Jacques Barrot souhaite une approche concertée des Vingt-Sept sur l'immigration

 |   |  474  mots
Lors d'une audition à l'Assemblée nationale, le commissaire européen s'est dit favorable a une plus grande solidarité entre les Etats membres sur la question de l'immigration et de l'accueil des réfugiés.

L?immigration est "un problème très difficile qui s?est encore aggravé avec la crise économique", a déclaré le vice-président de la Commission européenne en charge de l?espace Justice, liberté et sécurité, Jacques Barrot, lors d?une audition devant la commission des Affaires européennes de l?Assemblée nationale, mardi 26 mai.

Le commissaire préconise alors "une approche globale" des Vingt-Sept sur cette question. "Sans concertation, l?Europe sera confrontée à des migrations d?une ampleur que nous n?avons jamais connu", a-t-il analysé. "Il faut sortir du réflexe souverainiste", a-t-il poursuivi, invoquant le problème du manque de coordination entre les Etats membres dans ce domaine.

Des Etats membres "pas solidaires" sur l?accueil des réfugiés

Les Vingt-Sept ne sont "pas solidaires", a-t-il déclaré. Lorsqu?il s?agit d?accueillir un demandeur d?asile "il n?y a pas beaucoup de mains levées". Il envisage de proposer, en septembre prochain, l?uniformisation des procédures de demande d?asile et encourage le Conseil européen à valider la création du bureau d?appui, outil déjà adopté par les eurodéputés dans le cadre du pacte européen sur l?immigration (EurActiv.fr, 26/09/2008).

Le député Michel Delebarre (PS) lui a demandé "de mettre fin" au problème de l?immigration "sur la côte d?Opale", et de devenir "le commissaire le plus détesté" des Etats membres en adoptant une attitude ferme. Proposition à laquelle Jacques Barrot à répondu "essayer de convaincre la Grande-Bretagne de partager" l?accueil des migrants. "Le magistère, je l?exerce un peu, il faut être le plus haï mais aussi le plus populaire", a-t-il poursuivi.

Il a par ailleurs invité les parlementaires français, qui devront transposer la "directive retour", à ne pas utiliser la possibilité offerte par le texte d?allonger le maintien en détention provisoire d?un immigré clandestin.

Programme de Stockholm : vers une Europe plus solidaire

L?action future de la Commission européenne dans le domaine de l?immigration sera détaillée dans le programme dit de "Stockholm", que Jacques Barrot souhaite voir adopté par le Conseil européen sous présidence suédoise. Un chapitre sur "une Europe plus solidaire" en matière d?immigration et de droit d?asile doit y figurer.

Dans ce cadre, le vice-président de la Commission souhaite créer un cadre juridique pour les immigrés "saisonniers", ainsi qu?un observatoire des besoins et des migrations. Il a également indiqué vouloir poursuivre la "lutte contre les passeurs" pour encadrer l?immigration irrégulière.

Le budget de l?Union européenne consacré à l?intégration, à l?accueil des immigrés, mais aussi au retour de ceux en situation irrégulière est de 4 milliards d?euros.

Le site d'EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :