"Le niveau de l'euro représente une inquiétude sérieuse pour la BCE" (M.Draghi)

 |   |  198  mots
Si Mario Draghi s'est montré alarmé lors de sa conférence de presse, il n'a toutefois pas voulu donner de seuil à parti duquel la BCE pourrait agir.
Si Mario Draghi s'est montré alarmé lors de sa conférence de presse, il n'a toutefois pas voulu donner de seuil à parti duquel la BCE pourrait agir. (Crédits : Reuters)
Alors que la monnaie unique s'est établi jeudi à son plus haut niveau depuis octobre 2011, à 1,3993 dollar, le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a estimé que le renforcement de l'euro représentait "une inquiétude sérieuse" pour son institution.

"Nous avons eu une discussion sérieuse sur le taux de change de l'euro (lors de la réunion mensuelle de l'institution NDLR), c'est très important pour la stabilité des prix et pour la croissance. Dans une période où l'inflation est basse de manière prolongée, le renforcement de l'euro est une inquiétude sérieuse"

 Si Mario Draghi s'est montré alarmé lors de sa conférence de presse, il n'a toutefois pas voulu donner de seuil à parti duquel la BCE pourrait agir.

A l'Est, les risques géopolitiques pèsent sur la zone euro

Plus tôt, il avait promis de "surveiller de près" les répercussions du niveau de l'euro ainsi que de la situation en Ukraine, autre source d'inquiétude pour l'institution monétaire de Francfort. "Les risques géopolitiques, ainsi que les développements sur les marchés financiers et les émergents peuvent avoir des retombées négatives sur les économies" de la zone euro, a-t-il ajouté, citant le risque d'une escalade des sanctions dans la crise ukrainienne.

Jeudi, l'institution monétaire de Francfort a par ailleurs laissé son principal taux directeur inchangé à 0,25%, son niveau le plus bas historique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2014 à 11:22 :
C'est sûr que pour les élites de l'Europe le niveau de l'euro est un problème... Soit il diminue et nos élites perdent beaucoup de leur pouvoir d'achat; Soit il reste ou il augmente et le nombre de travail va diminuer et le chômage augmenter. Ce qui fera moins d'acheteur et moins de marchandise vendu donc nos élites y perdront aussi...
a écrit le 08/05/2014 à 23:36 :
Une "inquiétude sérieuse" veut simplement dire que toute amélioration n'est plus de son ressort!
a écrit le 08/05/2014 à 19:40 :
Il ne fait rien contre l'euro fort qui tue l économie française. On retourne au franc et le problème est résolu.
Réponse de le 08/05/2014 à 20:25 :
@Ulrich: parce qu'en retournant au franc, cela va nous donner, comme par magie, des gens compétents pour diriger le pays ? Le problème c'est le système et les dirigeants, pas le nom de la monnaie :-)
Réponse de le 09/05/2014 à 0:36 :
@Patrickb

Qui dit retour au Franc signifie maîtrise de notre balance commerciale par le retour des frontières dans l'hexagone et cette idée donne des boutons aux européomondialistes qui profitent bien de la crise...
Réponse de le 09/05/2014 à 1:28 :
Le retour au franc c'est se livrer comme un agneau aux attaques des spéculateurs de moyennes importance.
Les années 90 furent marquées par les attaques incessantes de George Soros.
La souveraineté de la balance commerciale passe par l'innovation industrielle, la compétitivité liée aux coûts de main d'œuvre, et moins par une dévaluation qui ne s'attaque pas au problème de fond, n'en déplaise aux partisans du retour sur soi.
Réponse de le 09/05/2014 à 8:45 :
retour au franc ? , ben commencez a épargnez au moins 30% pour faire vos courses et votre essence , préparez vous a voir votre train de vie baisser considérablement , en plus les voisins en euro vous nous massacrer au niveau salaires et export .. alors là on sera bien au fond du trou avec une dette colossale qui sera plus a 3% d'interets mais a 6 /8% ?? avec un effort a faire de 100 milliards d'euro par an , par ici les taxes et impôts et on dressera les français contre leurs voisins voir contre eux meme ? tout cela pour un bout de papier ?.. ridicule
Réponse de le 09/05/2014 à 8:52 :
@Caféine

On dirait un copier-coller du discours du patron du MEDEF... où le terme compétitivité rime avec "esclavage" par l'alignement par le bas. Déménagez votre entreprise au Bangladesh si la main d'oeuvre française vous pèse mais n'essayez pas de nous faire croire que la productivité française est plus faible.
Réponse de le 09/05/2014 à 9:10 :
balzac Posez vous la question du pourquoi de l'endettement des pays,après vous y verrait plus clair.La monnaie ce n'est rien d'autre qu'un instrument politique rien d'autre.
Réponse de le 09/05/2014 à 10:06 :
retour au franc = dévaluation pour renforcer notre compétitivité; jusque là tout va bien; ensuite: hausse des prix des produits importés (ils sont nombreux) et là ça se gâte: réveille de l'inflation, hausse des taux d'intérêts et alors là petits épargnants sur fonds en euros de contrats d'assurance-vie, tous aux abris: le marché obligataire d'effondre et vous perdez une bonne part de votre épargne (pendant ce temps, l'état se frotte les mains, sa dette ayant diminué d'autant!!!
Réponse de le 09/05/2014 à 10:42 :
@cafeine

Le manque de compétitivité des entreprises françaises n’est pas uniquement un problème de cout du travail. C’est même un élément mineur. Quel est la part de la main d’œuvre sur la fabrication d’un produit manufacturé ?
Certes, on pourrait faire des efforts et certains ont déjà été fait : réforme de la taxe professionnelle (la nouvelle taxe ne représente que 30% de l’ancienne), exonération de charges pour les entreprises (en particulier grâce aux 35h), flexibilité avec l’annualisation du temps de travail (encore les 35h).
Il faut cesser de faire cet amalgame : manque de compétitive lié au cout du travail. Il y a d’autres explications
Comparer des moyennes européennes avec le cout du travail en France ne veut rien dire, surtout lorsqu’on compare les salaires des pays de l’Est avec ceux de l’Ouest, des pays dont le cout de la vie est différent du nôtre. Sommes-nous prêt d’accepter le salaire de ces pays et de diviser nos salaires par 5 à 10 suivant les cas. En Allemagne, le cout du travail dans l’industrie est même légèrement supérieur au nôtre. Par contre, leur cout du travail dans les services est inférieur au notre. Il est vrai que délocaliser certains services est moins simple.
Et il est reconnu que la France a un des meilleurs taux de productivité.
Et les allemands ne travaillent pas plus que nous. Lorsqu’on est passé aux 35h, le temps de travail chez VW était de 32h. Depuis ils sont revenus aux 35h.
Pourquoi Toyota est-il installé en France et exporte aux USA. Pourquoi Mercedes a installé son usine Smart en Lorraine, quelques dizaines de km plus à l’Est et ils restaient en Allemagne.
L’explication de notre manque de compétitivité est ailleurs. Il y a de multiples causes : positionnement pas assez haut de gamme, manque d’investissement (on préfère les dividendes), absence de consensus dans les négociations sur l’organisation du travail et le partage des bénéfices. Et là le patronat est aussi voir plus irresponsable que les salariés. Après on s‘étonne que tout passe par l’état. Lorsque les différentes parties sont incapables de se mettre d’accord, il ne reste que l’état pour trancher. Et là tout le monde est mécontent. On se plaint de l’omni présence de l’état et on les taxe d’incompétence.
En vérité, nous sommes tous responsable de notre situation économique. On refuse toute réforme. On refuse l’impôt et on réclame que l’état investisse et dépense pour améliorer notre confort. Combien d’entreprise ne vivent que par la dépense publique. C’est beaucoup plus facile d’accuser le voisin et les élus.
Réponse de le 10/05/2014 à 11:56 :
On ne refuse pas l’impôt... Par contre on refuse qu'en le payant on touche moins que si on ne travaillaient pas ! Vous trouvez normal qu'une personne qui se fait ch... a se lever le matin aille travailler et rentre le soir chez lui crever soit taxé est obligé de s'acheter une voiture et de l'entretenir; alors que si il restais chez lui il aurait droit a des aides n'aurait plus de loyer a payer aurait droit aux banques alimentaire ne parait plus d’impôts, aurait droit a la prime de noël... Et ce juste pour que les patrons comme Pierre Gattaz puissent s'octroyer des augmentation ! C'est quoi ce monde de merde qui se fout des travailleurs !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :