En France, une infime partie des fonds européens est destinée aux Roms

 |   |  388  mots
Un peu plus d'un million d'euros issus du Fonds social européen est consacré à des projets en faveur des gens du voyages, des Roms et des Tsiganes.

Au cours de la longue polémique sur les Roms, la rhétorique de Paris a peu à peu reposé sur la sous-utilisation des fonds européens destinés aux Roms par la Roumanie et la Bulgarie. Mais qu'en est-il en France, qui compte entre 10.000 et 15.000 Roms sur son territoire?

Le Fonds social européen (FSE) est plus particulièrement destiné à aider les Roms, ainsi que les Tsiganes et les gens du voyage. Dans la majorité des projets financés, ces trois communautés ne sont pas différenciées. Entre 2007 et 2013, un peu plus d?un million d?euros issus des fonds européens devraient leur être destinés, à travers 28 projets, déployés dans 11 régions. Soit un coût total de 2,6 millions d?euros, puisque le FSE soutient obligatoirement des projets co-financés.

Le million d?euros consacré par des organismes français aux Roms est une goutte d?eau, comparé au montant global du FSE. Au cours des sept années que dure la période de programmation actuelle, les crédits du FSE représentent, au total, une enveloppe de 4,5 milliards d?euros pour la France.

Onze régions

Dans une note, la délégation générale à la formation professionnelle (DGEFP), qui coordonne la gestion du FSE dans le pays, fait état de 28 opérations spécifiquement destinées aux gens du voyage, tsiganes ou Roms. Les projets se répartissent dans 11 des 22 régions métropolitaines.

19 opérations sont programmées par des"organismes intermédiaires", qui ont pour mission de gérer localement le Fonds social européen. Parmi eux, huit conseils généraux ont par exemple joué ce rôle. Les neuf opérations restantes ont été programmées directement par les services de l?Etat, c?est-à-dire les préfets de régions et les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l?emploi (Direccte).

Du côté du co-financement, les conseils généraux ont mis à la main à la poche pour 24 projets, l?Etat a investi dans 10 opérations et les agglomérations ou communautés d?agglomérations en ont subventionné six.

Lire la suite l'article En France, une infime partie des fonds européens est destinée aux Roms.

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :