Sortir de la zone euro serait "bien plus facile" pour Chypre, selon un lobby bancaire

 |   |  266  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Institut de la finance internationale (IIF) juge que la meilleure solution pour Chypre serait encore une dévaluation de sa monnaie, mais pour que cela soit possible il faudrait que le pays sorte de la zone euro.

"C'est le premier cas où on peut voir une forme de sortie (de la zone euro, ndlr) comme une possibilité réelle", a déclaré le chef économiste de l'Institut de la finance internationale (IIF), Philip Suttle. Une éventualité qui serait même "bien plus facile" pour un petit pays comme Chypre selon lui. La solution consistant à taxer lourdement les dépôts bancaires supérieurs à 100.000 euros et à faire disparaître la Laïka ne fait pas l'unanimité. Si bien, que ce lobby en prône une autre : la sortie de la zone euro.

Sortir de l'euro pour dévaluer la monnaie

"Chypre est en train de pâtir de tous les coûts liés (...) à l'euro, sans avoir aucun des bénéfices", a estimé Philip Suttle jeudi, citant la dépréciation des dépôts bancaires et la "dépression" économique qui s'annonce dans le pays. Il considère que la dévaluation de la monnaie de Chypre est inévitable, or en gardant l'euro c'est impossible.

Une sortie de l'euro préférée d'autant plus que l'IIF - qui représente les intérêts de plus de 470 établissements financiers à travers le monde - est inquiet des conséquences du plan de sauvetage chypriote sur les autres banques européennes en difficulté. "Il est quasi certain que cela va augmenter les coûts de financement (...) des banques faibles ou perçues comme faibles", en particulier en Espagne, au Portugal ou en Italie, a indiqué Philip Suttle. "Cela aggrave d'une certaine manière les défis qui attendent ces pays", a-t-il ajouté.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2013 à 11:39 :
Qui à décidé que de la parité de l'euro lors de sa création ? Encore une bande de technocrates. Croyez-vous franchement qu'un euro = 6,55957 Francs correspond à l'état réel de l'économie Française ?? Idem pour les autres Pays. Lors de la création, 1 mark = 3,55 francs et l'Allemagne a toujours disposé de la monnaie la plus forte.
Ainsi la logique aurait voulu que l'euro corresponde à 1 mark soit 3,55 : 6,55957 = 0,55 ?
Les économies des 17 n'étant pas du tout au même niveau, nous sommes coincés car aucune dévaluation n'est possible ce qui est imbécile. l'Allemagne paye pour les autres. A sa place j'aurais quitté l'euro depuis longtemps ce qui aurait obligé les autres à reprendre, comme elle, leurs monnaies initiales.. Ou comment avons-nous perdu des années pour rien....???!!!
Réponse de le 30/03/2013 à 15:03 :
Vous oubliez trois choses. D'une part, le Mark à 3.55 Francs n'était pas la vraie parité car depuis Bérégovoy, nous avons décidé - ce qui était suicidaire - de figer la parité Franc-Mark. A la limite, c'est devenu un détail à côté du reste. D'autre part, le vrai souci est que l'Allemagne, dont l'économie est performante, a toujours la même parité avec le Portugal, l'Espagne, l'Italie, la Grèce ou même Chypre : est-ce normal que la puissante Allemagne ait la même monnaie que des pays en faillite ? Facile dans ces conditions d'être performant, quand votre monnaie est sous-évaluée de 30 à 70% selon les cas ! Voila pourquoi ils ne veulent pas sortir de l'Euro, les dirigeants allemands : leur économie en bénéficie trop, de cet Euro, pour qu'ils le sacrifient. Enfin, n'oubliez pas que la Bundesbank a 600 milliards de créances sur le reste de la zone Euro, et si l'Allemagne quitte l'Euro, la valeur de ces créances plongerait, mettant de facto la Bundesbank en faillite, et tout le système bancaire allemand, déjà très fragile.
Réponse de le 30/03/2013 à 15:51 :
Mais je suis complètement d'accord avec vous. L'Allemagne, dont l'économie est performante, a toujours la même parité avec le Portugal, l'Espagne, l'Italie, la Grèce ou même Chypre. Il n'est pas normal que l'Allemagne ait la même monnaie que les pays que vous citez (vous oubliez la France)... Si l'Allemagne quittait l'euro, elle retrouverait le mark qui aurait une parité très forte vis à vis des autres monnaies nationales qui seraient contraintes de dévaluer, à due concurrence de leur mauvaise gestion, ce qui ne gênerait pas l'Allemagne puisque 'l'écart" serait préservé mais à une autre échelle La créance de 600 milliards devra être renégociée et étalée dans le temps. Ne serait-ce pas le seul moyen de repartir sur des bases saines, à charge par les Pays mal gérés d'arrêter leurs âneries une bonne fois..! Que proposez- vous d'autre pour sortir de ce merdier ? Il n'est pas possible de continuer ainsi...! L'euro interdit toute dévaluation ce qui nous condamne, compte tenu de la différence entre les économies des différents pays concernés.
a écrit le 30/03/2013 à 9:44 :
Il serait salutaire que le TABOU DE LA SORTIE DE L'EURO soit levé, et que donc Chypre se lance dans l'expérience ! On verra alors grandeur nature les conséquences concrètes de ce que proposent nos nationalistes et partisans de la fermeture, de gauche et de droite. .. Quant à moi, je souhaite bon courage aux chypriotes...
a écrit le 29/03/2013 à 22:44 :
Remplacer dans le titre le mot "Chypre" par "tous les pays de l'Europe du Sud, qui se sacrifient aux retraités allemands, qui ne leur sont même pas reconnaissants".
a écrit le 29/03/2013 à 17:31 :
Traité de l?Union Européenne

Article 50
Tout état membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles de se retirer de l?Union.
L?état membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil Européen. A la lumière, des orientations du conseil européen, l?Union négocie et conclut avec cet état un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l?Union. Cet accord est négocié conformément à l?article 188 N, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l?Union européenne. Il est conclu au nom de l?Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/10-raisons-sortie-de-l-union-europeenne
Réponse de le 29/03/2013 à 22:12 :
ouais, sur le papier ça parait pourtant presque simple de sortir de l'euro...alors pourquoi tous ces oligarques freinent des 4 fers de peur qu'un membre veuille se casser de cette cata? hein ? il doit y avoir d'excellentes raisons...non?
a écrit le 29/03/2013 à 15:30 :
on a du mal a voir le rapport entre l'euro et des banques mal gérées en faillite ...et en quoi une sortie de l'euro les aiderait-elle ?
Réponse de le 29/03/2013 à 22:46 :
Vous ne voyez pas le rapport ? Aïe aïe aïe... Et bien, le rapport est que s'ils sortent de l'Euro, leur banque centrale pourra imprimer ses billets et alimenter ses banques en liquidités. Bref, ils pourraient dévaluer au lieu de se plier aux diktats des Allemands qui ne cherchent qu'à conserver une monnaie sous-évaluée.
Réponse de le 30/03/2013 à 8:20 :
donc, les Allemands sont des profiteurs! c'est la guerre des finances, eux, s'en sortent tant bien que mal en évinçant les autres qui capotent! chouette !!!
Réponse de le 30/03/2013 à 10:27 :
Les Allemands ne sont pas des profiteurs. L'industrie allemande, en revanche, bénéficie avec l'Euro d'une monnaie sous-évaluée. Vous rendez-vous bien compte que la forte économie allemande, qui progresse, a la même monnaie que l'économie portugaise, qui s'écroule, que l'économie espagnole, qui s'effondre, que l'économie grecque, qui se meurt, que l'économie italienne, qui ploie ? C'est du délire. L'Allemagne joue les vertueuses alors qu'elle bénéficie d'une monnaie très sous-évaluée. Dans un monde normal, la monnaie allemande aurait du s'apprécier de 50% face aux monnaies du Sud, si ce n'est de plus !
a écrit le 29/03/2013 à 14:51 :
Une fois de plus je préconise l'institution d'un Euro à 2 * vitesses :
# L'AURO ( bon comme l'Aurum/Or ) pour les pays AAA (ou presque !) ;
Allemagne, Finlande, Pays-Bas, Autriche, Belgique, ..auxquels
pourraient s'associer la Suède, le Danemark, la Grande-Bretagne et
...pourquoi pas des pays non-EU, comme la Norvège et la Suisse ?!
# le bEUrRO ( qui compte pour du...Beurre ! ) pour les autres
fainéants méditerranéens : France, Italie, Grèce, Espagne, Chypre,..
l'association des PIIGS étendue en quelque sorte !
Le premier groupe bénéficierait des avantages d'intérèts faibles et
d'avantages de change avec les autres monnaies internationales;
Dollar, Remimbi, Yen, Roupie, Rouble, ..
Le second groupe serait plus restreint dans ses libertés d'emprunt
et obligé à des restrictions dans ses politiques budgétaires pour
pouvoir intégrer le groupe de tête.
Réponse de le 29/03/2013 à 16:01 :
Et pourquoi ne pas plutôt revenir aux monnaies nationales, correspondant aux économies respectives ? Comme tous les pays du monde en somme.
a écrit le 29/03/2013 à 13:43 :
Mais Chypre ne sera pas le dernier domino à tomber. Après Chypre, la chute des dominos va continuer.

Après la chute du cinquième domino (Chypre), nous allons assister à la chute du sixième domino (la Slovénie) :
PIB de la Slovénie : 35,719 milliards d'euros.

Créances irrécouvrables des banques slovènes : 7 milliards d'euros, soit 20 % du PIB de la Slovénie.

Parmi les anciens pays communistes, la Slovénie, ex-élève modèle de l'Union européenne et de la zone euro qu'elle a intégrée en 2007, est tombée en récession en 2012 et devrait y rester en 2013. Son système bancaire est confronté à une montagne de créances pourries (7 milliards d'euros, selon un rapport du FMI).
Réponse de le 29/03/2013 à 15:00 :
Tout à fait. Les dominos suivants seront le Portugal, l'Espagne, l'Italie et la France...! mais vous trouverez encore des amateurs pour rester en europe et dans l'euro....??!! Désespérant...! Il serait intéressant de savoir quelles sont les VRAIS créances irrécouvrables des banques des Pays que je cite...!?
Réponse de le 29/03/2013 à 16:49 :
Les pays d'europe ne veut aucun transfert d'argent entre les pays en crise et les pays non en crise. Les (certains) pays d'Europe du Nord ne veulent pas relancer leur croissance car ils veulent de l'excedent budgétaire même avec 0.2% de croissance. Certains pays d'europe du nord enfin refuse le quantitative easing de la BCE. c'est simple on appuie sur tous les freins avec les 2 pieds et oh horreur malheur on s'etonne que ça freine.
rien à voir avec l'EURO. ooooooouh le grand méchant loup !
l'EURO est un instrument MONETAIRE. Un INSTRUMENT utilisé par des hommes et surtout par des hommes politiques bien incapables soit dit en pensant.
Alors oui je vous le concède l'EURO avec une obsession de l'inflation en pleine recession ça ne marche pas ! Mais je vais vous annoncer une grande nouvelle : la même politique monétaire, la même politique économique, la même politique budgétaire ave avec le franc la roupie ou le yuan c'est le même résultat !!!
@BA vous avez raison le domino continue et petit à petit fait tomber les plus petits (slovénies) puis les un peu moins faibles (qui parle de la belgique et de ses 120% de dette certains "observateurs" commencent à avoir peur) et si le jeu continue ce sera le tour des gros : France en premier et Allemagne ensuite mécaniquement.
Réponse de le 29/03/2013 à 16:56 :
Les chiffres sont alarmistes pour la seule raison : raisonner par le PIB. C'est une notion archaïque. Il faut intégrer d'autres indicateurs, comme l'indice de développement humain, les potentialités du pays à rebondir ou à exceller dans certains secteurs, et bien d'autres. Rien que le fait de mettre en place un système de mutualisation des risques financiers (gros coussin de sécurité pour intervenir en cas d'un gros choc) va aider à résoudre une partie du problème. Pour les créances irrécouvrables, c'est un phénomène amplifié. En effet, au lieu passer à perte la dette d'un particulier (notamment), il faut penser qu'il est toujours vivant et qu'il va retrouver un emploi (formation/reconversion), continuer à consommer, il a peut être un patrimoine, etc. La restructuration de sa dette avec l'allongement de la durée combiné avec une révision du taux peut aider à résoudre une autre partie du problème. Si on continue à raisonner que par les chiffres, agrégats, situation actuelle, court terme, on va jamais s'en sortir et les crises vont durer encore plus longtemps..........
a écrit le 29/03/2013 à 13:11 :
100 milliards de déficit budgétaire en 2012 + les trous de toutes les caisses + 1850 milliards de dette mais, rassurez-vous, le président et son premier ministre ont déclaré qu'ils savaient où ils allaient...! ne serait-ce pas dans le mur ? Non, ils ont une boîte à outils...!!! Peut-être un tournevis rouillé ? Hallucinant...!
Réponse de le 30/03/2013 à 1:51 :
Juste, une question : qui nous a gouverné depuis 10 ans et a laissé un pays hyper-endetté, sous-compétitif et a fait une réforme des retraites qui ne servait à rien.
Sans compter les retraites complémentaires dans un état déplorable ?
J'ai l'impression que certaines personnes ont la mémoire trés trés courte...
Réponse de le 30/03/2013 à 9:32 :
La mémoire courte..! Fin 1980, la dette de la France s'élevait à 60 milliards (équivalent euro) contre 1850 milliards à ce jour. Qui a été élu en 1981 ? Qui qui a ruiné la France en 2 ans ? Mitterrand le fourbe... bien sûr..! Les suivants ont continué puisqu'ils sont tous "socialobolchéviques". La France n'est pas prête de s'en sortir monsieur..!
a écrit le 29/03/2013 à 13:10 :
Sortir de l'Euro part le haut en utilisant la monétique, au lieu de papier monnaie, serait une promotion pour Chypre et un exemple, pour d'autres, pour instiller de la souplesse dans ce monolhite!
a écrit le 29/03/2013 à 12:48 :
L'institut de la finance internationale est un syndicat de banquiers, ceux-la mêmes qui nous ont mis dans la panade à coup de bonus, produits dérivés, subprimes.....et j'en passe. Alors, quand on annonce qu'un casino va fermer ses portes, le syndicat des banquiers prône haut et fort son mécontentement.....pathétique.
a écrit le 29/03/2013 à 11:06 :
Les dettes des banques européennes dépassent les 18 billions (18 000 000 000 000) d?euros, dont les deux tiers concernent les banques d?Europe du Sud menacées. En comparaison: la fortune totale nette allemande s?élève seulement à 8,7 billions. Elle est donc inférieure aux dettes accumulées par ces banques suite à des spéculations irresponsables.
Pour comparaison la dette des US c'est environ 16 billions.
Voila les chiffres qu'on nous cache avec écran le mariage pour tous.
Réponse de le 29/03/2013 à 12:42 :
En parfait accord avec vous, mais les peuples pensent que tout va s'arranger par l'opération du Saint-Esprit. Nous sommes cernés par la connerie...! Rendez-vous pour le crash final...!
a écrit le 29/03/2013 à 10:49 :
Reprenons: lobby bancaire. Quel est son intérêt objectif: maintenir le système des paradis fiscaux et sécuriser les réseaux de blanchiment comme Chypre. Ce sont les intérêts de leur meilleurs clients fortunés. Ils faut rassurer le client que cela n'arrvera pas sur d'autres paradis fiscaux, sinon leur client va chez la concurrence états-unienne. Si chypre sort, effectivement, ils garantirons un futur pays sous-développé et ruiné par la dette (donc encore plus à leur merci pour rendre légales toutes sortes de pratiques jugées doutenses à ce jour selon l'UE), mais un pays sûr d'un point de vue bancaire. Pour ce type d'article (j'appelle cela publipostage).
a écrit le 29/03/2013 à 10:47 :
A ceux qui accusent l'Europe de tout les maux : pensez vous réellement que la France se porterais mieux en sortant de l'UE, au vu de l'équipe qui nous gouverne?
Est ce l'UE qui nous plombe le budget avec une part de fonction publique de plus en plus lourde? Est ce l'UE qui décourage nos PME ?
De la même manière on pourrais parler de toute un tas de choses qui nous empêche de se relever de la "crise", qui ne sont pas du tout liés à l'UE (assistanat, immobilisme, syndicats, etc...).
Donc sans forcément dire que l'UE est notre avenir, je pense qu'il faudrait déjà regarder ce qui ne va pas au niveau national avant d'aller plus loin...
Réponse de le 29/03/2013 à 11:19 :
Relisez les traités et vous aurez les réponses à toutes vos questions. Et la conclusion sera que l'UE est la source de nos problèmes et qu'il faut en sortir le plus rapidement possible.
Réponse de le 29/03/2013 à 11:23 :
+10000000000000000 !
Réponse de le 29/03/2013 à 11:36 :
Une grosse majorité de la législation applicable en France est la transposition de directives européennes, liant (avec leur consentement) les mains des politiques. En sortir, c'est pouvoir prendre les mesures adéquates (me souffle Sheïla) sans avoir à se soucier si elles contreviennent au droit européen. C'est une première étape. Et pour répondre à la question initiale, je pense que chaque pays se porteraient mieux en dehors de ce carcan frankensteino-politique qui n'est que compromis bancals ne convenant au final parfaitement à personne.
Réponse de le 29/03/2013 à 13:44 :
Traités ou pas, le courage est absent de notre classe politique, et c'est ça qui nous empêche d'avancer. Comme je disais même si demain nous sortions de l'Europe nous continuerions de décliner sous le poids de notre dette (quid de l'effet d'une dévaluation sur celle ci?), de l'assistanat et de l'immobilisme politique.
Réponse de le 29/03/2013 à 16:56 :
@:) vous avez tout à fait raison. La plupart des journaliste et des gens ici ne connaissant même pas comment les institutions européennes fonctionnent. Crient au scandale sur la commission mais ne savent même pas que la commission n'a AUCUN moyen de décider.
Chers anti européens primaire détendez vous car l'Europe que vous haissez n'existe pas. L'Europe fédérale n'existe pas. Les décisions politiques prises au niveau européen sont des accords négociés et votés par VOS gouvernements NATIONAUX. PAr vos ministres. C'est à eux qu'il faut adresser vos complaintes. Tant et si bien que certains pays un peu plus malins et un peu plus emmerdeurs ont compris cela et bloque TOUTES décisions ou s'éxonèrent de TOUTES mesures qui les gênent cf le Royaume Uni. Le Royaume Uni est dans l'Union Européenne mais le royaume uni n'est pas dans schengen, le royaume uni n'est pas l'union monétaire, le royaume uni refuse de voter la PAC qui profite tant aux Français qui crient misère aupres de l'Europe.
elle est la méchante europe qui impose ses choix à notre pays ? L'Europe n'impose que ce que nos gouvernements choisissent de faire à savoir une politique économique arriérée , votée au conseil des ministres.
a écrit le 29/03/2013 à 9:45 :
Il faut saluer l'amateurisme de nos technocrates ... qui n'ont pas pris en compte qu'un pays puisse sortir de la zone euro !!!!!!!!!!!!
Réponse de le 29/03/2013 à 9:50 :
c'est pris en compte, ils savent très bien que tout pays qui sortira de cette usine à gaz sortira vainqueur, voilà la raison pour laquelle ils se battent avec leurs plans de sauvetage.
Réponse de le 29/03/2013 à 10:49 :
+1000
Réponse de le 29/03/2013 à 11:21 :
Pour sortir de l'euro il faut sortir de l'UE (article 50). Nous n'avons pas plus d'intérêt à rester dans l'euro que dans l'ue. Donc ciao Bruxelles et Francfort, c'est la seule alternative possible.
a écrit le 29/03/2013 à 9:42 :
Il ne faut pas non plus ignorer le revers de la médaille ... en remboursant les dettes contractées en euro ! qu'en est il ????
Réponse de le 29/03/2013 à 10:01 :
La sortie de l'euro sera forcément suivie d'un défaut de paiement. C'est pas grave, c'est une île, ils peuvent vivre de la pêche.
a écrit le 29/03/2013 à 9:41 :
Sortir de l'euro et dévaluer ferait payer les épargnants avec moins de 100 000 euros beaucoup plus que la taxe initialement prévu. Ils oublient aussi que la Chypre recevra 10 milliards d'aide de l'UE, donc dire qu'ils ne tirent aucun bénéfice de l'euro est faux.
Réponse de le 29/03/2013 à 11:24 :
"Chypre recevra 10 milliards d'aide de l'UE" Ce n'est pas un don mais un prêt avec de gros intérêts pour nos banksters. Ce qui faisait la force de chypre ce n'est pas l'euro mais son statut de paradis fiscal. A part notre oligarchie, personne ne tire intérêt de l'euro.
Réponse de le 29/03/2013 à 13:17 :
D'autant plus que nous ne reverrons jamais les 10 milliards et les autres déjà versés et évaporés...!
a écrit le 29/03/2013 à 9:38 :
C'est l'évidence même! Tous ceux qui sortiront de ce bourbier qu'est l'euro et sa bande d'eurocrates non-élus se porteront vite beaucoup mieux (après le choc initial, le prix de la sortie).
Réponse de le 29/03/2013 à 11:14 :
Les responsables des dettes souveraines ne sont pas les Eurocrates non-elus mais bien les politiciens nationaux elus, reelus et cumulards .
Réponse de le 29/03/2013 à 11:53 :
Dans toute l'histoire du monde (en europe, aux usa, au canada...) l'explosion de la dette a démarré au moment de la privatisation de la création monétaire. Nos élus ne sont que des marionettes complices de nos banksters. Nos banksters se gavent avec la dette des états et augmentent leur pouvoir vis à vis des nations (asservissement des nations et des peuples). Sortons de l'ue, retrouvons notre pourvoir REGALIEN de battre la monnaie et avec la règle d'or inscrite dans la constitution (qui limite les déficits), vous verrez qu'il ne faudra pas longtemps pour que nous retrouvions un équilibre prospère de nos économies.
a écrit le 29/03/2013 à 9:37 :
La caisse de l?État est vide, c'est pourquoi il a besoin 17 milliards d'aide (10m + 7m). Si il sorte de la Zone Euro et dévalue sa nouvelle monnaie, la dette augmente avec sa nouvelle monnaie car la dette est toujours en Euro qui père lourd. (Le niveau de vie en Chypre est trop élevé par rapport la moyenne de la zone Euro en terme nominal).
Réponse de le 29/03/2013 à 11:29 :
Juste une chose: quand une zone monétaire se dissout, les créances sont dues en "nouvelle monnaie" (jurisprudence internationale avais-je lu). Donc si la zone euro venait à se dissoudre et que chaque pays reprenait sa monnaie, la dette française serait convertie en franc, l'italienne en lire etc... Donc pas de hausse de la dette. Le cas chypriote est certes différent, j'en conviens, mais je précisais cela au passage. De plus, n'étant pas à un défaut près (restructurations grecques et irlandaises en témoignent), rien n'empêche Chypre d'annoncer à ses créanciers qu'ils rembourseront leur dette en nouvelle monnaie, les créanciers prenant leurs pertes.
Réponse de le 29/03/2013 à 14:04 :
Non, pas du tout vous avez la banque central européenne qui calculera votre perte et gain lors vous quitter le zone Euro. Votre banque nationale est un sous banque de BCE. Le perte et gain de cette banque BCE par rapport d'autre monnaie est partagé entre les membres.
Réponse de le 29/03/2013 à 15:32 :
Les banques nationales ne sont pas des "sous-banques" de la BCE mais les actionnaires de la BCE. En ce qui concerne la dette, 80% de notre dette est de droit francais. Nous rembourserons donc 80% de notre dette en franc (1euro = 1franc). De plus, la sortie de l'ue nous permettrait de retrouver notre souveraineté monétaire et donc d'arrêter d'emprunter notre propre argent aux marchés financiers avec des intérêts élevés. Ce qui nous permettra d'allèger significativement la charge de la dette (actuellement 50 milliards d'euros d'intérêts/an).
a écrit le 29/03/2013 à 9:04 :
ouais! pour nous aussi, ça nous ferait le plus grand bien
Réponse de le 29/03/2013 à 9:26 :
oui il faut que nos politiques aient le courage d'appliquer l'article 50 du Traité de l'Union Européenne. l'europe et l'euro n'est pas fait pour durer
a écrit le 29/03/2013 à 9:01 :
pas d'illusion, dévaluer la monnaie c'est faire payer aux chypriotes la spéculation du milieu financier, l'article le résume fort bien en ne parlant que de l?intérêt des banques.
si vous donnez carte blanche au système bancaire , il n?hésitera pas une seconde a ramener le pays au bord du gouffre si tel est son intérêt économique.
a écrit le 29/03/2013 à 8:43 :
Sortir de cet euro est l'unique solution pour rester indépendant et cette europe nous tire de plus en plus vers la misère , en sortir serait un réel sauvetage et ceux qu s'imaginent que c'est impossible se trompent lourdement , nos politiques les premiers !!! De toute façon , l'europe ne restera pas unie , les prémices sont déjà en route pour sa fin , et penser l'inverse est totalement utopique !!!
Réponse de le 29/03/2013 à 9:31 :
l'europe c'est plus de 2 000 ans de conquête, de tentative d'unification et de guerre. Elle n'a jamais été uni et ne le sera jamais car l'histoire le prouve, c'est un éternel recommencement. Plus tôt on sortira de là moins la gravité sera importante.
Réponse de le 29/03/2013 à 10:52 :
EU= dégradation, misérabilisme, non avenir , désespoir des peuples...chapeau l'EU !!
a écrit le 29/03/2013 à 8:41 :
Il est INTERDIT de sortir de cette dictature alors les analyses et autres conseils à deux balles ça va aller !
Réponse de le 29/03/2013 à 9:33 :
non ce n'est pas interdit, bien au contraire il n'y a pas plus légal. C'est la seule et unique option démocratique que nous offre l'Europe. Traité de l'Union Européenne Article 50
1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de
l'Union.
a écrit le 29/03/2013 à 8:08 :
Les banques: c'est bien connu, elles ne vous veulent que du bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :