L'Ukraine en route vers une réforme gazière

 |  | 493 mots
Lecture 3 min.
Les prêteurs internationaux et l'Union européenne se sont mis d'accord, vendredi 17 juillet, pour intensifier les négociations avec l'Ukraine. Il s'agirait d'émettre des prêts pour aider Kiev à payer le gaz russe et ainsi prévenir l'émergence d'une nouvelle crise susceptible de menacer l'approvisionnement de l'Europe.

En échange, l'Ukraine a promis de relever les prix du gaz à usage domestique et de faire respecter le paiement des factures, afin de renforcer les finances de sa compagnie gazière nationale Naftogaz, selon un fonctionnaire européen.

Les discussions sur les prêts sont destinées à aider Naftogaz à payer ses dettes et à prévenir la répétition de ce qui s'est passé en janvier 2009. Une opposition sur les paiements avait alors conduit Moscou à cesser pendant deux semaines ses livraisons de gaz à l'Ukraine destinées à l'Europe.

Les difficultés de paiements de ces dernières semaines ont alimenté les craintes européennes d'une autre crise gazière. Les divisions au sommet de l'appareil politique ukrainien ainsi que les tensions avec la Russie ont encore renforcé ces inquiétudes.

"La Commission européenne, les institutions financières internationales, l'Ukraine et la Russie ont eu une très bonne série de rencontres", a déclaré le porte-parole de la Commission Mark Gray à la suite de discussions organisées par l'UE à Bruxelles. "Nous nous sommes mis d'accord pour intensifier ces discussions."

"L'Ukraine s'est engagé sur plusieurs points importants concernant sa réforme du secteur gazier", a déclaré M. Gray, ajoutant qu'une nouvelle réunion se tiendrait la semaine prochaine à Kiev.

"La Commission et les institutions financières internationales ont appelé à plus de précisions sur le calendrier des réformes", a-t-il expliqué.

L'accumulation des dettes de Naftogaz menace sa capacité à accumuler le gaz acheté en Russie dans les lieux de stockage avant l'hiver. L'entreprise se doit de procéder ainsi pour assurer des flux stables vers l'Europe les mois d'hiver, quand la consommation augmente de près d'un tiers.

L'Ukraine a besoin d'au moins 2 milliards de dollars et essaie d'en emprunter près de 4 milliards.

Rivalités politiques

Les banques sont réticentes à l'idée d'injecter de l'argent dans Naftogaz. Celles-ci n'ayant aucune assurance que la société gazière sera radicalement restructurée pour supporter la crise économique ukrainienne.

La rivalité entre le premier ministre, Ioulia Tymochenko, et le président, Viktor Iouchtchenko, est une autre cause d'inquiétude dans le pays, qui doit organiser des élections présidentielles en janvier 2010.

Vendredi 17 juillet, lors d'une rencontre, les prêteurs, dont le FMI, ont demandé des assurances sur les futures réformes de Naftogaz et les lois sur l'énergie en Ukraine. Celles-ci devant assurer à la compagnie d'Etat de ne pas se mettre en situation de manque de liquidités de manière permanente.

Les ménages ukrainiens paient traditionnellement moins pour le gaz qu'ils consomment que ce que Naftogaz paie à la Russie.

Dans le futur, les consommateurs ukrainiens pourraient être obligés de payer leur gaz à l'avance. Les ménages pourraient faire face à des tarifs plus élevés et les entreprises qui ne paieraient pas leurs factures pourraient être déconnectées, prévient un fonctionnaire européen.

(EurActiv.com avec Reuters. Article traduit de l'anglais par EurActiv.)

Le site d'EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :