois à quel point l'hypocrisie occidental fait oublié certaine chose. Il y a combien de musulman qui vit en Europe? 20 millions!!! Pourquoi dire non à un pays qui représente 10% de la population européenne? Ne mettez pas tous les européens dans le même sac, beaucoup souhaite comme moi que la Turquie intègre l'Europe.

CitoyenEuropéen a écrit le 16/05/2009 à 21:15 :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/Newropeans+/video/x99myl_la-trahison-des-elites-voleti-const_news

jeag a écrit le 16/05/2009 à 15:07 :

Traité de Lisbonne, constitution européenne, adhésion de la Turquie...nos "élites politiciennes" nationales, de droite comme de gauche, ne cessent de nous trahir ! Les partis et politiciens nationaux ont transféré leur pouvoir à des bureaucrates et à des politiciens européens non-élus. Ils n?ont pas fait grand-chose pour renforcer la démocratie européenne et n?ont pas fourni plus d?efforts pour donner le pouvoir aux citoyens européens. Ceci est en soi une raison suffisante pour ne pas voter pour les partis nationaux en 2009. Et ce n?est qu?une des raisons qui font voter Newropeans ! En tant que premier mouvement politique trans-européen à se présenter devant plus de 130 millions de citoyens européens (en France, Allemagne et Pays-Bas), Newropeans sert d'abord à montrer deux choses: . qu'il est possible de tenir le même discours politique à tous les Européens, et donc de sortir l'élection au Parlement européen de sa balkanisation en une myriade de forces politiques en compétition protégée derrière les frontières nationales . que c'est le seul moyen d'apporter un contenu politique attractif à la campagne des élections européennes en présentant une vraie vision de l'avenir de l'UE, au lieu de faire des remakes d'élections nationales qui n'intéressent pas les électeurs. Et, dans ce cadre, Newropeans sert à également à proposer un chemin politique nouveau, pour les deux décennies à venir, suivant deux grands axes: . d'une part, la démocratisation de l'Union européenne pour rendre ses 500 millions de citoyens vrais décideurs des grandes orientations de l'UE . d'autre part, une vision très précise du rôle de l'UE dans le monde afin de faire des 500 millions d'Européens une force qui contribue activement à façonner le monde du XXI° siècle Pour un contrat moral des représentants du citoyen ( fin d'immunité A VIE des députés, non cumul de mandat, présence à TOUTES les séances...) une Europe faite par et pour le citoyen. Votons citoyens, votons NEWROPEANS. Plus d'infos: www.newropeans.eu

banco pas illico a écrit le 15/05/2009 à 12:21 :

On ne rejette pas la vieille bique de grand mère quand celle ci a des tunes et pourrez vous couvher sur son testament!!!

FL a écrit le 14/05/2009 à 12:29 :

L'adhésion de la Turquie à l'Europe serait la fin de l'Europe à cause des désordres graves et irréversibles engendrés. Alors pourquoi la Turquie veut-elle adhérer ?

Boris Borovitch a écrit le 14/05/2009 à 09:21 :

Da da, niet niet niet!

eurofederal a écrit le 14/05/2009 à 07:15 :

les politiciens feraient mieux d'être franc avec la Turquie et leur dire, voilà ce que l'on vous propose, point final. Je trouve tout cela très dommageable. la Turquie n'a aucune raison de faire partie de l'UE. Les européens ne sont pas redevables de quoi que ce soit envers la Turquie, pays tiers et étranger à l'Union. Soyons des voisins, comme le mexique et le Canada sont voisins des USA et cessons de promettre une adhésion que personne ne veut. Quand l'Islande deviendra dans 2 ou 3 ans membre de l'UE, comment expliquerons nous à la Turquie cela....franchement, si j'étais Turc, je retirerai ma demande car qui voudrait devenir membre d'une famille qui vous rejette aussi ouvertement?

Commentaires sur l'article
Pseudo :

Vous avez un commentaire à faire sur cet article ? Faites en part en remplissant le champ suivant :




A lire sur La Tribune
Début du salon du Bourget sur fond de crise : notre dossier
Piratage sur Internet : que pensez-vous de la censure du projet Hadopi ?
Grippe A : la France reste en alerte 5
Avez-vous peur maintenant de prendre l'avion ?
Renault Grand Scénic : le retour des "voitures à vivre"
Quel lycée choisir pour votre enfant ? Notre classement exclusif
Faut-il transformer La Poste en société anonyme ?
A suivre cette semaine, de nouvelles statistiques sur l'économie américaine
Une semaine marquée par la censure de la loi Hadopi
Et si on pique-niquait ?
Sur les traces d'un musicien aux semelles de vent
Craignez-vous des grèves pour vos départs en vacances ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :