Le plan de bataille de Jean-Claude Juncker pour l'Europe

 |   |  519  mots
Jean-Claude Juncker, qui a obtenu ce matin la confiance du Parlement à 420 voix contre 250, a présenté sa feuille de route pour les cinq années de son mandat à suivre. | REUTERS
Jean-Claude Juncker, qui a obtenu ce matin la confiance du Parlement à 420 voix contre 250, a présenté sa feuille de route pour les cinq années de son mandat à suivre. | REUTERS (Crédits : reuters.com)
La nomination de Jean-Claude Juncker comme nouveau président de la Commission a été confirmée. Son plan d'action, ancré sur l'emploi, la croissance, la justice et le changement démocratique, se décline en dix points.

La désignation par le Conseil européen de Jean-Claude Juncker comme futur président de la Commission a été vivement commentée et contestée. Mais cela n'a pas empêché le Parlement européen de la confirmer aujourd'hui. Devant les députés, le successeur de José-Manuel Barroso a présenté un plan d'action pour l'Europe particulièrement ambitieux. 

300 milliards d'euros d'investissements

La mobilisation de 300 milliards d'euros d'investissement apparaît comme la proposition phare et prioritaire de Jean-Claude Juncker. Ce projet d'envergure permettrait de donner un nouveau souffle à la croissance et à la compétitivité européenne.

Les 300 milliards d'euros proviendraient d'investissements déjà planifiés au sein du programme budgétaire pluriannuel de l'UE (2014-2020) et de fonds de la Banque européenne d'investissements inutilisés et serviraient la politique de relance souhaité par la commission à la Juncker, axée sur "l'Emploi, la Croissance, l'Equité et le Changement démocratique". 

Dix domaines d'action

A travers l'achèvement de dix grandes lignes, Juncker s'engage dans la voie d'une revitalisation de l'Europe.

  • La croissance, l'emploi et le développement : Le projet de Juncker vise à "renforcer la compétitivité de l'Europe" et à "stimuler l'investissement pour créer des emplois". 
  • Instaurer un marché unique du numérique : la création de ce marché unique permettrait de générer jusqu'à 250 milliards de croissance supplémentaire en Europe au cours des cinq années de mandat de la Commission Européenne.
  • Une "nouvelle Union européenne de l'énergie" à travers, notamment, la diversification des sources d'énergie et la réduction de "la dépendance énergétique de certains Etats-membres vis-à-vis des autres pays".
  • L'achèvement du marché intérieur avec le renforcement de sa base industrielle: Juncker préconise ainsi l'accroissement  du poids de l'industrie dans le PIB européen en le faisant passer de 16 à 20% d'ici 2020.
  • Un approfondissement de l'UEM: Cet approfondissement se ferait sur la base de propositions à la fois legislatives et non-legislatives. Juncker envisage en outre le remplacement de la "troika" (la Commission, la BCE et le FMI) par une structure plus légitime démocratiquement.
  • Un rééquilibrage de l'accord de libre-échange avec les États-Unis. Il est néanmoins précisé que ceci ne se fera pas au sacrifice des critères européens en matière de santé, de protection sociale et de protection des données.
  • La promotion d'un espace de justice et de droits fondamentaux.
  • Une nouvelle politique migratoire: Juncker prône la création d'une politique commune d'asile et la désignation d'un commissaire à la migration pour une meilleure prise en charge de ce domaine au niveau supranational.
  • Une vraie voix pour l'Europe à l'échelle internationale. La crise ukrainienne a démontré une nouvelle fois le "déficit d'union" de l'UE en matière de politique extérieure. La désignation d'une forte personnalité politique au poste de Haut Représentant contribuerait à y remédier. Juncker éloigne par ailleurs tout projet d'élargissement futur.
  • Vers un changement démocratique à travers une transparence plus accrue au niveau des trois grandes institutions, que sont la Commission, le Conseil européen et le Parlement.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2014 à 11:38 :
le marché unique du numérique ? alors je reve .. depuis 20 ans déjà .. les sociétés américaines doivent rire , en fait je crains que tout cela soit que de la fiction pure et dur , un vaste programme qui va rencontrer beaucoup de résistance en europe et avec nos partenaires internationaux qui veulent pas que cela change en leur défaveur et il faut les comprendre aussi .. promouvoir des nuls et des rentiers cela les enerve a juste titre
a écrit le 16/07/2014 à 17:26 :
La commission propose. Le conseil dispose.
M. Juncker et sa nouvelle équipe peuvent vouloir la lune. Si Mme Merkel - en particulier car la plus influente aujourd'hui en Europe - dit Nein rien de tout ceci ne se passera.
Les institutions européennes doivent devenir plus démocratique et refléter le choix des citoyens européens. La majorité des citoyens en Europe à voter pour le parti populaire M. Juncker serait légitime à appliquer ce programme. Mais il sera de tout façon contraint par les représentants des gouvernements nationaux. In fine ce sont les nations qui décident
a écrit le 16/07/2014 à 12:36 :
Si vraiment il tient ce qu'il propose, nous irons vraiment vers une amélioration du fonctionnement de l'Europe. Bloquer de nouveaux entrants pendant 5 ans permettra de se recentrer sur les nécessaires réformes...
a écrit le 16/07/2014 à 9:55 :
Des promesse s'est bien, des actes s'est mieux.... Nous autre français nous avons plus que l'habitude..... Nous somme comme saint Thomas on ne crois que ce l'on voie....
a écrit le 15/07/2014 à 17:56 :
Et allez, encore et toujours les mêmes recettes moisies et rances concoctées par des cuistots ringards et has-been pour satisfaire la prébende de quelques banquiers que ce Mr Junker connait très bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :