La Grèce a dégagé son premier excédent primaire en dix ans

Hors service de la dette, l'excédent primaire affiché par Athènes correspond à 0,8% du PIB. Une évolution sensible qui pourrait servir d’argument pour alléger la dette du pays.
L'UE doit publier vendredi son estimation de ratio dette/PIB en Grèce. Reuters

1,5 milliard d'euros en 2013. C'est le montant de l'excédent brut primaire dégagé par la Grèce l'an dernier, le premier depuis 2003. Cette somme ne comprend pas le service de la dette. 

"Les efforts considérables réalisés par la Grèce depuis 2010"

Elle réjouit Bruxelles. Simon O' Connor, porte-parole de la commission chargée des dossiers économiques a ainsi commenté lors d'une conférence de presse ce mardi: 

"Cela prouve les efforts considérables réalisés par la Grèce depuis 2010 pour redresser ses finances publiques."

Un argument pour alléger la dette

Cet excédent, qui correspond à 0,8% du PIB, servira sans doute d'argument lors des négociations éventuelles pour un allègement de la dette. La "Troïka" qui rassemble les principaux créanciers du pays (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire européens), doit discuter de la question avec le gouvernement grec dans la "deuxième moitié de l'année", a affirmé le porte-parole de la Commission. Athènes espère qu'elles démarreront un peu plus tôt.

En attendant, Bruxelles doit présenter vendredi ses nouvelles estimations sur l'endettement du pays. Sa dette représentait le niveau record de 175% du PIB en 2013. Son niveau actuel est cependant jugé "soutenable", a indiqué le porte-parole. Bruxelles "table sur une baisse constante du ratio dette publique/PIB d'ici le début de la prochaine décennie", a-t-il ajouté. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 23/04/2014 à 20:08
Signaler
Ça s'appelle mourir avec un excellent bilan sanguin ...

à écrit le 23/04/2014 à 18:42
Signaler
C'est une plaisanterie j'espère, pas une information

le 23/04/2014 à 23:10
Signaler
Qu'y a-t-il de si drôle ? Dites-nous tout.

le 24/04/2014 à 17:56
Signaler
Curiosité "175% du PIB en 2013" calculez combien d'années il faudra à la Grèce pour revenir au 60% tolérable en zone euro sachant que le Pib à diminué de 25% depuis 2009.Désolé mais moi je sais plus faire à ce niveau là.

le 25/04/2014 à 9:03
Signaler
Curiosité On peut compiler avec la dette du budget qui est de 14,7% (3%),que j'avais oublié.

le 25/04/2014 à 15:32
Signaler
@Kirk : Le fait que la Grèce ait un ratio dette/PIB insupportable est effectivement une réalité, et cela fera probablement l'objet d'une nouvelle restructuration d'ici les mois ou années à venir. Pour autant, balayer d'un revers de main tous les effo...

le 27/04/2014 à 9:07
Signaler
Curiosité Vous avez parfaitement raison,on ne peut que se féliciter des résultats positifs ,ce que je veux mettre en avant,c'est la très grande difficulté qu'aura la Grèce pour rester en zone euro compte tenu de son potentiel économique réel.Soustrai...

à écrit le 23/04/2014 à 17:15
Signaler
Dés que l'on parle de sortir de l'Euro et de l'Europe on est censuré..... merci.....

le 23/04/2014 à 20:09
Signaler
En fait, le mot magique est "censure" : dès que vous l'utilisez, la modération ne filtre plus ...

à écrit le 23/04/2014 à 16:56
Signaler
Il ne faut pas oublier que la Grèce est rentrée dans l'Euro en mentant sur l'état de ses comptes, il ne faudrait pas se faire rouler une deuxième fois de la même manière...

le 23/04/2014 à 23:01
Signaler
C'est dingue le nombre de personnes qui répètent encore et toujours les mêmes contre-vérités, plusieurs années après, malgré tous les articles et les documentaires à ce sujet. La Grèce n'a pas menti (même si lors des premiers mois de la crise, il éta...

à écrit le 23/04/2014 à 16:40
Signaler
Parler d'excédent primaire avec des recettes exceptionnelles( privatisations, impôts exceptionnels, spoliations), faut pas délirer non plus. Quelqu'un qui paye des taxes et des impôts alors qu'il n'a plus de boulot, ça ne peut pas durer bien longtemp...

le 23/04/2014 à 18:59
Signaler
@xavier-marc: on a en effet injecté des fonds en Grèce pour que les banques se désengagent. C'est un peu ce qui se passe avec l'augmentation des réserves bancaires. L'argent versé par la BCE sert à assurer un coussin aux banques au lieu de servir à r...

à écrit le 23/04/2014 à 16:17
Signaler
Le cynisme n'a pas son pareil chez les technocrates bruxellois, la Grèce est au fond du trou (chômage de masse de près de 30%, près d'un Grec sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté, augmentation du nombre de suicides, espérance de vie en chute ...

à écrit le 23/04/2014 à 16:07
Signaler
Malgré l’excèdent primaire, Eurostat indique que le ratio Dettes Publiques sur PIB est passé pour la Grèce de 157,2% à la fin 2012 à 175,1% à la fin 2013, soit une hausse de 11,38% sur un an. A-t-on fait un calcul de la restructuration de la dette g...

à écrit le 23/04/2014 à 16:03
Signaler
La dévastation va venir en France ne nous y trompons pas, avec un dollar déprécié façe a l'Euro de 30 % on va commencer a le comprendre. Il faut sortir de cette Europe et de l'Euro point barre.......

le 23/04/2014 à 17:02
Signaler
L'Euro n'est que le thermomètre de notre nullité: on le trouve fort parce qu'il matérialise la baisse de pouvoir d'achat qui résulte inévitablement de la consommation financée par de la dette: si tout ce qu'on paye comme service de la dette était ret...

à écrit le 23/04/2014 à 15:47
Signaler
C'est beau de voir la prospérité, la richesse, la joie des peuples grâce à l'EU et à l'€...

à écrit le 23/04/2014 à 15:10
Signaler
la Grèce est un pays complètement dévasté économiquement par l'euro fort et ses mesures austères;

le 23/04/2014 à 18:10
Signaler
La merveilleuse " succes story " de Mr Samaras...

à écrit le 23/04/2014 à 15:08
Signaler
une étude américaine a prouvé que la moitiés des suicides en Grèce sont liés à l'austérité.

à écrit le 23/04/2014 à 14:59
Signaler
Bonne nouvelle pour les fonds d'investissement spéculatifs qui détiennent la dette grecque, ils vont bientôt de nouveau pouvoir s'employer à rendre la Grèce non solvable. En effet, la "crise" n'en est pas une puisque pour eux tout se passe comme pré...

le 23/04/2014 à 15:30
Signaler
le pire est que certains ont acheté de la dette grecque....... sur le marché gris, probablement à la moitié de sa valeur faciale...... et que même si on leur demande un effort de 30% sur les montant initiaux, ils seront encore gagnant..... sachant qu...

à écrit le 23/04/2014 à 14:31
Signaler
Comme ils n'ont pas les moyens d'acheter quoi que ce soit d' importé, il suffit de vendre un sachet d'olive pour être en excédent!

à écrit le 23/04/2014 à 14:06
Signaler
Quel bonheur pour tant de désastre!!!!!C est sur en europe il n y a plus de guerre mais la guerre économique est toujours la!!!!! la solution sera de revenir qu on le veuille ou non aux traditions qui on fait notre histoire

à écrit le 23/04/2014 à 13:58
Signaler
Avec 26% de chomage, plus de 50 % chez les jeunes, salaires mini a 450 E..etc..il faut saluer la politique d'austerite apliquee par la troika et surtout l'"union" europeiste pour ces chiffres excelents avant les elections europennes.

le 23/04/2014 à 17:35
Signaler
on revient à la vérité des prix et des salaires, le niveau de vie d'un pays c'est sa productivité , le niveau de vie grec n'était qu illusion,

le 23/04/2014 à 20:10
Signaler
Tout va très bien pour la ploutocratie grecque qui s'est encore plus enrichie...

le 23/04/2014 à 23:05
Signaler
J'ose espérer que vous tiendrez le même discours si la France doit un jour connaitre le même destin. Je suppose que vous ne verriez pas d'objection à ce que votre salaire soit réduit de 25 à 50% et qu'on vous jette à la figure, en guise de justificat...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.