Pierre Stengel : "une réduction de 50% des pesticides impliquerait des changements profonds"

 |   |  346  mots
Pierre Stengel, directeur scientifique à l'Inra, revient sur les conclusions de l'étude Ecophyto R&D, publiée le 28 janvier.

Vous avez participé à une importante étude sur la réduction des pesticides, appelée Ecophyto R&D. Dans ce domaine, où se situe la France par rapport à d?autres pays européens ?

L?objectif de réduction de l?utilisation des pesticides de 50%, qui figure dans le Grenelle de l?environnement, a déjà été adopté il y assez longtemps par d?autres pays, notamment les Pays-Bas et le Danemark. Nous ne sommes pas pionniers en la matière.

Comment explique-t-on le décalage de la France par rapport à ces pays ?

Nous sommes parmi les plus gros utilisateurs de phytosanitaires au monde. Mais ce n?est pas seulement parce que nos agriculteurs sont plus amoureux des pesticides que d?autres. Nous avons des productions spécifiques, comme la vigne. Celle-ci est un très gros consommateur de produits, et n?est pas présente dans les pays du nord de l?Europe. Nous avons aussi des productions fruitières, qui consomment beaucoup de ces produits.

Pourrait-on mener une étude comme Ecophyto R&D sur le plan européen ?

Il serait très intéressant de mener une telle étude pour voir comment les Etats peuvent réduire de façon concrète l?usage des pesticides de façon convergente au niveau européen. Cela pourrait se faire dans le cadre de la directive cadre sur l?utilisation durable des pesticides. Tout ce qui peut permettre de poser des problème collectivement est important. Il y aurait également un intérêt sur le plan commercial: nos agriculteurs pensent que leur imposer des contraintes plus fortes que celles subies par leurs concurrents européens revient à introduire une distorsion de concurrence et constitue un handicap pour leurs produits. Mais lorsque la directive européenne sur les pesticides sera transposée en droit français, il faudra sans doute définir ce qu?est notre protection intégrée.

 

Lire la suite de l'article Pierre Stengel : "une réduction de 50% des pesticides impliquerait des changements profonds"

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :