Le parlement européen veut prémunir l'UE contre les crises gazières

 |   |  488  mots
Les députés européens veulent que l'Europe se dote d'une politique énergétique plus forte visant à la débarrasser de sa dépendance à l'égard de la Russie.

La proposition de directive sur la sécurité des approvisionnements en gaz permet de réduire les risques liés aux pénuries de fourniture d?énergie. Mais les parlementaires européens, réunis en plénière du 15 au 17 septembre, ont adopté une résolution visant à modifier le dispositif permettant de détecter en amont la perspective d?une rupture d?approvisionnement.

Le texte plaide pour un renforcement du réseau des correspondants en énergie et exhorte les Etats membres de l?UE à éviter de futures ruptures d?approvisionnements. Les députés européens ont salué l?investissement de 250 millions d?euros accordés aux infrastructures énergétiques dans le cadre du plan de relance européen. Mais les élus ont appelé à une augmentation des investissements publics et privés afin d?améliorer les interconnexions des réseaux de distribution de l?énergie.

La perspective de réseaux d?envergure attire également les faveurs des eurodéputés. Selon eux, le projet Nabucco pourrait aider l?Europe à s?affranchir de sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Dans la droite ligne des propositions formulées par l?UMP pendant la campagne des européennes (EurActiv.fr 12/05/09), l?eurodéputé français Jean-Pierre Audy (PPE) a remis sur la table l?idée d?une centrale européenne d'achat de gaz. Elle permettrait, selon lui, "d?accroître son pouvoir d'acheteur sur le marché pour sécuriser ses approvisionnements au meilleur prix".

Les eurodéputés ont par ailleurs bien accueilli l?initiative Desertec qui vise à importer en Europe l?énergie solaire produite en Afrique du nord. Le projet est envisagé comme un bon moyen de diversifier les ressources énergétiques de l?UE (EurActiv.com 22/07/09). Le commissaire européen à l?énergie, Andris Piebalgs, a precisé que le projet serait guidé pas à pas, en commençant par le volet du développement technologique.

En revanche, ils s?inquiètent des "offres publiques d?achat hostiles provenant d?acteurs étrangers peu transparents", et qui pourraient avoir une incidence négative sur le marché européen de l?énergie. Ils appellent donc la Commission à prendre des mesures visant à prévenir ce type d?opérations.

Les entités visées sont notamment Surgutneftegas, société russe entretenant des relations étroites avec le chef du gouvernement Vladimir Poutine, qui s?est introduite dans le capital du groupe pétrolier hongrois MOL et dispose de plus de 21% de ses parts de marché. L?opération a été savamment orchestrée puisque le producteur russe envisageait de s?emparer d?un acteur-clé du projet Nabucco pour torpiller l?initiative européenne (EurActiv.com 18/05/09).

Surgutneftgas avait refusé de divulguer des informations concernant son organisation interne au régulateur hongrois de l?énergie, ce qui avait alimenté la controverse sur les desseins politiques qui sous-tendaient l?OPA.


Site d'EurActiv.fr

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :