La BCE a une nouvelle idée pour réduire le "credit crunch"

La Banque centrale européenne (BCE) voudrait rendre plus coûteuse en capital la détention de bons d'Etat risqués pour diriger les fonds d'investissement vers les entreprises.

3 mn

La BCE affûte son artillerie contre la déflation.
La BCE affûte son artillerie contre la déflation. (Crédits : reuters.com)

La BCE, on le sait, réfléchit intensément aux moyens d'inciter les banques de la zone euro à prêter aux entreprises. Une nouvelle arme vient de s'ajouter à ce que Mario Draghi a appelé son « artillerie » contre la déflation et l'assèchement du crédit.

Réclamer des couvertures pour les obligations d'Etat

Dans l'édition de ce jeudi du Financial Times, en effet, le chef économiste de la BCE, membre du directoire de l'institution, le Belge Peter Praet, indique envisager de réclamer aux banques de la zone euro une couverture en capitaux des obligations souveraines qu'elles détiennent. Cette méthode pourrait être appliquée dès le début de l'année prochaine dans le cadre de la « revue de la qualité des actifs » (Asset Quality Review ) que la BCE va mener auprès de 130 banques systémiques européennes dans le cadre de sa nouvelle tâche de supervision.

Durcir les règles pour prêter plus ?

Concrètement, ceci durcira évidemment les besoins en capitaux des banques, mais la BCE voit un coup plus loin : son but est que les établissements financiers utilisent désormais l'argent emprunté à taux très bas auprès d'elle non pas pour acheter des obligations souveraines, mais pour prêter aux entreprises.

Si les bons d'Etat sont jugés dans le bilan des banques à leur « juste risque », alors il peut être moins coûteux en couverture aux banques de prêter à certaines entreprises privées. Ceci pourrait, dans la logique de la BCE, rétablir une partie de la transmission à l'économie de sa politique monétaire. Or, cette absence de transmission est le problème principal de la BCE.  

Une arme de plus…

La mesure, qui viendrait s'ajouter à nombres d'autres instruments qui encombrent ce que Mario Draghi a appelé la « panoplie » de la BCE, avec notamment des taux de dépôt négatif, un taux de refinancement nul ou un nouveau programme de liquidité à long terme (LTRO), n'est cependant pas sans risque. Car si l'OMT, le programme de rachat illimité d'obligations d'Etat de la BCE, a rétabli le calme sur le marché des taux de la zone euro, on n'est plus dans la confusion des taux qui régnait avant 2008.

… qui n'est pas sans risque

Dissuader les banques d'acheter les obligations les plus risquées de la zone euro pourrait donc augmenter le coût de la dette pour les pays qui tentent de revenir sur le marché comme l'Irlande ou le Portugal, et surtout pour les pays qui dépendent beaucoup des achats du secteur financier et qui sont plus risqués que les pays AAA comme la France ou l'Italie. Le risque, c'est que plutôt que de prêter aux entreprises, les banques se jettent vers ce qui reste de bons AAA et fasse grossir l'écart (le « spread ») avec le reste de la zone euro. Un pays comme la France en souffrirait beaucoup.

Quoi qu'il en soit, la BCE engage sa nouvelle cape de superviseur bancaire avec, en tête, ses objectifs de politique monétaire. Ce n'est pas ce qu'elle avait promis, jurant jadis qu'elle établirait une muraille infranchissable entre ces deux tâches. Mais nécessité fait loi…

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 15/12/2013 à 10:33
Signaler
Et où l'on voit que les "règles prudentielles" hier considéraient les obligations d'état comme un actif sans risque et pouvant servir de garantie, de qui a permis à des pays comme la France de profiter d'argent gratuit en veux-tu en voilà... Et o...

à écrit le 12/12/2013 à 18:52
Signaler
Le statu quo serait une façon de se suicider, mais la solution proposée de la BCE semble également une autre manière de se suicider. La question se pose s'il n'y a plus que des solutions conduisant au suicide généralisé de l'eurozone. A moins de chan...

à écrit le 12/12/2013 à 14:44
Signaler
Ce coup là, démontre nettement le jeu du chat et de la souris que jouent, conjointement Etats Européens et BCE et il ajoute sans vergogne les putrides arcanes toujours réinventées pour faire semblant. C'est bien "foutu" pour les démocrates béats ; to...

à écrit le 12/12/2013 à 12:18
Signaler
En effet. Les armes de la guerre économique ne sont pas tous encore inventés.

à écrit le 12/12/2013 à 11:45
Signaler
On croit rêver devant tant d'incompétence et de bêtise. L'Europe dépense notre argent sans compter pour soutenir la Grèce, le Portugal et autres puits sans fonds (tout sera perdu et rien remboursé, hormis les intérêts) et de l'autre côté, elle essaie...

le 12/12/2013 à 14:55
Signaler
Couac, rassurez-vous : les banques allemandes contiennent tellement d' "actifs" devenus subito toxiques que le crédit arboricole est une aimable plaisanterie en comparaison. La preuve : ce n'est pas pour rien que les Allemands bloquent une éventuelle...

le 12/12/2013 à 17:08
Signaler
exact... et ce n'est pas non plus pour rien que... in fine..... la l'Europe a cotisé... et accordé ce qu'elle a accordé à l'irlande.... ainsi que insisté auprès de l'espagne pour qu'elle se torde à moitié le cou....... les banques allemandes étai...

à écrit le 12/12/2013 à 11:42
Signaler
donc encore augmenter les charges pour les entreprises rentable

à écrit le 12/12/2013 à 11:34
Signaler
il y a plus simple : permettre aux états d'emprunter directement à la BCE jusqu'aux plafonds de deficit et de dette permis par l'UE. redistribuer les intérêts aux états au prorata de leur population. avec ça : - fini la tonte automatique des cont...

le 12/12/2013 à 12:16
Signaler
Redis.. Je n'ose même pas l'écrire tant ce mot est un juron. De même que soci... Là, vous allez trop loin. Je vais devoir signaler votre commentaire aux modérateurs... ;-)

le 12/12/2013 à 14:42
Signaler
@middleclass : C'est illégal !

le 12/12/2013 à 14:51
Signaler
mid-le-clach, je ne pouvais vous laisser dans une telle ignorance. Sachez que la mode actuelle est la privatisation des profits et la socialisation des pertes. Mettez-vous donc à la page...

à écrit le 12/12/2013 à 11:16
Signaler
La crise obligataire se met en place..... Et là, la crise de 2008 va passer pour un pourboire par rapport a celle-ci..... Il va ya avoir des larmes et du sang...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.