Van Rompuy, les navires et la tortue

 |   |  356  mots
Lors d'une conférence organisée par le "think tank" Notre Europe, le président du Conseil européen a martelé sa confiance en l'Europe et en sa capacité à avancer, pas à pas.

Herman Van Rompuy a la foi. La foi en l'Europe. Devant les étudiants de Sciences-Po, lundi 20 septembre, le président du Conseil européen a renvoyé les eurosceptiques dans leur camp. "La soi-disant lenteur de l'Europe désespère tant ses fidèles que ses détracteurs. "Dépêche-toi, chérie", crient les premiers; "quelle léthargie", ironisent les derniers. A tous ces mécontents il faut répondre, avec Galilée : et pourtant, elle tourne !", a-t-il lancé lors de son premier discours public à Paris.

"Notre Union surprend toujours", a-t-il expliqué. Evoquant les voix des pessimistes, qui annoncent l'explosion prochaine de l'Union européenne, il s'est montré pugnace: "nous sommes capables de garder ensemble la maîtrise de notre destin".

"Qui n'avance pas recule", a-t-il martelé, comme pour affirmer que l'UE ne pouvait pas se permettre de stagner en attendant de voir le monde défiler devant ses yeux. Mais, pour le président du Conseil, l'Europe doit progresser à son rythme. Il n'est pas anormal qu'elle "se fasse jour par jour", et non "au jour le jour". "La tortue européenne a d'abord avancé d'une marche lente et hésitante qui a finalement surpris tout le monde, y compris les impatients des marchés financiers", a poursuivi le Belge, en référence aux turbulences traversées par l'UE à l'occasion de la crise grecque. L'Europe "s'est imposée par le droit", et elle est coriace, a martelé Herman Van Rompuy.

Relations extérieures

Cette tortue connaît parfois "plus de difficultés pour l'emporter", notamment en politique étrangère, a-t-il ajouté. Malgré les accords récents avec la Corée du Sud, ou l'envoi d'une aide massive au Pakistan sinistré par les inondations, le chemin à parcourir, en avançant «pas à pas», est encore long. Les politiques étrangères, même si elles sont "bien établies", sont encore multiples, a souligné le président du Conseil européen.

"L'Union européenne est comme un convoi de vingt-sept bateaux navigant sur l'océan de la géopolitique", a-t-il poursuivi.

Lire la suite de l'article Van Rompuy, les navires et la tortue

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :