Le modèle suédois des retraites montré en exemple en France

 |   |  258  mots
Le modèle suédois est pris en exemple en France, tant par l'Institut Montaigne que par Terra Nova, pour imaginer la future réforme des retraites. Si les deux "think tanks" s'en inspirent pour formuler des propositions, leurs conclusions diffèrent.

"Je trouve le système suédois super", s?est exclamé le président de l?Institut Montaigne Claude Bébéar, le 10 juin, lors d?une conférence sur la question des retraites en France et en Suède. Tel était le sentiment unanime parmi les intervenants.

Estimant que le système des retraites français n?est plus soutenable en raison de l?augmentation de l?espérance de vie, une note de l?Institut Montaigne sur ce sujet prône "une retraite à cotisations définies, à la carte avec neutralité actuarielle", à l?instar de ce qui existe en Suède.

Le passage à un système de retraite de ce type signifie que les cotisations ne pourront être augmentées si les conditions économiques ou démographiques ne sont pas favorables, suggérant ainsi aux actifs de retarder la liquidation de leurs pensions. Les risques liés aux changements futurs du contexte économique sont ainsi déplacés des cotisants aux retraités.

Chacun doit en outre pouvoir "choisir le moment où il liquide sa pension, mais de façon responsable". En clair, une personne qui arrête de travailler, par exemple, à 60 ans, percevra une retraite moindre que quelqu?un travaillant plus longtemps. Des coefficients dits "actuariels" sont appliqués au montant de la pension en fonction de l?âge au moment de la liquidation, pour préserver l?équilibre financier du système.

Lire la suite de l'article Le modèle suédois des retraites montré en exemple en France

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :