La Slovaquie veut prendre son temps pour voter sur le FESF

 |   |  359  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
Un des leaders des partis de la coalition au pouvoir en Slovaquie a annoncé que le vote sur le Fonds européen de stabilité financière n'aurait pas lieu avant décembre. En France, il est prévu cette semaine.

Les mesures prises par les dirigeants de la zone peinent à rassurer les marchés. Les déclarations de certains représentants politiques slovaques ne vont pas améliorer les choses.

Plusieurs votes

Fondateur et président de Soboda Solidarita (Liberté et Solidarité, SaS, libéraux), parti actuellement membre de la coalition gouvernementale, Richard Sulik a affirmé, dimanche 4 septembre, que le vote slovaque sur l'extension des compétences et capacités du FESF n'interviendrait pas avant décembre, au plus tôt.

Pour lui, "il y aura plusieurs votes, trois ou quatre". Dans le même temps, de nombreux pays cherchent à accélérer l'adoption de l'accord conclu à Bruxelles le 21 juillet pour tenir les engagements européens et éviter toute nouvelle crise de confiance des marchés envers la zone euro.

Confiance des marchés

Les dirigeants européens avaient alors décidé d'autoriser le FESF à accorder des prêts de précaution à des pays qui seraient attaqués sur les marchés et à acheter de la dette souveraine, dans des circonstances exceptionnelles, pour soutenir les Etats en difficulté.

Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont demandé lors de leur rencontre à Paris, le 16 août dernier, d'accélérer les ratifications nationales alors que les taux d'emprunt s'envolaient pour l'Italie et l'Espagne.

La tenue d'un vote en décembre en Slovaquie pourrait fragiliser la confiance des marchés dans la solidarité européenne. Elle a déjà été mise à mal à la fin du mois d'août par l'accord entre la Grèce et la Finlande octroyant à Helsinki des garanties sur l'argent prêté à Athènes.

Le vote par le parlement français sur le FESF est prévu cette semaine (6, 7 et 8 septembre) et la sixième tranche d'aide à la Grèce doit être versée en septembre.

Le SaS est un parti récent. Créé en 2009, il est fortement influencé par les idées libérales, plaidant pour une réduction du rôle de l'Etat et de son endettement.


Lire la suite de l'article La Slovaquie veut prendre son temps pour voter sur le FESF
 

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2011 à 15:14 :
celà montre bien le manque de cohésion total en europe !! ceux sont les derniers rentrés qui font la loi !!! pourtant ils ont bien profiter des subventions avant d adherer !"celà merite un carton rouge !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :