Bruno Le Maire poursuit son opération séduction en faveur de la régulation des marchés agricoles

 |   |  653  mots
Le ministre français de l'Agriculture intensifie le rythme des rencontres avec ses homologues pour obtenir une nouvelle régulation des marchés laitiers.

Maintenir la pression. Quelques jours avant le prochain conseil des ministres européens de l'Agriculture, qui se tiendra les 19 et 20 octobre à Luxembourg, le français Bruno Le Maire multiplie les déclarations avec ses homologues étrangers. Dernière en date : une rencontre avec le ministre italien de l'Agriculture, Luca Zaia, mardi 13 octobre à Paris.

"Nous sommes déterminés, au nom de l'Italie et de la France, à défendre l'idée d'une régulation européenne", a déclaré Bruno Le Maire, à la sortie de la rencontre avec Luca Zaia. Et le ministre de se féliciter que l'Italie ait fait "le choix politique majeur" de la régulation.

Le 23 septembre, le ministre français était allé à Rome convaincre l'Italie de se rallier à la proposition franco-allemande sur le marché du lait, atteignant ainsi la majorité qualifiée au Conseil des ministres (EurActiv.fr, 24/09/2009).

300 millions d'euros à débloquer

Le texte, mis sur la table par la France et l'Allemagne, rappelle la nécessité de la régulation européenne du marché du lait. Mais il demande également de prendre des mesures conjoncturelles, et réclame le déblocage immédiat de 300 millions d'euros pour soutenir le secteur laitier (EurActiv.fr, 09/09/2009).

"Nous souhaitons mettre de la stabilité à la place de la volatilité. Ce ne sont pas les marchés qui le feront, mais les règles européennes", a estimé le ministre français.

"Nous voulons renforcer cet axe franco-italien", a souligné Luca Zaia. "Mais le travail ne doit pas s'arrêter au lait", a-t-il prévenu. "Il va continuer sur tous les marchés agricoles. "En plus des 300 millions d'euros, le ministre a demandé le déblocage de l'aide au stockage privé de fromage.

En Italie, cette mesure est en effet cruciale. Sur les 11,5 milliards de litres de lait qu'elle produit annuellement, la Péninsule en transforme près de 70% en fromage.

Lundi 12 octobre, Bruno Le Maire s'est rendu à Vienne (Autriche) pour discuter des outils de régulation avec certains de ses homologues. L'occasion, pour lui, d'enregistrer l'adhésion de la Grèce à l'initiative franco-allemande. Avec Athènes, 21 pays, représentant 95% de la production laitière européenne, soutiennent désormais une forme de régulation, selon le ministère de l'Agriculture. Les ministres ont adopté une contribution commune qui sera soumise au Conseil Agri des 19 et 20 octobre.

La présidence suédoise attendue au tournant

Le message est-il reçu à Bruxelles ? "Nous avons des signes positifs", répond Bruno Le Maire, arguant que la mise en place d'un groupe de haut niveau pour réfléchir à l'avenir du secteur laitier est une "très bonne décision de la Commission européenne". Début octobre, les producteurs de lait avaient pourtant laissé éclater leur colère devant une telle initiative (EurActiv.fr, 06/10/2009).

Mais le ministre français demande aussi "un signe clair de la part de la présidence suédoise de l'Union européenne". Bruno Le Maire dit attendre de la Suède la confirmation qu'elle veut poursuivre les discussions "sur la voie de la régulation".

En pleine crise du lait, Stockholm avait en effet longtemps refusé de convoquer une réunion extraordinaire des ministres européens de l'Agriculture, avant de céder sous la pression de la majorité des Etats.

Au-delà de la crise du lait, Bruno Le Maire dit vouloir se servir de cette alliance pour avancer ses pions lors des négociations de la future politique agricole commune (PAC). Alors que la commissaire en charge de l'Agriculture, Mariann Fischer Boel, entend promouvoir une libéralisation de l'agriculture européenne, la France veut absolument introduire une dose de régulation dans la PAC de l'après 2013.

 

Calendrier
16 octobre : journée d'action de la FNSEA
19 et 20 octobre : conseil des ministres européens de l'Agriculture
19 octobre : réunion extraordinaire de la commission Agri du parlement européen sur la crise du lait.

 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :