La Pologne veut avoir son mot à dire dans les réunions de la zone euro

 |   |  347  mots
DR
DR (Crédits : latribune)
Le pays, qui n'a pas encore adopté l'euro, a prévenu qu'il pourrait refuser de signer le nouveau traité portant sur des règles budgétaires plus strictes s'il ne pouvait pas assister aux sommets des dix-sept Etats qui partagent la monnaie unique.

Les dirigeants européens devraient approuver la version finale du traité lors d'un sommet, lundi 30 janvier. Ce pacte a pour objectif de renforcer les règles budgétaires, notamment dans les pays endettés de la zone euro. Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, a toutefois fait savoir, mardi 24 janvier, qu'il réclamerait des concessions.

"Si la Pologne ne se voit pas accorder le statut de participant aux réunions de la zone euro, ce qui nous permettrait d'avoir le sentiment d'être impliqués dans le processus de prise de décision, (...) il nous sera difficile de signer le pacte budgétaire", a-t-il affirmé. "Nous n'accepterons pas une telle configuration."

Donald Tusk se lance dans une bataille qui s'annonce difficile, dans la mesure où la France s'oppose fermement à la participation des Etats en dehors de la zone euro aux réunions des pays qui partagent la monnaie unique.

La Grande-Bretagne a déjà fait savoir qu'elle ne signerait pas ce nouvel accord intergouvernemental qui est ouvert à ratification pour les pays en dehors de la zone euro.

Europe à deux vitesses

La Pologne souhaite, quant à elle, se joindre aux signataires, notamment pour mettre en exergue sa réussite économique relative et sa stabilité malgré les turbulences du marché. Il s'agit du seul pays de l'Union européenne à avoir évité la récession depuis le début de la crise économique mondiale en 2008.

Le gouvernement de centre-droit de Donald Tusk affirme qu'en maintenant à l'écart les pays en dehors de la zone euro, le risque d'aboutir à une Europe à deux vitesses n'en serait que plus grand.

La Pologne a déjà été entendue par le Parlement européen. Contrairement à la position défendue par Paris, les députés, y compris des élus français UMP, ont voté une résolution, mercredi 18 janvier, dans laquelle ils estiment nécessaire d'ouvrir les sommets de la zone euro aux pays qui devront adopter la monnaie unique.

Lire la suite de l'article La Pologne veut avoir son mot à dire dans les réunions de la zone euro

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :