38 % des investisseurs pensent que la zone euro ne passera pas l'année

 |   |  299  mots
Selon ce dernier sondage, malgré le compromis adopté la semaine dernière entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro, un nombre croissant d'investisseurs s'attendent à ce que le pays quitte la zone euro dans les mois à venir.
Selon ce dernier sondage, malgré le compromis adopté la semaine dernière entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro, un nombre croissant d'investisseurs s'attendent à ce que le pays quitte la zone euro dans les mois à venir. (Crédits : reuters.com)
Le nombre d'investisseurs estimant que la zone euro se désintègrera d'ici à un an n'avait plus été aussi élevé depuis début 2013. Par la rédaction d'Euractiv

L'index Sentix de désintégration de la zone euro pour février affiche son taux le plus haut depuis mars 2013 : 38 % des sondés estiment en effet que le bloc ne survivra pas à l'année à venir, contre 24,3 % en janvier.

Le record de l'index Sentix, 73 %, a été atteint en juillet 2012. Le taux le plus bas jamais enregistré était 7,6 %, en juillet 2014. Le dernier sondage a été mené du 26 au 28 février, auprès de 980 investisseurs privés ou institutionnels.

Selon ce dernier sondage, malgré le compromis adopté la semaine dernière entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro, un nombre croissant d'investisseurs s'attendent à ce que le pays quitte la zone euro dans les mois à venir. La probabilité d'une sortie de l'euro de Chypre a également nettement augmenté dans le sondage. Enfin, la confiance des investisseurs vis-à-vis du Portugal et de l'Espagne s'érode.

Le taux de probabilité de sortie de l'euro de la Grèce passe ainsi de 22,5 % en janvier à 37,1 % dans le sondage national. À l'évidence, le nouveau programme d'aide ne convainc pas et le « Grexit » devrait rester au centre des discussions des investisseurs dans les mois à venir.

Pour Chypre, le sondage enregistre une hausse moins spectaculaire, puisqu'il passe de 6,4 % à 10,5 % (taux le plus haut depuis septembre 2013). Il est également intéressant de noter que ce taux augmente pour le Portugal (2,5 %, le plus haut depuis décembre 2013) et l'Espagne (2,1 % taux le plus haut depuis mars 2013).

Dans ces deux pays, des élections législatives se dérouleront à la fin de l'année. Ces élections pourraient, comme en Grèce, faire accéder au pouvoir des partis anti-austérité, souligne le site de Sentix.

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

- - -
EurActiv.com (traduit de l'anglais)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2015 à 7:54 :
Bon débarras, l’Europe c’est un désastre, quel intérêt de continuer une politique de chômage. Voilà un problème important qui devrait concerner les citoyens français. Pour les élections locales, aurons-nous une protestation alors que l’Europe est incapable de faire de la croissance et des emplois. On parle de feignantise, on a en France des professeurs de paresse en économie. On entend parler d’un sondage qui donnerait un fort chiffre au FN, n’est-ce pas la question de la non réforme de droite qui se pose, alors qu’on n’a pas supprimé les 35h et que les salaires baissent…
a écrit le 06/03/2015 à 23:13 :
Nous avons de lourds sujets dans les actualités. L'Etat crée-t-il l'emploi ou le chômage?
L’Etat fabrique des esclaves par l’illétrisme et le stage en travail gratuit. Il interdit l’accès à la vie active à nombre de diplômés alors qu’il subventionne des emplois. C’est une logique d’Etat persécuteur. C’est ainsi que la consommation et les salaires baissent et ont fait l’inflation des prix réglementaires comme le ticket de métro. La piraterie, c’est 1 euro cotisé, 3 euros de retraite. Le salarié précaire traine les feignants du public antisémites politiques.
a écrit le 06/03/2015 à 22:02 :
On nous annonce que la zone aurait des troubles. Les citoyens ne doivent-ils pas être vigilants sur les banqueroutes et leurs nuisances ?
Si on fait du QE, sommes-nous en dictature des choux de Bruxelles avec les conséquences ?
Les Etats Européens briment la population en démolissant la consommation des ménages à cause de la bureaucratie tentaculaire.
a écrit le 05/03/2015 à 7:05 :
Ça fait peut de voir le niveau intellectuel des français moyens... Pathétique !
Le niveau a l'école chute depuis 2 décennies et tout va bien... Vous êtes flippant !
a écrit le 04/03/2015 à 17:29 :
Vivement la fin de l'Euro et de l'Europe véritables cauchemars pour les peuples. On n'en peut plus et on en veut plus !!!
Réponse de le 05/03/2015 à 7:02 :
Parle pour toi. Et pense a réfléchir
a écrit le 04/03/2015 à 16:49 :
Elisabeth Tessier pense la même chose...
a écrit le 04/03/2015 à 16:08 :
La zone euro peut éclater mais cela se fera de manière concertée, et pas de façon anarchique, il faudra instaurer un contrôle des changes, imprimer de nouveaux billets et définir le taux de change pour chacune des monnaies, donc pendant un certain temps 2 monnaies vont circuler, donc les spéculateurs se gaveront une fois de plus et le commerce sur internet se fera plus difficile car un bien ne coutera pas la même somme si on l'achète en France ou à l'étranger et les barrières douanières feront que les prix des articles sont plus chères. c'est ceux qui peuvent se déplacer qui gagneront au change quand à ceux qui ne peuvent pas suivre, ils crèveront la gueule grande ouverte.
a écrit le 04/03/2015 à 15:56 :
Il n'y a plus qu'une seule chose à espérer : que ces 38 % aient raison et que l'euro disparaisse enfin du paysage, que chaque pays retrouve sa souveraineté nationale et que queles états-voyous qui profitent largement et grassement de la situation européenne actuelle ne puissent plus racketter les pays du sud européen (pour rappel : l'"aide" à la Grèce à rapporté plus de 720 millions d'euros à la france qui n'a jamais déboursé un seul centime).
a écrit le 04/03/2015 à 15:56 :
Il n'y a plus qu'une seule chose à espérer : que ces 38 % aient raison et que l'euro disparaisse enfin du paysage, que chaque pays retrouve sa souveraineté nationale et que queles états-voyous qui profitent largement et grassement de la situation européenne actuelle ne puissent plus racketter les pays du sud européen (pour rappel : l'"aide" à la Grèce à rapporté plus de 720 millions d'euros à la france qui n'a jamais déboursé un seul centime).
a écrit le 04/03/2015 à 14:37 :
on passe donc de 75% à 62% des sondés qui pensent que la zone euro n'implosera pas, soit une écrasante majorité à une large majorité... mais non, on analyse ça comme si c'était la position dominante
a écrit le 04/03/2015 à 14:03 :
Cette " Europe " n'a été construite que pour la finance et les grandes multinationales ! Les peuples ont été oublié dans cette entreprise. Ce n'est qu'un juste retour des choses si l'Europe implose et disparaît ! La reprise en main de l'avenir de ces nations appartient à leur peuple, c'est ça la démocratie. Je souhaite être encore de ce monde pour voir ça !
Réponse de le 04/03/2015 à 14:09 :
et on se fait une petite ou une grande guerre, hein !!!
a écrit le 04/03/2015 à 13:47 :
Si seulement c'était vrai!
a écrit le 04/03/2015 à 12:47 :
L'Europe manque de cohérence. Entre la Pologne qui demande des compnesations pour son manque à gagner en Russie, l'Irlande et le Luxembourg qui attirent les entreprises grâce à une imposition digne des paradis fiscaux, la Grèce qui est un pays bordélique s'il en est, etc., je pense que la meilleure option pour l'Allemagne serait de sortir de ce panier de crabes. Sans harmonisation politique et économique, l'Europe n'est qu'une utopie :-)
Réponse de le 04/03/2015 à 17:14 :
Et nous qui perdons entre 7 et 9 milliards annuels depuis 10 ans, la plaisanterie a assez duré, sortons vite.. L'Europe n'a été crée que sur volonté US et pour servir les US, ça suffit!!
https://www.upr.fr/conferences/qui-gouverne-la-france
Réponse de le 04/03/2015 à 19:53 :
" la meilleure option pour l'Allemagne serait de sortir de ce panier de crabes." oui mais l'euro les arrange bien, car le DM serait plus fort, à leur détriment (moins de ventes à l'export).
a écrit le 04/03/2015 à 11:46 :
Quand on a pas confiance dans une monnaie c'est pour la vie! Sa viabilité dépend de tellement de paramètre non maitrisé qu'il est impératif de découper le problème en tronçon pour le résoudre et... ce tronçon est la monnaie nationale!
a écrit le 04/03/2015 à 11:19 :
L'UE a une redoutable stratégie pour combattre l'effet domino qui fonctionnerait si la démocratie fonctionnait correctement; il faudra beaucoup de temps pour faire exploser l'UE car tous les pouvoirs sont concentrés dans les mêmes mains ( politiques, economiques, mediatiques )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :