Des fonds structurels pour faire avaler le plan d'austérité grec

 |   |  417  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
Le dossier grec n'était pas à l'ordre du jour de la réunion des dirigeants européens à Bruxelles. Il a pourtant mobilisé toute l'attention.

Alors que le parlement du pays doit se prononcer, mardi 28 juin, sur un deuxième plan d'austérité nécessaire pour diminuer sa dette, les dirigeants réunis à Bruxelles ont accepté de mobiliser rapidement les fonds de la politique régionale pour donner un second souffle à la croissance grecque.

Les Européens cherchent à fortifier l'économie du pays "sur le terrain", a déclaré le président de la Commission lors d'une conférence de presse en fin de soirée. "Ce soir, nous avons discuté de la manière d'utiliser ces fonds [de la politique régionale, ndlr] pour maximiser l'impact sur la croissance en Grèce", a-t-il ajouté.

Administration désorganisée

José Manuel Barroso a notamment évoqué la volonté de Bruxelles de financer un nouveau système informatque pour l'administration du pays, aujourd'hui complètement désorganisée.

Normalement, les fonds européens servent à cofinancer entre 40 et 60% des projets. Mais la proportion de l'aide européenne pourrait être augmentée en permettant à l'UE de monter jusqu'à 85%.

Pour la période budgétaire actuelle (2007-2013), la Grèce bénéficie d'un montant total de 20,3 milliards d'euros au titre de la politique régionale. Le pays a déjà touché 4,9 milliards. Sur les 15,7 milliards restants, plus de 60% auraient déjà été attribués à des projets, mais l'argent n'a pas encore été versé.

De l'aide concrète devrait également être envoyée à Athènes. "J'ai demandé aux Etats membres de travailler avec la Commission pour que nous puissions apporter ensemble toute l'assistance technique disponible pour aider ce pays à obtenir cet argent le plus rapidement possible", a ajouté le président de la Commission.

Tiers monde

Cette aide pourrait passer par un détachement d'experts des Etats pour aider Athènes à fonder son administration sur de nouvelles bases. En creux, certains diplomates européens expliquent que ces décisions sont liées au total manque de confiance des Européens dans la capacité de la Grèce à se sortir seule de ses problèmes d'endettement.

Cela revient à traiter la Grèce comme un pays du tiers monde, résume un diplomate à EurActiv.com en ajoutant que la proposition de la Commission avait surpris plusieurs gouvernements de l'UE.

La finalisation du plan d'austérité demandé à la Grèce était également dans toutes les têtes lors de cette première journée du sommet européen.

Lire la suite de l'article Des fonds structurels pour faire avaler le plan d'austérité grec

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :