Crise grecque : la course contre le temps de la zone euro

 |   |  1995  mots
La question centrale posée par la crise présente est de savoir comment passer d'une union basée sur les règles budgétaires à une autre où des politiques substantielles, dans le domaine de l'énergie, social, fiscal.
La question centrale posée par la crise présente est de savoir comment passer d'une union basée sur les règles budgétaires à une autre où des politiques substantielles, dans le domaine de l'énergie, social, fiscal. (Crédits : reuters.com)
Le cas grec est emblématique de l’étau qui est en train de se resserrer sur l’Union européenne. A présent, le risque auquel est exposé l’euro est moins aujourd’hui celui d’une contagion financière de la crise grecque que d’une contagion politique, avec la libération d’une parole nationaliste et anti-européenne tant au Sud qu’au Nord.

Lundi, la « to do list » du gouvernement Tsipras a fait quelques allers-retours entre capitales européennes. Et « à 23h15, elle était dans ma boîte mail », a dit mardi le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem devant le parlement européen. Juste à temps. A présent, le gouvernement Tsipras a quatre mois pour « affiner » ses réformes et administrer la preuve qu'il ne veut pas faire retomber son pays dans l'ornière d'une économie clientéliste teintée de socialisme où l'ont mise ses prédécesseurs (avec l'accord tacite des autres gouvernements de la zone euro). Pendant ce temps, les économistes de la Commission et du FMI feront tourner leurs calculettes pour réviser les objectifs de déficit budgétaire en touchant, ou pas, à l'objectif de soutenabilité de la dette fixé depuis 2010 à 120% en 2020 (contre 188% aujourd'hui).

« Les 4 mois à venir nous permettront d'achever le programme et de faire une analyse dette/revenus », a expliqué Jeroen Dijsselbloem. Si tout se passe bien, on décidera en juin de continuer à soutenir la Grèce avec un programme de précaution permettant à Athènes de retourner sur les marchés pour« rouler » sa dette. D'ici là, la caution de la BCE stoppera la fuite des capitaux et le retour de la confiance arrêtera l'hémorragie fiscale qui prive Athènes d'un milliard de revenus par mois depuis l'arrivée du gouvernement Tsipras au pouvoir. Pour l'instant, l'objectif de maintenir l'intégrité de la zone euro a réussi à recoller les morceaux de l'Eurogroupe. « Nous ne nous préparons pas à une sortie de la Grèce de la zone euro, mais nous préparons une reprise économique de la zone euro », a dit le ministre néerlandais.

Le gouvernement Tsipras survivra-t-il à l'examen parlementaire de ces engagements que la fermeté des 18 autres gouvernements de la zone euro et de la BCE l'ont obligé à prendre ? Ce nouvel arrangement suffira-t-il à stopper la dérive populiste de la Grèce ou bien une crise politique à Athènes se dressera-t-elle sur ce chemin ? Il est trop tôt pour le dire. Mais une chose est certaine : vue sa situation économique et la poussée des mouvements anti-européens au Nord comme au Sud, la zone euro est lancée dans une course contre la montre et ce nouvel arrangement avec Athènes montre une fois de plus les limites du modèle de gouvernance de la zone euro.

Depuis le début de la crise des dettes souveraines, en 2010, les Européens « progressent » de contretemps en contretemps, révisant à posteriori les règles qu'ils assuraient tout faire pour respecter. En 2010, en pleine spéculation sur une explosion de la zone euro, les dirigeants européens ont mis des semaines à tordre le cou à la règle du « no bail-out » qui interdisait de financer le déficit grec. Ils ont finalement mis sur pied une théorie de l'ultima ratio, pour complaire au Tribunal constitutionnel allemand. Moyennant quoi les dominos irlandais et portugais ont fini par tomber et la zone euro par plonger dans une double récession dont on ne sait pas quand elle sortira malgré les prévisions optimistes de la Commission.


Une exception systémique pour Athènes

Alors qu'Olli Rehn, le commissaire aux affaires économiques et monétaires de l'époque, assurait en 2010 qu'avec ce premier programme, la Grèce revenait sur le chemin de la solvabilité, de l'autre côté de l'Atlantique, le FMI, appelé à la rescousse, faisait le constat inverse. La probabilité d'un défaut grec aurait dû lui interdire de s'exposer au risque grec. Tant et si bien que, bousculé par les protestations des pays émergents, il amenda ses propres règles et créa une « exception systémique » taillée sur mesure pour prêter à Athènes... Sans cette entorse, il aurait dû demander la restructuration de la dette grecque... dont les Européens ne voulaient pas moins par principe qu'à cause de l'exposition de leurs propres banques.

Les démarches entreprises en ce sens par l'ancien directeur général du FMI Jacques de Larosière auprès du président de la BCE Jean-Claude Trichet restèrent vaines. Moyennant quoi, ladite restructuration intervint deux ans plus tard sous la forme du « PSI ». En juillet 2012, quand il s'était agit de la négocier, la situation du secteur bancaire était tellement détériorée que Paris suggéra de procéder plutôt par rachat de dette financée par le Fonds européen de stabilité. Ce que Berlin refusa par hostilité au principe de monétisation de la dette publique... laquelle finit par intervenir à l'automne d'abord sous une forme altérée, l'OMT (opérations monétaires sur titres), puis d'une façon tout à fait ouverte avec le quantitative easing annoncé début 2014.


Un programme plus compromis que jamais

Et pendant que la politique d'assainissement budgétaire à marche forcée coordonnée depuis Bruxelles entraînait la zone euro dans la récession, qu'elle était jugée « contreproductive » par le FMI, la Commission Barroso planchait fin 2013, dans le plus grand secret, sur un plan comparable au plan Juncker mais qui aurait combiné, sur le modèle anglais du « Funding for Lending Scheme ». Mario Draghi finit par reculer devant ce qui ressemblait encore trop à un assouplissement monétaire... et Barroso, en fin de mandat, jeta l'éponge. A présent nous avons un plan Juncker sans un euro d'argent frais qui va servir à relâcher un peu la pression budgétaire sur les Etats, ce que le président de la Banque européenne d'investissement Werner Hoyer déplore déjà, mais qui, de l'avis de la plupart des économistes, ne sera pas suffisant pour relancer l'économie européenne... couplé à un quantitative easing.

L'arrangement qui sera probablement scellé avec Athènes sous la forme d'un troisième programme pour les années à venir s'articulera toujours sur l'objectif de retour à la soutenabilité... pourtant plus compromis que jamais. Les hypothèses retenues jusqu'à présent par la Commission européenne sont pour le moins optimistes : croissance et excédent primaire supérieurs à 4% à partir de 2016. Dans ces conditions très favorables, le stock de dettes redescendrait autour de 100% en... 2026. Or ces hypothèses ont peu de chance d'être vérifiées. En juin dernier, les économistes Zvolt Darvas et Pia Hüttl ont montré que si le taux de croissance était inférieur de 1% aux prévisions (ce qui est probable), l'excédent primaire également 1% en-deçà de l'ajustement demandé par la troïka (ce qui est en train d'être négocié), s'il faut financer une nouvelle recapitalisation bancaire (les 10 milliards disponibles pour cela seront reversés dans les caisses européennes en vertu de l'accord trouvé la semaine dernière), alors la dette grecque diminuerait à 150% du PIB en 2021... avant de recommencer à augmenter. Bref, tant qu'elle sera dans la zone euro, la Grèce placera le reste de l'Europe devant l'alternative entre une mutualisation des dettes ou un éclatement de la zone.

Le pouvoir de Bruxelles en question

Sur la défensive, celle-ci ne fonctionne plus depuis 2010 que comme une machine à négocier des exceptions aux règles sensées garantir la confiance (ou empêcher la défiance) entre ses membres, et non comme un moteur destiné à entraîner la courroie de transmission de la croissance. En dépit de l'agenda défini par la Commission Juncker, les instruments d'une coordination des politiques européennes sont extrêmement faibles et son plan de relance dérisoire.

Le reste du monde observe, sidéré, la zone euro se débattre avec des règles dont la directrice du FMI Christine Lagarde remarquait poliment l'an dernier qu'elles étaient « trop complexes ». « Byzantines » conviendrait aussi bien. Le monde entier s'inquiète de ne pas voir avancer ce bloc de 19 économies richissimes vers une union politique et constate que le pouvoir bruxellois s'avère à la fois suffisamment intrusif pour nourrir les réactions nationalistes et pas suffisamment pour imposer les réformes. Début février, l'OCDE s'inquiétait de leur ralentissement ... tout en appelant à relâcher la pression budgétaire. Obliger la France et l'Italie à s'en tenir à la trajectoire fixée par la Commission « déprimerait probablement plus encore l'activité et risquerait même de plonger la zone euro dans une nouvelle récession », expliquait déjà l'organisation en novembre. L'annonce cette semaine d'un nouveau délai accordé au gouvernement français pour repasser sous les 3% de déficit (en 2018 au lieu de 2015) montre que les dirigeants européens ne sont pas sourds à ces critiques. Ce calendrier sonne, en soi, comme l'aveu de la peur de la menace frontiste qui pèse sur l'élection présidentielle de 2017.

Vers une union fiscale ?

La question centrale posée par la crise présente est de savoir comment passer d'une union basée sur les règles budgétaires à une autre où des politiques substantielles, dans le domaine de l'énergie, social, fiscal. Le fait que les gouvernements de la zone euro aient toléré de la part des gouvernements grecs centristes qui se sont succédés depuis l'entrée du pays dans l'union monétaire la totale indigence de l'administration fiscale hellène devrait faire réfléchir aux besoins de repenser les formes de coopération et même d'intrusion nécessaires à la consolidation de l'union monétaire. On peut se poser la même question au sujet du passage aux 35 heures en France au moment où l'Allemagne, avec laquelle elle était sur le point de partager la monnaie, s'engageait sur une route différente avec l'agenda 2010 du chancelier Schröder.

Vu de l'extérieur, la réponse simple aux périls actuels consistera à créer une vraie union fiscale, avec un budget européen et une mutualisation partielle des dettes publiques. Mais avec le temps, ce grand bond semble de plus en plus improbable. Inscrit en filigrane des travaux menées depuis 2012 par les « quatre présidents » (Commission, BCE, Conseil européen et Eurogroupe), son examen approfondi est repoussé de conseil en sommet européen.

Une union politique pour sauver l'Europe ?

Le cas grec est emblématique de l'étau qui est en train de se resserrer sur l'Union européenne. A présent, le risque auquel est exposé l'euro est moins aujourd'hui celui d'une contagion financière de la crise grecque que d'une contagion politique, avec la libération d'une parole nationaliste et anti-européenne tant au Sud qu'au Nord. La faute à qui ? Pas à la Grèce, en dépit de la gêne que peut inspirer le nationalisme qui s'y manifeste de plus en plus ouvertement. Pas plus à Berlin, qui a voulu s'en tenir aux règles budgétaires et même les renforcer. De quel autre moyen disposait-on pour tenter d'imposer des réformes ? C'est aux architectes de la zone euro dans leur ensemble : Allemagne, France, Bénélux, Italie, qu'il faut s'en prendre, qui se sont refusés à doter la zone euro des attributs d'une union politique.

Or l'espace politique des partis centristes sensés le promouvoir est rogné par de nouveaux mouvements qui se définissent par leur opposition à « Bruxelles » (Podemos en Espagne, Alternative für Deutschland et die Linke en Allemagne, UKIP au Royaume-Uni, le Parti des Finlandais, Cinq Etoiles en Italie, le Front National en France, Parti pour la liberté aux Pays-Bas), plus la perspective de faire franchir une marche à l'intégration s'éloigne, tant cela comporte de risques pour les partis de gouvernement.

L'avenir n'est jamais écrit à l'avance. Mais des trois scénarios qui se dessinent : l'enlisement dans la récession entraînant le rejet de l'intégration européenne par les peuples, le choc d'une décision politique de sortie de l'Union européenne ou de la zone euro par un des Etats membres suite à des élections, dont les conséquences restent difficiles à apprécier, et celui, enfin, d'une sortie par le haut avec la formation d'une véritable union politique, le troisième n'est pas le plus probable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2015 à 10:11 :
...........Vu de l'extérieur, la réponse simple aux périls actuels consistera à créer une vraie union fiscale, avec un budget européen et une mutualisation partielle des dettes publiques.
Qui peut croire en un tel scénario ? Il me semble improbable que les Europeens du Nord accepteront de partager leurs recettes fiscales et leur dettes avec ceux du Sud.
C est deja le cas entre les Länder en Allemagne et cela genère deja suffisament de frictions!
a écrit le 05/03/2015 à 8:35 :
l'europe est victime de son propre nationalisme égoïste , l'Allemagne a toujours dit non aux euro bond qui serait une mince solution a la dette européenne , d'un autre coté elle pratique le dumping social et veut rester dans le statut quo actuel qui favorise la montée des périls , on joue un jeu dangereux ou la seule alternative reste les extrêmes et les aventuristes et dans de nombreux pays après avoir essayé tous les autres possibilités , le réveil sera brutal et le péril encore plus grand du coté de la russie helàs .
Réponse de le 06/03/2015 à 10:29 :
Il n y a pas que l Allemagne qui contre la mutualisation des dettes. En fait tous les etats de l Europe du Nord le sont. Inutile d expliquer les raisons quand on voit que certains états de la zone -la France en particulier - dépensent 30 % (Oui trente !!) de plus que les rentrées.
Une mutualisation sans harmonisation des systèmes n´est pas pensable.
Réponse de le 06/03/2015 à 11:52 :
Le plus gros danger provient des états qui se refusent de se réformer afin d equilibrer leurs budgets. Tout le monde le sait mais personne n est capable de prendre les mesures necessaires !! C est ca le vrai danger qui va exploser l Europe. Le soit disant dumping social n est qu une ( mausaise) excuse. En tout cas il a n en a pas plus en Allemagne que dans les autres pays.
Le sabotage provient en fait essentiellement par ceux qui depuis 13 ans ignorent des clauses de Masstricht !
a écrit le 03/03/2015 à 19:15 :
Et la vraie question reste "que se passerait il si tous les états de l'Europe décidait annuler leur dette et de repartir à zéro?" Les spéculateurs qui nous ruine en prêtant juste pour garder le monopole sur les états y perdrait, mais comme ils ont toujours pleins d'argents et que nos intérets leurs rapports tellement, ils nous prêteront toujours le jours où un état le voudra... Finalement sortir de la crise impose la destruction de toute l'Europe et sa reconstruction juste après, on pourrait d'ailleurs penser à faire une Europe qui permette le libre échange entre les pays, l'ouverture des frontières entre ces pays... En gros tous ce qu'on nous avait promis mais qui ne nous a jamais profité à nous citoyens Européens.
a écrit le 03/03/2015 à 8:54 :
C'est effrayant comme article. Le parti pris pro fédéraliste me rappelle l'urss de Lenine puis Brejnev. Je me battrai jusqu'au bout pour que cette dictaturene survie ne jamais.
a écrit le 03/03/2015 à 0:22 :
Peut-on produire une analyse plus tendancieuse ?
Peut-être, mais pas facile !
a écrit le 02/03/2015 à 23:09 :
Sauf que dirigeants de plus en plus, ces partis montrent comme le FN en France que ce n'est pas la panacée et que c'est souvent pire. Donc le temps ne travaille pas forcément pour eux.
a écrit le 02/03/2015 à 22:38 :
La France socialo-étatiste scandaleuse, moralement corrompue, n'est pas un partenaire fiable. Elle causera l'explosion du système européen car elle trahit le nord et le sud. Cette veulerie socialiste franchouillarde écœure tout le monde. A la fin, cette France minable sera laminée entre le capital financier et technique du nord et le coût de production du sud. Il ne lui restera qu'à ramper pour attirer des touristes fortunés et à leur sourire...
Réponse de le 03/03/2015 à 19:17 :
Oh oh réveillez vous, c'est déjà le monde actuel.
a écrit le 02/03/2015 à 17:27 :
L’incurie européenne dans toute sa splendeur. La zone voit la richesse par habitant se réduire depuis plusieurs ânées, mais pas l’Europe dans l’ensemble. C’est une zone de chômage et un boulet pour la croissance mondiale. Les américains ont fait un qe, ils ont 6% de chômage. On nous dit qu’il faut un qe… mais alors que la crise date de 2008 et que la croissance est nulle à négative depuis, les américains font plus de 2 points, mais les européens briment les ménages dans la consommation au pib à 55% seulement avec l’économie administrative au pib à 25%, cela donne une croissance inférieure aux autres pays et donc un pib par habitant inférieur à la zone euro. La zone c’est donc l’incurie. On oublie les réformes structurelles… par exemple en France les fonctionnaires ne pourvoient les emplois non pourvus. En Allemagne le chômage est à moins de 5… en quoi les autres pays seraient-ils des modèles mondiaux alors qu’ils rivalisent de chômage, qu’ils n’ont pas rétabli la production alors que les allemands l’ont fait ? A quoi ça sert des institutions qui ne font rien ?
Réponse de le 02/03/2015 à 23:07 :
Ce n'est pas la faute de l'Union européenne malgré des défauts de jeunesse mais des Etats nations. Ce sont les votes par intérêts de court terme qui ont conduit à cette situation. Pas l'inverse.
a écrit le 02/03/2015 à 17:01 :
focalisons !!en FRANCE guere mieux
a écrit le 02/03/2015 à 16:53 :
Pourquoi ne pas laisser la BCE prêter aux grecs a 0.1 %
Déjà si il rembourse le capital ce sera un miracle
On attends quoi pour régler le bazar fiscale qui ruinent les etats ????
Luxembourg ,Irlande ,usine a gaz légal pour frauder ,paradis fiscale etc ...

Il faudra sûrement le FN et toucher le fond du fond pour qu'on réagisse
Réponse de le 03/03/2015 à 19:23 :
Vivement qu'ils annulent les dettes de l’intégralité des pays européens et tant pis pour les préteurs... De toute façon pour ceux qui ont profité du reportage de France 5, ces préteurs prêtent sachant que les pays ne pourront jamais rembourser... Ils le font juste pour nous garder sous leur mains et surement que c'est eux qui gardent et entretiennent cette crise qui leur rapport (pour la crise ce n'est pas expliqué dans le reportage).
a écrit le 02/03/2015 à 16:40 :
l'Europe a mit la charrue avant les boeus : on aurait dû demander aux agriculteurs comment faire pour tirer l'attelage
a écrit le 02/03/2015 à 16:27 :
le nouveau delai de deux ans accordé à la France qui n'a fait aucune reforme structurelle ,la decredibilise completement et maintenant SE POSE LA QUESTION comment faire avec la grece pour ne pas etre redicule
a écrit le 02/03/2015 à 16:11 :
Article très intéressant qui me semble pointer le vrai gros problème de la zone Euro et qui change des tribunes anti allemandes habituelles. Bravo !
a écrit le 02/03/2015 à 15:57 :
Plusieurs remarques un peu en désordre:i 1 indépendance ne signifie pas refis des alliance,c'est même le contraire car seul un pays vraiment indépendant peut nouer une vraie alliance qui ne soit pas un vasselage;2 les "institutions" européennes ne cessent de se multiplier au coup par coup d'où tensions et confusion et dans les peuples la prolifération d'un "ils" ou d'un "système" ,voire "complot,seules appellations qu'ils trouvent pour désigner avec méfiance ce magma; 2 l'Eurrope a été imaginée pour faire la paix;or des guerre ouvertes ou plus ou moins secrètes se sont se multipliées:Yougoslavie,Kossovo,séparation Slovaquie-Tchéquie à l'amiable,Ukraine,Moldavie,Ecosse évitée momentanément de justesse,Catalogne,Ligue du Nord,UKIP,etc;3 l'union politique:personne n'en veut,le seul essais sérieux par de Gaulle avec le Plan Fouchet avec les Six simplement a été rejetée par les cinq autres pourtant partisan acharnée de celle-ci!alors on ne sait même pas à combien mais beaucoup plus,la chance est nulle;4 L'Europe est multiple:euro,schengen,ue,osce,conseil de l'Europe,otan,etc;5 pas de zone monétaire unie mais euros plus monnaies nationales;5 pas de banque centrale;6 pas de système monétaire et fonds mais des embryons crées au coup par coup , obscurs et sans étalon commun;7coexustence de l'ue avec l'aele;8 pas de parlement commun;9 pas de cour de jusice commune avec en plus un doublon,cej et cedh;10 alternances politiques permanentes dans les pays avec coalitions étranges;11 un traité de libre échannge avec les états désunis ne concernant pas tous les pays européens;11 politiques monétaires différentes des banque nationales ou transnationales;12 montagnes de directives totalitaires et montagnes d'exceptions;13 intrusion du fmi;14 désignations politiques des membres de la commission;15 intrusions politiques des différentes institutions dans la politique interne des états;16 intrusions morales en faveur de la culture de mort;17 subventions à des organismes divers pour des questions politiques ,économiques,morales,.18 Et l'on ose parler de partis "responsables",compétents","de gouvernement" alors qu'ils ont gouverné-très mal-pendant 40 ans! 19 recours permanents à des astuces,ficelles,actions secrètes,délinquance organisée;20 non-sanctions ou dérisoires pour les tricheurs;21 collusions multiples avec un pays étranger,les états désunis;22 etc car il y a bien pire! "et vous vous demandez pourquoi votre fille est muette?
a écrit le 02/03/2015 à 13:49 :
la Grèce c'est le FNPS : on promet la lune le jour de la nouvelle lune !
a écrit le 02/03/2015 à 11:37 :
L'Europe n'a point a être sauvé, seul UE l'est! Le constat de cet article est que "la marche forcé" n'est pas la solution au problème et que "le but" a atteindre n'est "qu'un moyen" pour réparer les erreurs!
a écrit le 02/03/2015 à 11:21 :
Le gouvernement grec ne sortira pas son pays de la zone euro, quoiqu’il lui en coute, car il est fortement pro-euro et pro-européen. Donc même au prix à payer d’une soumission complète aux « institutions» appelées avant « troïka », il restera dans la zone euro. La question est quel en sera le résultat pour la Grèce ? Ça va marcher ou ça ne va pas marcher ? Est-ce que un ou des mouvements « populistes » anti-euro vont se substituer dans l’opinion publique grecque au mouvement populiste « pro-euro » arrivé au pouvoir en Grèce si celui-ci échoue ?
Il y a en France et en Italie des mouvements « populistes « anti-euro » et comme les mouvements populistes pro-euro présents en Grèce et en Espagne, ils ne progressent pas par une opération du Saint-Esprit, mais parce que la situation interne dans ces pays est calamiteuse et persiste à l’être. La ligue du Nord, en Italie, a prévenu que si elle arrivait au pouvoir, elle sortirait l’Italie de la zone euro dans les jours suivants son éventuelle arrivée au pouvoir. Elle ne prendra même pas le temps d’organiser un référendum sur la question.
a écrit le 02/03/2015 à 11:04 :
La Décision Politique est la Décision Stratégique par excellence.
Dans ce sens, il n'y a que les intérêts d'un pays qui sont permanents, les alliances sont conjoncturelles. Dans le cadre de l'UE, si on applique ce principe, comme c'est le cas actuellement, c'est l'impasse. Pour que ça marche il faut remplacer pays par UE.
Sommes-nous prêt à l'accepter ? Si oui, on avance, si non on se sépare.
a écrit le 02/03/2015 à 10:52 :
Force est de constater que les résultats obtenus, par rapport aux objectifs fixés, ne sont pas au rendez-vous. Nous espérions plus d'unité et d'amitié des peuples européens, avec plus de prospérité et de démocratie afin d'éviter des futurs conflits. Nous constatons des déchirures et de la haine, accompagnées de récession et d'oligarchie.
Des deux choses l'une, soit chacun reprend sa liberté, soit on trouvent une solution commune, sans discrimination aucune!!! Est-ce encore possible ?
a écrit le 02/03/2015 à 10:15 :
... " la libération d'une parole nationaliste et anti-européenne tant au Sud qu'au Nord. La faute à QUI ? ". Vous vous étonnez ? Relisez Noam CHOMSKY Madame ! L'Europe est actuellement dirigée par Juncker, celui-là même qui a organisé, dans son pays, à grande échelle, l'évasion et la fraude fiscales de toutes les grandes multinationales, en spoliant ainsi, délibérément les autres pays européens ! Nous parlons de plus de centaines de milliards cumulés qui auraient dû rentrer dans les comptes nationaux de toutes les nations européennes ! Là, au moment où de nombreux gouvernements sont désespérément à la recherche de maximum 10 milliards chacun pour boucler leur budget annuel. Vous le savez parfaitement, comme tous les Européens alertés par la plupart des médias dignes de ce nom, mais vous n'évoquez pas un seul instant ce scandale financier intra-Europe qui fait bondir les Européens mais chut, l'élite médiatico/politique ne veut surtout pas remuer cette boue... Bravo ! Et vous vous étonnez du nationalisme....
Réponse de le 02/03/2015 à 14:32 :
C'est de la concurrence, fiscal, entre Etats : rien que de plus normal.
L'Europe n'a du reste rien à voir la dedans.

Les société N'APPARTIENENT PAS aux Etats, mais à leur propriétaires, les actionnaires, et vos petits problèmes ne les concernent en rien : vous votez des dépenses, et bien payez les !
Réponse de le 02/03/2015 à 22:49 :
Si vous trouvez normal qu'un pays organise la razzia fiscale des pays faisant partie du même ensemble économique et accumule ainsi des centaines de milliards d'euros (pour quoi faire?, pas pour le bien être des peuples assurément) alors ne vous étonnez pas des progrès du FN. Le capitalisme financier a imposé ses règles avec la bénédiction des gouvernements de droite et accru les inégalités de façon insupportable et vous voudriez que les peuples approuvent!!
a écrit le 02/03/2015 à 9:28 :
Le premier scénario est le plus probable parce que l'Europe veut faire l'union contre les peuples, pour les financiers. La sortie par le haut par la formation d'une union politique est irréaliste. Elle n'est même pas souhaitable parce qu'elle renforcerait le rejet des peuples de cette Europe des lobbies, financière, technocrate, profondément anti-démocratique dont plus grand monde ne veut.
a écrit le 02/03/2015 à 8:58 :
Soyons réalistes! Depuis deux ans, allons-nous en Europe vers une harmonisation de nos économies? Bien sûr que NON! il suffit de voir les résultats des pays du Nord, et ceux du Sud dont la France fait partie! Pouvons-nous, voulons-nous, à ce stade baisser la pression fiscale en France, et supprimer nos particularités (ISF, impôts sur les PV,..). On peut rêver mais qui peut y croire devant la masse de nos dépenses publiques.. le chemin va être très long..nous nous sommes mis dans une situation quasi impossible..
a écrit le 02/03/2015 à 7:59 :
On n'en peut plus de cette Union européenne qui ressemble de plus en plus à une dictature.
a écrit le 02/03/2015 à 7:34 :
On se fout vraiment de notre gueule!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :