Au Royaume-Uni, recenser la population devient trop cher

 |   |  384  mots
Le recensement répond aujourd'hui à une volonté de prévision économique
Le recensement répond aujourd'hui à une volonté de prévision économique
Le recensement a coûté 480 millions de livres au Royaume-Uni en 2011. Les politiciens estiment ce coût trop élevé et travaillent sur de nouvelles méthodes moins coûteuses.

En 2011, comme prévu chaque décennie, les 27 pays de l'Union européenne ont dû recenser leurs populations. Au Royaume-Uni, 35 000 personnes ont été employées et 480 millions de livres ont été dépensées pour l'occasion. Dans son édition de lundi, le Financial Times rapportait que les politiciens jugent ce montant trop élevé et souhaitent trouver des solutions alternatives. Le recensement existe depuis 1801 au Royaume-Uni et cette pratique répond aujourd'hui surtout à une volonté de prévision économique.

 La question est de savoir quelle forme pourrait avoir le recensement britannique

En 2010 déjà, le ministre Francis Maude annonçait sa volonté d'abolir cette procédure. Aujourd'hui, le débat n'est plus de savoir si recensement sera maintenu ou non, mais plutôt de savoir quelle forme il pourrait lui donner. En effet, l'Office national des statistiques va demander à des statisticiens, démographes et historiens s'ils préfèrent le remplacer par une enquête sur Internet ou par une compilation des données trouvées dans les sources administratives.

Les chercheurs sont divisés sur la meilleure méthode à choisir

Ces nouvelles méthodes laissent cependant la plupart des gens sceptiques. « Peu de sources administratives recueillent la même richesse d'information », a déclaré Sir Ian Diamond président de l'Université d'Aberdeen, et les chercheurs sont divisés sur la meilleure méthode à choisir parmi les deux proposées. Les données administratives ne couvrent pas forcément toutes les informations nécessaires et une enquête sur Internet pourrait ne pas se révéler suffisamment complète.

La France effectue depuis 2004 un recensement « tournant »

Au niveau européen, plusieurs méthodes sont mises en application. Ainsi, en 2011 chaque pays a pu appliquer la méthode de son choix, du moment qu'il suivait des thèmes communs préétablis (sexe, âge, lieu de naissance, etc.). La France, elle, effectue depuis 2004 un recensement « tournant » : une enquête exhaustive est menée tous les cinq ans dans les communes de moins de 10.000 habitants et chaque année sur un échantillon d'environ 8 % de la population des communes de plus de 10.000 habitants. En 2013, les habitants de 46 communes françaises ont pu remplir le questionnaire de recensement sur internet et cette expérimentation s'étendra à plusieurs centaines de communes en 2014, pour, probablement, être généralisée en 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2013 à 12:03 :
Je ne suis pas sûr que la France ne fasse pas de même sans le dire. Car pour ma part, le dernier recensement auquel j'ai participé mes enfants n'étaient pas nés et maintenant ils sont jeunes adultes installés, non recensés non plus. Et je n'habite pas dans une caravane ni dans un trou paumé ou une banlieue "chaude".
Réponse de le 06/01/2014 à 6:06 :
Idem, je n'ai jamais été recensé de ma vie et j'ai 32 ans, où tout du moins depuis mes 18 ans ou encore depuis 10 ans que j'habite une commune de plus de 10k habitants... bon ok, il faut 12 ans exactement pour recenser 100 % de ma commune, donc on verra d'ici 2 ans si je suis enfin recensé ! Le suivi en temps réel devrait être bien plus efficace et internet une bonne solution, çà permettrais d'avoir des stats en temps réel ou au moins une fois par an plutôt que tous les 10 ans.
a écrit le 03/09/2013 à 9:14 :
Toujours le coté lamentable de l'optique libérale où tout doit être rentable à court terme. donc cela coute trop cher de faire le recensement même si à long terme cela devient rentable. Voilà où nous méne le dogme de privilégier l'intérêt individuel à l'intérêt collectif.pourtant les libéraux si admiratifs du modèle chinois devraient remarquer qu'il met en avant une volonté collective.
a écrit le 03/09/2013 à 4:27 :
Souvenez-vous au Canada, à l'été 2010, le directeur de l'Institut Statistique National, Munir Sheikh, démissionnait avec fracas, déclarant que l?abolition du questionnaire obligatoire de recensement rendra invisibles les besoins sociaux là où ils sont, ne permettra plus de mettre en place des politiques sociales adaptées (logement, éducation, transports publiques ?) et que ce sont les catégories les moins favorisées qui en sont la cible et en supporteront les plus dures conséquences. Quant au règlement européen sur le recensement, qui s'imposera à toute l'UE, c'est de la précision de ses rubrique que dépendra désormais la visibilité des inégalités sociales là où elles sont en Europe.
http://multinational.leforum.eu/p2335.htm
a écrit le 02/09/2013 à 20:28 :
Virez James...James Bond et refilez-lui une Fiat Panda. Il sera plus discret , donc , plus efficace. Fini aussi , le Bollinger. Il sera autorisé à boire du Pastis 51.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :