Comment l'Allemagne a évité le chômage par le "Kurzarbeit"

 |   |  529  mots
Copyright Reuters
Le chômage partiel a été la clé de la résistance du marché de l'emploi outre-Rhin en 2009. Mais la recette n'est pas forcément exportable en France.

Une des clés du "miracle de l'emploi" allemand a été la bonne résistance du marché du travail pendant la très profonde crise de 2009 où le PIB avait chuté de 5,1 %. Cette résistance a été en grande partie expliquée par les mesures de chômage partiel ("Kurzarbeit") qui ont permis de réduire le temps de travail sans augmenter le chômage. Au même moment, la France s'est entêtée dans les subventions aux heures supplémentaires, favorisant les réductions d'effectifs. Résultat : avec une réduction du PIB deux fois moins forte, la France a connu une envolée du chômage.

En Allemagne, il est normalement possible pour une entreprise de prendre des mesures de chômage partiel pendant 6 mois pour des raisons conjoncturelles lors d'une "baisse temporaire, considérable et inévitable de l'activité causée par des raisons économiques". Dans ce cas, l'agence fédérale de l'emploi (BA) paie 60 % à 67 % des salaires. Les entreprises ne peuvent y avoir recours que lorsque les autres mesures de réductions du temps de travail ont été épuisées, notamment les comptes épargne temps et la suppression des heures supplémentaires. En juin 2009, le gouvernement fédéral a décidé de rallonger la durée possible du Kurzarbeit à 24 mois. En juillet, il annonçait que la BA prendrait en charge la totalité des charges sociales des salariés placés en chômage partiel. Ces mesures, qui ont été depuis supprimées, ont permis aux entreprises industrielles allemandes d'attendre la reprise de leurs carnets de commande. Lorsque le rebond de la demande est intervenu à l'automne 2009, les entreprises sont progressivement sorties de ces dispositifs et ont ainsi pu traverser la crise sans avoir recours à des licenciements massifs. Au plus haut, plus de 1,1 million de salariés ont bénéficié de ces mesures. Fin 2010, ils n'étaient plus que 200.000.

Trois facteurs déterminants

Le succès du Kurzarbeit s'explique cependant par trois facteurs déterminants qui laissent sceptiques quant à son exportation pure et simple dans l'Hexagone. D'abord, il y a eu une volonté véritable des chefs d'entreprise d'éviter les suppressions d'emplois. Compte tenu des évolutions démographiques outre-Rhin, beaucoup d'entreprises sont confrontées à des pénuries de candidats dans des métiers techniques et ont donc évité de réduire inconsidérément leurs effectifs. Autre condition : une reprise rapide. Alimentée par les exportations, celle de l'Allemagne a été fulgurante dès 2009. Le chômage partiel, même subventionné, coûte en effet fort cher et n'est guère tenable sur le long terme. Autrement dit, si la récession avait été plus longue, l'Allemagne n'aurait sans doute pas échappé à des licenciements massifs. Enfin, dernière condition, celle du financement. En 2009, le déficit de l'assurance-chômage a atteint 14 milliards d'euros. En 2010, la BA a encore accusé un déficit de 8 milliards d'euros. Et si Berlin a bien versé 5 milliards d'euros à l'agence, l'essentiel a été assuré par la BA elle-même qui a utilisé les réserves constituées lors des années 2006-2007 où, après les réformes Schröder, elle avait dégagé de forts excédents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2012 à 7:05 :
Renseignez vous, il existe en France depuis 2009 un système en tous points comparable: l'APLD (activité partielle de longue durée), utilisé massivement par beaucoup d'industriels et notamment dans l'automobile
Réponse de le 31/01/2013 à 19:48 :
C'est vrai,mais la portée de l'APLD est beaucoup moins importante que le kurzarbeit Allemand.
a écrit le 07/02/2012 à 17:27 :
Il n'existe pas de "smic " en Allemagne, donc pas de minimum, et le recours au temps partiel ... ne garanti aucune rémunération... pour l?anecdote il y avait même des enchères descendantes au niveau de rémunération !!!
(j'y ai travaillé 10 ans)
a écrit le 07/02/2012 à 17:21 :
Comment l'Allemagne a évité le chômage par le "Kurzarbeit"... "le temps partiel "!
Réponse de le 13/01/2015 à 19:09 :
Parties importantes : il faut que les patrons d'entreprise s'engagent à ne pas licencier et que le dialogue social fonctionne...
a écrit le 19/01/2012 à 8:53 :
"éviter le chômage par le "Kurzarbeit" revient à faire subventionner les branches en difficulté par les branches de l'économie qui n'ont pas ce problème. Cette méthode ne fonctionne que si le reste de l'économie a les reins solides. C'était le cas en Allemagne.
Ce qui me surprend c'est que personne n'a protesté contre ces subventions déguisées.
Que la France se méfie, à vouloir appliquer des méthodes parce-que elles ont fait leurs preuves en Allemagne elle risque fort l'échec. Les économies allemande et françaises ne sont pas toujours comparables.
Réponse de le 13/01/2015 à 19:05 :
Exact : il n'y a pas de modèle !
Mais aujourd'hui nos déficits filent, notre chômage ne s'arrête pas, la précarité augmente et les personnes non insérées créent des problèmes qui nous vont nous couter de + en + cher. Essayons le partage ...en France, entre états européens, entre nous et les pays en développement au lieu de faire le tt "low cost".
a écrit le 19/01/2012 à 7:46 :
Syndicat et patronat ont un même objectif, la flexibilité des PME permet un retour rapide de la croissance, l administration est plus fourmi que cigale; en effet le modèle n est pas exportable !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :