L'Europe doit consolider son mécanisme de crise, selon le FMI

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
Dominique Strauss-Kahn doit présenter aux ministres européens des Finances les principales conclusions d'un rapport de son institution. Le texte affirme notamment que la zone euro doit augmenter la dotation financière du Fonds européen de stabilité financière.

Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, s'apprête à présenter à l'Eurogroupe, ce lundi 6 décembre, les conclusions d'un rapport sur l'économie de la zone euro.

Dans ce texte, dont Reuters a pris connaissance, le FMI affirme que la zone euro doit augmenter la dotation financière de son mécanisme de crise. L'institution préconise aussi l'augmentation des achats d'obligation par la Banque centrale européenne pour éviter que la crise de la dette souveraine n'entrave la reprise économique mondiale.

"La tempête financière qui affecte la périphérie (de la zone euro) constitue un grave risque à la baisse" pour la croissance économique et pourrait faire capoter la reprise, juge le FMI.

Initiatives "insuffisantes"

Le Fonds compte faire savoir aux ministres des Finances de la zone euro que le programme d'aide à l'Irlande de 85 milliards d'euros agréé fin novembre et le projet de pérenniser le mécanisme de gestion des crises sont de bonnes initiatives mais insuffisantes.

L'Union européenne a décidé de maintenir après 2013 le mécanisme permanent de gestion des crises, qui comportera une participation progressive du secteur privé.

Le MES (Mécanisme européen de stabilité) se substituera à l'actuel Fonds européen de stabilité financière (FESF). "Beaucoup de choses plaident pour une augmentation des ressources mises à la disposition de ce mécanisme et pour un emploi plus souple de celles-ci, y compris dans le but de fournir un soutien plus efficace au système bancaire", poursuit le FMI.

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) est pour l'instant doté de 750 milliards d'euros. Il est destiné à aider financièrement des pays dans la nécessité en échange de réformes et de mesures d'austérité.

La BCE approuve

Le ministre des Finances belge Didier Reynders s'est dit favorable, samedi 4 décembre, à ce que le mécanisme européen de gestion des crises bénéficie de plus de fonds qu'il n'en dispose actuellement. Il a estimé qu'une telle augmentation pourrait avoir lieu avant 2013.


Lire la suite de l'article L'Europe doit consolider son mécanisme de crise, selon le FMI
 

 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2010 à 14:08 :
Les Allemands devront se rendre à l'évidence et reconnaitre que l'on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. L' Allemagne est le pays qui a profité le plus de la libération du marche européen. L'euro fait partie des accords. Si les Allemands veulent quitter la Zone Euro ils devront selon les accords aussi quitter l'UE. (Personnellement je n'y vois pas d'inconvénients). La pratique de la loi du plus fort actuelle convient et avantage surtout l'Allemagne mais aussi en moindre mesure la France.
Les pays périphériques de la Zone Euro sont simplement écrasés par le rouleau compresseur allemand et n'ont aucune chance de développer un' économie forte dans ces conditions. La Chine et pourquoi pas l'Inde ou d'autres puissances économiques pourraient entre tentées de se précipiter dans la brèche.
Je pense que si l'on explique ceci aux Allemands ils devraient être en mesure de le comprendre, s'il le veulent.
a écrit le 06/12/2010 à 11:56 :
Il ne reste plus a DSK qu'a convaincre les Allemands.A sa place, j'aurai entame des discretes negociations mais lui prefere s'etaler dans la presse.Que cherche-t-il? Espere-t-il leurs forcer la main? Je ne suis pas sur que le peuple Allemand apprieciera.Il met les dirigeants d'outre rhin(meme ceux qui sont d'accord avec lui)dans une position difficile ce qui n'est pas tres intelligent.
Réponse de le 27/12/2010 à 14:10 :
L'histoire nous montre que l'intelligence ne sert pas à grand chose avec l' Allemagne!
Ce sont des jusqu'en boutistes incorrigibles.
Réponse de le 27/12/2010 à 14:26 :
Outre Rhin on a simplement omis, peut´être omission volontaire, d'expliquer aux Allemands à quel point l'Allemagne par ses exportations profitait de L' Europe (UE). Le problème des Allemands c'est qu'ils se surestiment, donc que tout leur est du, cela leur a souvent couté cher dans le passé et l'histoire souvent se répète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :